NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Diane C

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

            C’était impressionnant ! J’avais froid, j’avais peur puis, à mi-chemin entre Glendale et Burbank, j’ai soudain eu l’impression qu’on déverrouillait une armure et que mon vrai corps était libéré. A cette naissance, je me suis sentie au chaud, aimée, en paix, avec une joie pure. Je ne me suis regardée qu’un instant, comme mon mari qui roulait comme un fou vers l’hôpital. Au même moment, j’ai commencé à me démultiplier, j’étais avec ma mère qui roulait vers Glendale vers mon fils, Larry. J’étais avec le médecin roulant vers l’hôpital. Il est intéressant que je sois aussi restée avec lui en permanence tandis qu’il arrivait à St Joe, mais que j’aie aussi fait l’expérience du Paradis et de ce que je vais décrire. J’ai pu dire au docteur tout ce qu’il a fait lors de mon arrivée, jusqu’aux plus petits détails, comme accompagner l’infirmière au sous-sol de l’hôpital afin d’aller chercher le plasma pour moi ; et aussi, dans la paroi de l’ascenseur, l’oxygène qu’il m’a administré en cours de réanimation, tout ce qui a été fait, alors que je me trouvais également au Paradis, où on m’enseignait et où on me faisait visiter.

Simultanément, j’étais à la fois avec le médecin, ma mère et mon mari, j’étais également avec Nanette, ma sœur, à la bourse de Los Angeles, avec Charonne, mon autre sœur, à l’université et avec Raymond, mon frère, au collège. J’avais le don d’ubiquité, je connaissais leurs pensées, ce que chacun faisait, j’étais reliée à chacun d’entre eux. J’étais également avec Larry, mon fils, dont s’occupait Mary. J’étais nettement consciente de chacun d’entre eux.

Au même moment, c’était comme si je me trouvais dans un avion invisible, planant au dessus de la vallée de San Fernando, contemplant toute cette beauté. Simultanément, mon regard plongeait sur la terre depuis l’espace, je voyais à quel point la terre est impressionnante dans le cosmos. J’ai traversé l’univers, comprenant en moi-même qu’il s’agissait d’un endroit que je connaissais. Tout à coup, je me suis retrouvée dans des cieux réels et vivants. Un endroit vivant d’amour pur. Les eaux étaient vivantes, l’herbe vivait, les arbres vivaient, les animaux vivaient, plus vivants que sur terre.

Mon guide était en fait un ange, avec un corps de lumière massive, de forme et de structure semblable à nos corps terrestres, mais fait de lumière massive. Les mots sont vraiment inadéquats pour décrire le Paradis, car il est fantastique. Je SAVAIS que j’étais CHEZ MOI. Je savais que j’étais partie d’ici pour aller sur terre. En ces sept minutes de mort sur terre, j’ai vécu une durée de 7 semaines, voire plus. Qui peut le dire ? Je suis d’abord arrivée dans un paysage absolument serein et magnifique. C’est là que j’ai vu des animaux (y compris des licornes), ils étaient si beaux et heureux, tellement emplis d’AMOUR. L’herbe, les arbres et les fleurs étaient si exquis que mon esprit l’a exprimé, en réaction, une vibration d’amour provenant d’eux a afflué vers moi. L’eau était tellement spectaculaire que je l’ai exprimé en esprit, l’eau était vivante, elle a étincelé avec amour dans ma direction.

Il y avait une mélodie ou de la musique tout autour, ce n’était pas inattendu, peut-être parce que j’aime tant la musique. Plusieurs fois dans ma vie, Dieu m’a permis d’entendre cette musique impressionnante, bien plus belle et mélodieuse que ne pourrait la composer quiconque sur terre. Elle s’est juste mise à jouer tout à coup, emplissant mon âme de joie.

L’ange m’a emmenée dans un endroit semblable à un village côtier, je l’ai survolé sans aile ni avion, c’était très coloré, vivant et tellement magnifique. Ensuite il m’a emmenée (j’avais conscience que cet ange était un homme) vers un endroit où se trouvait un ordinateur.

En 1958, vous pouvez imaginer à quel point il était difficile, à mon retour, de décrire ce pour quoi je possède maintenant le vocabulaire. Je vais donc vous exposer à la fois ce que j’ai vu et la façon dont j’ai tenté de l’expliquer. Il m’a montré l’ordinateur de Dieu ! Vous comprenez ! Le Paradis possède un ordinateur que l’on n’égalera jamais sur terre. L’ange et moi discutions de mon choix de revenir sur terre en 1936 par rapport à l’autre choix dont j’avais débattu, ou celui de la période de la guerre de sécession. Il est alors allé vers une paroi (la pièce était blanche et ordonnée) et il a pris une petite boîte (je sais maintenant qu’il s’agit d’un étui à CD). A l’époque, je ne savais pas comment décrire cette petite boîte, évidemment, c’était au temps de la guerre de sécession. Il a pris dans cet étui un CD plus petit qu’une pièce de 50 cents (je l’ai décrit comme un disque métallique sans trou au milieu) et il l’a glissé dans l’ordinateur à l’intérieur de la table (il ne s’agissait pas du tout d’une machine de bureau).

