NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Dian C


 

Description de l'expérience:

Dans l'après-midi du 10 janvier 2007, j'ai commencé à me sentir bizarre, comme si j'avais peut-être mangé quelque chose de mauvais. Je suis rentrée chez moi ce soir-là et suis allée directement au lit. Jeudi, je suis allée travailler et, dans l'après-midi, j'ai eu un mal d'estomac et j'ai pensé que j'avais attrapé un virus. Je suis rentrée à la maison cette nuit-là et je suis allée directement au lit à nouveau. Environ 30 mn après minuit, je me suis réveillée avec une forte douleur à l'intestin comme si quelqu'un m'avait poignardée; cela ne partait pas. J'ai essayé d'appeler quelqu'un que je connaissais mais je n'ai eu que des répondeurs. J'ai attendu (dans la douleur) jusqu'à ce que j'arrive enfin à joindre ma voisine vers 7 heures du matin. Elle m'a amenée à l'établissement de soins d'urgence le plus proche dans l'espoir que cela serait assez grave pour aller aux urgences sans avoir à attendre le feu vert d'un médecin.

Quand je suis arrivée, ils m'ont examinée tout de suite, même si certaines autres personnes qui attendaient étaient un peu énervées que je n'ai pas à attendre. Le médecin m'a dit qu'elle ne voulait pas me laisser sortir. J'avais deux choix, soit ils allaient appeler une ambulance, soit ma voisine allait me conduire aux urgences, puis ils m'ont donné une «admission directe» à l'hôpital le plus proche et ont appelé pour prévenir que j'arrivais. J'ai entendu la réceptionniste parler à l'infirmière de triage aux urgences et il semblait qu'ils pensaient que c'était vraiment sérieux.

Je suis arrivée à l'hôpital quelques minutes plus tard (vers environ 8h30), leur a donné le formulaire d'admission directe et me suis assise en pensant presque que si c'était grave, l'attente ne serait pas énorme. Ensuite, presque huit heures se sont écoulées avant que je vois quelqu'un. Je suis retournée voir l'infirmière du triage environ une heure plus tard et elle m'a ignorée et a dit qu'ils m'appelleraient quand mon tour serait venu. Environ quarante-cinq minutes après mon arrivée, l'un des membres du personnel a voulu voir ma carte d'assurance mais on m'a laissée dans le hall jusqu'à l'après-midi, environ six heures après mon arrivée. Ensuite, ils m'ont donné d'autres formes à remplir en même temps qu'on m'administrait une intraveineuse et des analgésiques. Ils m'ont demandé plusieurs fois si j'étais dans une situation de violence domestique. Je leur ai toujours donné la même réponse: «Non». J'ai commencé à m'irriter quelque peu du fait qu'ils ne m'écoutaient pas. Enfin, vers 16 hr ou 16:30, ils m'ont fait passer des tests. Entre-temps, j'avais appelé le bureau tout au long de la journée pour offrir des mises à jour, alors que je devenais de moins en moins cohérente. La salle d'urgence a d'abord supposé que j'étais une victime d'abus domestiques, même si j'avais insisté sur le fait qu'il n'y avait eu aucune dispute. Ils ont alors pensé que je pourrais avoir une grossesse entopique (j'avais cinquante ans et aucune relation) et on m'a donné un test de grossesse qui, bien sûr, est revenu négatif. Il était très clair qu'ils ne m'écoutaient tout simplement pas. Ils ont également effectué d'autres analyses de sang qui se sont révélées bizarres, comme un nombre de globules blanc astronomique et une cétose, mais ils ont supposé que le sang avait été contaminé et n'ont pas pris la peine de ré-exécuter les tests. Ensuite, ils ont décidé que j'avais quelque chose d'assez mineur et chronique comme la maladie de Crohn (ce que je savais être également faux puisque mes symptômes ne correspondaient pas à d'autres que je connaissais chez Crohn) et un appendice enflame, ce qui était une chirurgie de routine et  me permettrait de sortir d'ici au lundi.

Eh bien, lorsque le chirurgien est entré, on a découvert que mon appendice avait non seulement éclaté (ce que le chirurgien a dit plus tard, est probablement survenu le mercredi après-midi), mais que je souffrais aussi d’une rupture de l’íleon (ce qui, comme le chirurgien l'a dit par la suite, était probablement la douleur aiguë que j'avais ressenti à partir de la nuit précédente). Le pus avait gagné jusqu'à mon foie. Je me suis finalement rétablie (à l'étonnement du chirurgien) mais je ne lui ai jamais parlé de l'EMI que j'ai eu durant cette crise. Je pensais qu'il se dirait probablement que j'avais perdu l'esprit et me bourrerait d'antipsychotiques. J'ai traversé «l'expérience» en plusieurs étapes au cours des jours suivants,

Pendant l'attente dans la salle d'urgence à un moment donné, j'ai perdu conscience. Cela a commencé avec une zone sombre (qui n'était pas un vide) qui était une sorte de chaussée avec des rayons et des étincelles de différentes couleurs. Cela faisait le même effet que si j'étais en train de monter sur l'un de ces escaliers roulants dans un aéroport. Ensuite, je savais que j'étais dans une sorte d'endroit désertique et je pouvais voir une longue ligne de gens se diriger