Soudain face à moi, la paroi toute entière s’est tout simplement ouverte (je dirais qu’elle faisait au moins une quinzaine de mètres), ce fut comme si mon regard plongeait sur terre à l’époque de la guerre de sécession. J’y étais en tant qu’être humain (une femme) un massacre avait lieu. Je me suis dit : « Oh, je ne supporte pas du tout les tueries. ». C’est la raison pour laquelle je n’ai pas voulu aller sur terre à cette époque là. Immédiatement après l’avoir pensé, je me suis retrouvée au côté de l’ange, hors de tout cela, le mur s’est refermé et le disque métallique a réapparu, l’ange l’a remis dans l’étui, puis sur une étagère.

Ensuite, nous avons traversé plusieurs villes, j’en ai vue une baroque, une autre semblant faite de vitres vertes, puis une autre semblable à nombre de nos grands palais ou immeubles luxueux. Les rues étaient dorées en fait, il y avait une fontaine impressionnante devant un immense bâtiment, celui-ci étincelait d’une lumière bleue-verte rayonnant l’amour. C’est une chose qu’on n’oublie jamais. Il m’a emmenée dans cette très importante structure, plus riche et magnifique que tout ce que nous pourrions créer sur terre. Je me suis rendu compte que toutes les peintures, tous les tapis, les tapisseries, les sculptures, tout ce que nous créons sur terre et qui est beau, germe au Paradis. Nous avons vu tout cela avant de venir sur terre. Nous tentons de récupérer un peu de Paradis tandis que nous sommes sur terre. Nous désirons profondément le Paradis sur terre. Le Paradis nous manque au fond de nos âmes.

J’ai instantanément su que nous existions avant de venir ici sur terre, j’ai compris pourquoi nous y venons. Nous ne venons qu’une seule fois, nous ne nous réincarnons pas. Nous pouvons toutefois nous souvenir d’une phase d’examen, avant la décision finale concernant l’époque de notre vie. Avant de venir, nous pouvons effectivement considérer le rôle que nous allons endosser, nous connaissons l’essentiel de son déroulement. Nous pouvons même décider de venir à la même période que d’autres personnes que nous avons bien connues au Paradis, afin de tenter de les rencontrer tandis que nous sommes ici. Nous choisissons vraiment nos familles, notre ethnie, notre couleur et notre foi. Cela fait partie de l’examen. Il n’existe ni ethnie, ni couleur, ni croyance au Paradis, seulement ici pour l’examen. Je vais expliquer la raison de cet examen, pourquoi certaines personnes sont invalides, pourquoi le bien existe, ainsi que le mal. On m’a éclairée tandis que je me trouvais là-bas. Il y a également eu quelque chose du genre : « Attends, attends ! il n’est point temps de révéler cette information. ». Il existe aussi une logique à tout cela.

J’ai compris que la mort est vraiment une naissance transitionnelle. De même qu’un bébé naît du ventre de sa mère, il est effectivement mort à sa vie précédente dans le sein de sa mère, passant de la vie aquatique à la vie aérienne. Lorsque nous mourons à la terre, nous renaissons, mais cette fois dans la vie d’où nous étions initialement venus. C’est un cycle complet, mais il doit être effectué afin de passer l’examen.

Ce palais, où l’ange m’a emmenée, était spectaculaire et très, très élevé. Je dirais que les halls faisaient au moins 3 étages de hauteur. Il était très décoré et magnifique, des couloirs en marbre avec des peintures exquises, des colonnes en or aux ornements absolument magnifiques. Il y avait une sorte d’inscription sur les portes, celles-ci mesuraient au moins 8 mètres, elles étaient automatisées. Les écritures ressemblaient à des symboles antiques, qui m’étaient cependant très familiers. Il semble que je les comprenais. Soudain, nous sommes arrivés à deux portes magnifiques qui se sont ouvertes toutes seules, une présence impressionnante emplissait cette salle du trône au sol de marbre. Il s’agissait bien d’une salle du trône et j’étais intensément consciente qu’on ne me permettait de voir que le reflet de la lumière de Dieu. Pas la pleine puissance de Son prodige sidérant.

J’étais tellement emplie d’amour, je voulais l’étreindre joyeusement. Sa voix est arrivée dans mon esprit, Il m’a ordonné de tendre les bras afin que je voie que j’étais constituée de lumière massive. Je l’ai fait. Ensuite, il a empli mon esprit avec le savoir selon lequel nous sommes tous constitués de lumière massive, hommes et femmes, chacun avec notre identité et notre dessein. Tous créés avant notre arrivée sur terre, chacun étant homme ou femme avant cette arrivée. Lui contient les deux facettes, voilà la vérité. En fait, ce n’est pas l’aspect sexuel, mais la force et la douceur de chacune de Ses facettes qui ont déterminé comment nous allions être créés. Un équilibre de Son être.

Il m’a dit en mon esprit que j’allais comprendre qui nous sommes et la raison pour laquelle nous sommes sur terre. Il m’a dit aussi qu’Il m’a utilisée comme Son instrument afin de ramener ces fils vers Lui, que je l’avais accepté et que je n’étais pas du tout punie. Voilà Ses paroles exactes : « Ils sont des trésors tellement rares que je ne peux m’en séparer plus longtemps. J’ai amené ces fils par toi comme Mon avant-garde. Ils n’ont pas besoin d’autre examen. » (J’ai donné 8 fils à Notre Père, à la naissance ou juste après, mais je n’ai jamais cessé de croire qu’Il allait m’envoyer des enfants, afin que je les aime et que je les garde sur terre. Il m’a donné 5 enfants à aimer ; 4 maintenant, après le meurtre de mon fils aîné en 1980 à l’âge de 24 ans). Vis à vis de la mort, je possède une sérénité que la plupart des humains n’ont pas, je sais en effet ce que le Christ voulait dire par les mots : « Si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu ». Cela n’a rien à voir avec la signification que la religion en a donné. Cela signifie qu’il s’agit de quelque chose que nous devons tous faire.

Notre père a également dit que je devais revenir sur terre terminer mon examen, car il n’était pas fini et il me restait beaucoup à faire. Il a affirmé qu’Il m’aime et qu’il allait être avec moi tous les jours de ma vie (même lorsque je chute ou que je ne Le suis pas, Il ne déserte jamais mon côté).

J’ai compris pourquoi le bien et le mal existent sur terre. Il s’agit vraiment d’une lutte pour nos âmes individuelles. C’est la raison pour laquelle nous avons tous un ange gardien ou bon ange, nous incitant à faire le bien, et un tourmenteur nous tentant pour faire le mal. Il y a beaucoup en jeu ici et vraiment, Notre Créateur ne souhaite perdre aucune des âmes qu’Il a créées car nous sommes tous créés par Lui et Son amour. Cela L’attriste déjà grandement de perdre 1/3 de ses anges qui ont suivi Sa première création, Lucifer. Il est enchanté par l’autre 1/3 qui a suivi Michel et L’a défendu en les chassant hors du Paradis. Notez bien : chassés mais pas détruits et pour une bonne raison. Vous êtes vous déjà demandé pourquoi on qualifie les nouveaux-nés de « petits anges », ou pourquoi nous souhaitons le « paradis sur terre » ? Ou pourquoi nous regardons vers le ciel et avons envie de voler ? Ou pourquoi nous sommes fascinés par l’espace ? Vous êtes-vous déjà demandé ce que l’autre 1/3 a fait pendant la lutte entre les bons anges et les mauvais au Paradis ? Vous êtes-vous déjà demandé de quelle manière précise cette bataille a été gagnée. Cette lutte était celle des esprits… L’AMOUR contre la HAINE. L’amour a gagné parce qu’il est lié à Dieu. IL est l’AMOUR, la VIE et la LUMIERE. Une trilogie.

La vie est également une trilogie, elle existe sous les trois formes que nous identifions théologiquement à Dieu, en tant « qu’Eau, Air et Lumière » ou « Eaux Vivantes, Souffle de Dieu, Lumière du Monde », ou bien encore, nous pouvons vouloir énoncer le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Tout à fait comme si le soleil était le Père, la lumière du soleil étant le Fils et sa chaleur étant l’Esprit-Saint.

Quoi qu’il en soit,  je ne voulais vraiment pas revenir, mais encore une fois, sachant que je suis un ange qui pas fait son choix au Paradis pendant la lutte, ne méritant ni d’être chassé, ni de simplement rester, je suis revenue afin de poursuivre l’examen. Cela m’a également fait comprendre pourquoi, ayant été percutée par une voiture sur un passage protégé en février 55, projetée à 41 mètres à travers les voies juste sur un tramway, j’avais pu m’en tirer sans une fracture (rapport de la police LAPD). A l’évidence, j’ai dû subconsciemment me souvenir à ce moment là que je pouvais voler (sans ailes). Ma vie a été littéralement remplie de « miracles ». Des miracles médicaux répertoriés et commentés par les médecins de la façon suivante : « Seuls vous et Dieu pouviez me faire ça ! ».

A l’instant où Notre Père m’a renvoyée, ce fut rapide…à la vitesse de la lumière. J’ai traversé l’univers tellement vite, je suis redescendue sur terre, dans mon corps (rappelez-vous toutefois qu’au moment précis où je me trouvais au Paradis, je savais tout de ce que faisait chaque personne proche ou concernée par ma mort.). J’ai vu mon corps sur la table, la césarienne avait été pratiquée et Michael avait été extrait, il se trouvait dans les mains du médecin. J’ai été projetée à l’intérieur du corps en passant par la tête, tandis que je regardais Michael sortir par sa propre tête, puis j’ai perdu connaissance. J’étais dans un état grave et je n’ai repris conscience que le lendemain, quand le médecin est venu dans l’intention de m’annoncer que mon fils était mort, au lieu de cela, je lui ai tout raconté, y compris le moment de la naissance de Michael retournant Chez Nous.

Imaginez mes tentatives pour expliquer cela aux médecins en 1958 ! Mon prêtre a mieux compris ce dont je parlais, par la suite j’ai simplement cessé d’en parler et j’ai poursuivi ma vie. En fait, j’ai alors possédé les CLES du Royaume des Cieux. C’est une question d’AMOUR. Il faut s’aimer soi-même, de cette manière on aime Dieu. Il est avec chacun de nous. Nous pouvons aimer autrui, y compris nos ennemis. Nous sommes ici pour aimer la vie, pour la vivre, afin qu’en retour nous exprimions à notre Créateur notre joie d’avoir une vie ici, que nous voyions à quel point notre monde est magnifique malgré ce que nous en faisons. C’est un monde très beau que nous devrions tous cesser d’absorber dans nos âmes comme nourriture. J’ai appris également qu’on ne nous demande jamais de souffrir davantage sur cette terre que la capacité d’endurance qui nous a été accordée, si nous recherchons cette grâce en nous-même. Nous avons accepté l’examen. Nous étions également confiant dans notre capacité à le réussir. Oh, une autre chose que j’ai comprise, c’est que les fantômes sont seulement une projection de l’image mentale de la personne qui envoie cette image, non pas l’être physique ; elles peuvent mentalement toucher, laisser un parfum de fleurs, (ou si elle est malfaisante c’est la même chose) toutefois, elles ne peuvent pas faire de mal. On a le DROIT de faire partir le mal et il est obligé de le faire. Un fantôme ce n’est pas du vent mais une projection par la pensée, il en est de même pour les traversées de murs, etc. Je comprends même les OVNI… C’est ce que nous ATTENDONS dans cette époque que nous avons choisie, donc c’est ce que nous voyons et obtenons. Chaque période est différente et comporte des conditions différentes, c’est à nous de constituer l’axe de notre vie avec ce qui est important. Nous avons seulement besoin d’amour, avec lui nous recevons la foi, l’espérance et la confiance pour réussir. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Non

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. Naissance imminente du 4ème fils (le 2ème est mort à 2 mois, le 3ème à la naissance), j’ai cru avoir perdu les eaux mais en fait je faisais une hémorragie mortelle. J’ai marché de la cuisine où j’avais cru perdre les eaux, jusqu’au salon, j’ai appelé le médecin, mon mari et ma mère (afin qu’elle s’occupe de mon 1er fils qui faisait la sieste), j’ai traversé le salon (je pensais perdre encore les eaux) pour aller sur mon lit. Je me suis allongée pour attendre, j’ai continué à perdre du sang qui traversé deux matelas puis s’est répandu sur le sol, quand mon mari est arrivé et qu’il m’a mise dans la voiture, j’étais mourante. Je suis morte dans la voiture, sur le chemin de l’hôpital.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Pendant que j’étais encore chez moi sur le lit, j’ai tout à coup été intensément consciente que je mourrais, j’ai demandé mon chapelet. Larry, mon fils de 2 ans ½, s’était réveillé de sa sieste, il a grimpé hors de son lit d’enfant, il est venu dans ma chambre et m’a dit qu’il allait chercher Alice, une voisine enceinte deux étages plus bas. Elle est arrivée, a soulevé les pieds de mon lit (elle m’a dit plus tard que Larry lui avait dit que maman avait mis du sang partout dans la maison et qu’elle avait besoin d’elle.). Alice m’a donné mon chapelet, elle est restée avec moi en priant également, jusqu’à ce que mon mari arrive. Sur le chemin de l’hôpital, j’ai réalisé que ce froid intense c’était la mort et j’ai eu peur, puis tout à coup je suis devenue très calme.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Aucune chance ! C’est aussi net aujourd’hui qu’il y a quarante deux ans. Je peux fermer les yeux et le revivre à tout moment. Ce fut l’expérience la plus impressionnante, la plus merveilleuse que j’aie vécue. Alors que mon père était mourant, il m’a demandé de la lui raconter à nouveau, afin de se préparer pour sa naissance. Il était enthousiaste la nuit d’avant, quand il a réalisé que cela allait bientôt se produire. Il était vraiment transporté. Ma sœur est également venue me voir quand on lui a dit qu’elle avait un cancer du cerveau en phase terminale, elle a demandé qu’on ne la mette pas sous assistance médicale. Elle est partie joyeusement, paisiblement, avec le savoir que je lui avais transmis. Ma mère (nous nous sommes occupé d’elle jusqu’à ses 8 derniers jours de vie sur terre avec un cancer du colon) m’a également demandé de lui raconter l’expérience à nouveau, elle est partie si paisiblement, elle était absolument magnifique. Elle avait 82 ans, juste avant sa mort ( sa renaissance) elle paraissait vieille et malade. Mais dans son cercueil, elle semblait tellement jeune que mon petit-fils a hurlé de joie dès qu’il l’a vue, appelant sa petite sœur pour qu’elle voie que leur arrière-grand-mère était vraiment avec Jésus. Le prêtre a été bouleversé par la remarque de cet enfant à sa sœur : « Viens voir mémé. Elle est belle, elle est jeune. Elle est avec Jésus. ».

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. Absolument. Je vous ai dit que l’on m’a fait prendre conscience que mon nouveau corps,  c’était le corps à l’intérieur de cette forme humaine, ce corps magnifique de lumière massive. Je répète : LUMIERE MASSIVE, en effet on ne voit pas du tout à travers. Elle est massive et on peut se déplacer à la vitesse de la lumière.

Quelles émotions avez-vous éprouvées pendant l’expérience ? Au moment de la renaissance, j’ai éprouvé un amour débordant, la paix, la joie, la conscience que je devais vraiment apprendre et vivre. Je me sentais plus vivante qu’ici sur terre. C’était comme si une lourde armure était tombée, que j’étais enfin libre. Une chaleur m’envahissait. Tout était parfaitement logique.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? J’ai entendu la plus impressionnante des musiques. J’insiste : impressionnante. Il n’y avait aucun bruit au moment de la renaissance. Aucun bruit tandis que je planais au dessus de tous les humains liés à moi, si ce n’est que je savais pouvoir lire leurs pensées ou, dans le cas de mon médecin, entendre ses instructions à l’adresse des infirmières et du personnel.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Oui. Comme décrit plus haut, quand on m’a emmenée dans la salle du trône, j’ai vu le reflet de la Lumière de Dieu, pas sa pleine puissance, si cela avait été le cas, je n’aurais pas pu revenir. Cela n’a pas non plus été immédiat car j’ai fait une grande visite du Paradis. J’ai vu la lumière dans les eaux, l’herbe, les arbres, etc. mais c’était comme une lumière aimante, m’étreignant ou me projetant de l’amour pur.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Mon ange est apparu juste à côté de moi. C’était un homme bien plus grand que moi ( je mesure 1,65 m), il portait une longue robe blanche, pas de capuche, pas d’ailes (désolée, pas besoin de voler). Il était humain et j’ai senti avec certitude que je le connaissais. Il a fait fonction de guide touristique et d’éducateur. Je pense avoir couvert plus haut la phase communication.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non. J’ai seulement su que nous nous jugeons nous-mêmes. Il n’y a pas de grand livre noir sur lequel seraient griffonnés nos méfaits. Ce n’est pas le point important de cette vie-ci. L’important c’est l’Amour. Si nous nous aimons nous-même, nous devons alors aimer Notre Créateur en nous. L’Amour est la seule chose nécessaire. Si nous faisons de notre mieux en ce qui concerne l’amour, si lorsque nous échouons, nous demandons pardon et nous réessayons (nous nous aimons nous-même à nouveau), nous n’avons pas besoin de revoir notre vie. Sauf si nous voulons vraiment nous replonger dans cet enfer. Ce n’est pas nécessaire, mais je crois fermement que ceux qui en font l’expérience, le font pour reprendre pied sur le bon chemin, ainsi ils ne persistent pas dans l’erreur au risque d’être perdus pour Notre Créateur.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui. J’ai raconté à mon médecin tout ce que le personnel et lui-même ont accompli, avant mon arrivée à l’hôpital St Joseph et jusqu’à ce qu’on me réanime. J’ai dit à ma mère ce qu’elle portait, la route qu’elle a suivie en allant près de Larry, ce qu’elle a pensé et ses prières. J’ai dit la même chose à mon père. J’ai dit à David, mon mari (nous avons divorcé et nous sommes remariés tous les deux) tout ce qu’il pensait et faisait. J’ai dit à chaque membre de la famille avec qui je me trouvais, exactement ce qu’ils faisaient en ce moment précis. Je l’ai vérifié en le racontant à chacun d’eux puis en regardant leur expression et en écoutant leurs remarques. J’ai fait mouche pour chacun d’eux en ce qui concerne la période d’ubiquité de ma mort.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui. Le Paradis comme je l’ai décrit plus haut. C’est un vrai ciel, un véritable endroit, au delà de tout ce qu’on peut imaginer. C’est un lieu d’apprentissage, de vie, notre foyer que nous avons dû quitter pour cet examen, un endroit dont on ne se lassera jamais. Il n’y a pas de compétition là-bas, nous pouvons y apprendre, nous y reposer, y apprendre à jouer d’un instrument de musique, y pécher ou faire toutes les choses que nous aimerions pratiquer ici et qui sont bonnes et saines pour notre bien-être. Un médecin peut même y étudier davantage comment les humains vont apprendre à guérir. Quelle que soit la connaissance que l’on désire acquérir, quelles que soient les choses que l’on souhaite faire ou réaliser, c’est possible. Je le sais en mon âme.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Le fait même d’avoir, en une si brève période, vu tant de choses au Paradis, m’a fait réaliser que le temps est une mesure de l’homme afin de pouvoir s’organiser sur terre, mais c’est totalement inutile au Paradis qui est éternel, sans limitation.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. Absolument ! Notre dessein est de retourner au Paradis où nous avons initialement été créés. Mais nous passons cet examen et il est vraiment très simple. C’est l’amour. Nous avons choisi notre examen, avant de venir ici nous étions confiant dans notre capacité à le réussir. Nous avons accepté que soient effacés de notre mémoire : qui nous sommes, la raison de notre venue ici, à quoi ressemble le Paradis. Je crois qu’il y a une raison précise pour que notre horizon s’élargisse soudain avec toutes ces « expériences de mort », je crois qu’il s’agit de la Volonté de notre Créateur qu’il en soit ainsi. A Son heure et ainsi qu’Il a voulu que ce soit. C’est une période cruciale dans l’histoire de la terre et nous devons être vigilants en ce qui concerne l’AMOUR. Notre société a fait des ravages, le mal est latent, nous sommes davantage intéressés par gagner de plus en plus d’argent, posséder de plus en plus d’objets à jeter pour avoir un article plus récent, plus fantastique, nous nous désintéressons de plus en plus les uns des autres. Nous avons de moins en moins de respect pour la vie (avortement, suicides assistés, etc.) et nous n’avons même pas de respect envers la terre. Nous préférons financer la course à l’espace au lieu d’utiliser ces fonds pour nourrir les affamés de ce monde, vêtir ceux qui sont nus ou guérir les malades. Il est plus facile de donner un comprimé à quelqu’un plutôt que de traiter honnêtement la maladie. C’est pourquoi tant de personnes sont mentalement déprimées. Avec chaque jour qui passe, nous manquons de plus en plus d’amour. Même la terre est bouleversée, on le voit dans les changements climatique et terrestres. La terre vient de Dieu et Il n’a pas été étreint par Ses enfants depuis très, très longtemps.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui. Comme mentionné plus haut, la limite c’était la vision spectaculaire, illimitée du Paradis, avec de nombreux endroits à voir et visiter. Je n’ai jamais été confinée ni retenue dans un espace. On m’a emmenée partout, mais je SAIS que je n’ai vu qu’un aperçu du Paradis.

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Oui. Cela m’arrive souvent. Cette connaissance a été exacte et très précise. Je peux souvent prédire les tremblements de terre. Je les sens sous mes pieds des heures avant qu’ils ne se produisent. J’ai senti que mon fils était assassiné. Avant qu’il n’arrive, j’ai vu un carambolage de 11 véhicules dans lequel j’ai été impliquée quelques minutes plus tard, j’ai ainsi pu éviter de heurter qui que ce soit tandis que j’étais percutée par les 11 véhicules. J’ai vu tant d’évènements avant qu’ils ne se produisent, j’ai même pu dire à d’autres personnes ce qui allait arriver dans leur vie. Je suis allée à l’église, je me suis agenouillée à l’autel et j’ai demandé à Notre Père qu’il me retire cela, ces divulgations. Je ne supportais pas de voir la vie des autres avant qu’ils ne la vivent, ni de la leur révéler. Je Lui ai dit que j’espérais qu’Il n’était pas offensé par ma demande. Cela m’a été retiré à l’instant même et j’ai senti un grand soulagement. J’ai pu retrouver les enfants occultes de mon mari sans aucun indice, simplement en pensant que je pouvais le faire. Je crois que nous sommes tous capables de le faire, mais nous ne devrions pas nous reposer sur cette faculté pour vivre nos vies. Connaître les évènements à venir n’empêche pas ceux qui sont négatifs de se produire, car même en prévenant, ils arrivent quand même. La plupart des gens n’écoutent pas. Je ne voudrais pas qu’on me prenne pour un oiseau de mauvais augure, épuisant mon énergie à de telles tâches. Ce n’est pas nécessaire pour vivre nos vies comme il se doit.

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. Absolument ! Ainsi que je l’ai décrit plus haut, on m’a directement avertie que je repartais, bien que j’aie été attristée de revenir ici, j’ai tenté de vivre chaque jour en affichant un sourire sur mon visage, aussi joyeusement que je le peux quelles que soient les difficultés. Honnêtement, il m’est aussi arrivé de sortir pour hurler vers Dieu. Il le sait. J’ai alors senti Son esprit m’étreindre, essuyer mes larmes et me pardonner. De cette façon, je sais que je ne peux pas garder de mauvais sentiments à l’égard des autres, que je dois leur demander pardon, essayer encore davantage de faire de mon mieux. Mais pour être honnête, j’aurais préféré rester là-bas. Toutefois, Dieu m’a envoyé de nombreuses joies pendant mon séjour sur terre. Mes trésors ce sont mes enfants et maintenant mes petits-enfants.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Je voyais l’avenir, mais j’ai demandé que cela me soit retiré. J’avais aussi le don de télépathie, j’en ai fait l’expérience avec Lou, un médecin et Dorothy, sa femme  (infirmière DE). En fait, une nuit un de ses pneus a éclaté alors qu’elle revenait de la région de Palm Springs, elle retournait vers la vallée de San Fernando avec ses 5 enfants, Lou était à l’hôpital et il n’y avait pas de portable à l’époque. Dorothy m’a donc indiqué par télépathie l’endroit où elle était en panne, me disant d’appeler Lou à l’hôpital et de lui donner les coordonnées. C’est ce que j’ai fait (vers 23h), il l’a trouvée, a changé la roue, ensuite nous avons parlé de ce pouvoir. Mon fils, Larry était aussi un excellent émetteur, nous communiquions souvent mentalement. Lui et moi avons fréquemment discuté alors qu’il était dans le coma durant 14 jours, avant qu’il ne s’abandonne finalement à sa renaissance. Il m’a indiqué de nombreuses choses qui se sont avérées, il a en effet prédit des évènements qui allaient se réaliser à cause de son assassinat. Et ils se sont produits. En fait je n’essaie pas de pratiquer ces choses.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Je ne suis pas rigide en ce qui concerne la religion. Dieu décide avec nous de qui nous sommes, de l’endroit où nous naissons. Il n’est pas de notre ressort de juger qu’une religion soit la seule manière de garder l’âme dans une bonne condition pour qu’elle revienne à Notre Créateur. C’est une des raisons pour lesquelles je ne comprends pas les guerres saintes. Il n’y a rien de saint dans une guerre. Depuis que je suis morte, je peux pardonner à mes ennemis et je le fais. En fait, je prie pour les hommes qui ont tué mon fils. Je veux que chacun d’entre eux revienne à Dieu et ne soit pas perdu. Et je le pense.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Les gens m’apprécient, je les aime. Je vis une vie normale et saine. Je ne vais pas à l’église tous les dimanches car je pratique quotidiennement l’amour de Dieu. Je Le remercie pour les fleurs, les arbres, les cieux magnifiques (même pendant les journées nuageuses), toute cette beauté qui est encore autour de nous. Je pense vraiment que je peux accomplir / avoir tout ce que je veux. Je ne parle pas de mauvaises choses, mais d’un bon travail pour lequel je n’aurais pas la formation nécessaire. Je crois en moi-même. Mon mari est mon meilleur ami et nous savons que nous avons été amis au Paradis, probablement dans le même groupe d’anges. Ma vie est comblée par une belle maison et un mobilier splendide, etc, mais je ne suis pas matérialiste. Cela n’aurait aucune importance si je perdais tout. Dieu le sait et je Lui fais confiance tout le temps. Je vis une vie normale, je fais les erreurs courantes et j’essaie à nouveau. Je suis de bonne composition, je ne parais pas et je n’agis pas en fonction de mon âge (64 ans ½). Etant donnée mon apparence, la plupart des gens pensent que j’ai 50 ans au grand maximum. Depuis ce jour là, je crois que RIEN n’est impossible avec Dieu, j’ai vécu de nombreuses expériences IMPOSSIBLES. Surdose de cobalt en 1959, je pesais 38 Kg, on me donnait 6 semaines à vivre, en 59 on m’a dit que je n’aurai plus d’enfants, à l’évidence j’ai bien eu d’autres enfants.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Je l’ai fait après que cela se soit produit. Ensuite, j’ai simplement cessé de le raconter parce que personne ne semblait comprendre. J’en avais la joie, si les autres n’en voulaient pas, cela me convenait. Je l’ai raconté à mon mari lorsque nous nous sommes rencontrés, il a paru comprendre totalement. De même, cela lui paraissait logique que ma grand-mère vienne me rendre visite après sa mort, ou lorsque M. McKee, après son décès, m’a donné un message pour son fils et sa bru, etc.

Il y a environ 3 ou 4 ans, ce fut presque comme si on m’avait poussée à me mettre à parler de l’expérience, en fait, je voulais écrire un livre à ce sujet ainsi que sur ma vie, tant de médecins et d’autres personnes ayant dit que je le devrais. Ici, il est 4 h 45 du matin maintenant, je devrais être au lit et je n’arrive pas à arrêter d’écrire, je vais travailler à 8 h, je pourrais avoir passé ce temps à écrire mon livre. Mais vous voilà ! Quoi qu’il en soit, la plupart des gens avec qui j’en ai discuté m’ont remerciée de façon très aimante, avec beaucoup de gratitude pour le leur avoir dit. Je l’ai même souvent raconté à des inconnus, ils m’ont alors dit qu’ils avaient besoin (j’insiste) d’entendre cela exactement à ce moment là. Donc, je crois que Dieu incite maintenant tous les expérienceurs à raconter. Il veut notre attention.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Je n’ai pas de crainte de la mort, ni de chagrin lorsque quelqu’un meurt sur terre (si ce n’est que la personne qui part avant moi me manque pendant quelque temps). J’ai toujours éprouvé un véritable sens du dessein et de l’accomplissement, même lorsque j’échoue. Je sais que je peux me relever, que la vie a un sens. Honnêtement, Dieu me manque terriblement parfois. Je veux dire être tout près de Lui, mais je sais que pour le retour de chacun de nous, il nous faut attendre jusqu’à ce que ce soit Sa volonté.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La meilleure a été de voir tout ce que j’ai vu au Paradis, particulièrement le reflet de la lumière de Dieu. La pire a été de devoir revenir ici, mais j’ai vécu quelques expériences très intimes avec Dieu, elles me font savoir qu’Il se préoccupe de chacun d’entre nous plus que nous ne le réalisons. Ce n’est donc pas si mal.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? Seulement que j’ai fait tout mon possible pour appeler quand vous étiez avec Mike Siegel, mais mon appel n’a pu aboutir. Egalement, je ressens très fortement que les gens on besoin qu’il existe vraiment un sens à la vie, il faut nous corriger rapidement. Nous sommes sur une pente terrible et nous devons la remonter.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Non. Pas vraiment car toute petite déjà, j’ai toujours aimé Dieu et les humains. Cela a peut-être aiguisé en moi la conscience que des paroles ou des actes pourraient avoir été incompris par autrui ou avoir blessé les sentiments de quelqu’un, je fais donc de mon mieux pour corriger ou m’expliquer. Peut-être n’aurais-je pas été aussi sensible.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Oui. Des évènements pas des médicaments. J’ai fait une Sortie Hors du Corps le 01/08/57, mais je ne m’en suis pas vraiment rendu compte avant d’y avoir réfléchi par la suite. Au cours d’une opération de la colonne vertébrale, j’ai cru que je m’étais réveillée pendant l’opération, je pouvais voir les actes chirugicaux dans le projecteur surplombant la table d’opération. Je me voyais allongée sur la table, le dos ouvert, le sang et tout le reste, il y a eu ensuite une sorte de panique, j’ai été basculée sur le côté et on m’a appliqué le défibrillateur. Toutefois, comme le faible souvenir de cet événement avait pris fin, j’ai cru qu’on m’avait administré davantage d’anesthésique. Après coup cependant, plus j’y réfléchissais, plus je me rendais compte que quelque chose d’anormal s’était produit, en effet, je n’aurais pas pu regarder vers le haut dans le projecteur et me voir le dos ouvert, allongée sur le ventre. Par la suite, j’en ai donc parlé à ma mère, elle m’a appris que l’infirmière était venue dire qu’on m’avait perdue car je saignais très gravement et le chirurgien m’avait sectionné la moelle épinière. Puis, lorsqu’on m’a réanimée, la même infirmière est sortie pour annoncer à la famille qu’on m’avait récupérée. Ensuite le médecin leur a déclaré qu’il était terriblement désolé mais que je n’allais plus jamais marcher ni parler et qu’on avait été incapable de faire la soudure prévue (T10, 11 et 12 sont alvéolées, fines comme une coquille d’œuf, avec des micro-fractures, pourtant je marche et je parle). Eh bien le lendemain, le médecin a eu la surprise de sa vie lorsque j’ai demandé à me lever et que je l’ai fait. Je l’ai vu pour la dernière fois en décembre 1979.

L’autre fois, ce fut lors de la naissance de mon dernier fils, le 18/12/68, lorsque j’ai subi un arrêt cardiaque au cours d’une césarienne. A nouveau, ce fut une brève sortie, que j’ai comprise totalement, une action rapide m’a ramenée dans mon corps.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire de www.nderf.org : Avez-vous rencontré d’autres personnes qui ont vécu une expérience de mort imminente ? Ce fut mon cas à de nombreuses reprises comme si Dieu l’ordonnait maintenant, non PAS au travers de clubs, d’organismes, etc qui étudient la question, mais de complets inconnus. Plus drôle encore, c’est la facilité avec laquelle démarrent les conversations au sujet de ces expériences. Nous semblons mutuellement nous connaître, je me demande si nous avons accepté cela comme une partie de notre expérience de vie, pour le PLUS GRAND BIEN pour Dieu. Il y a vraiment ici une vision plus large sur ce sujet.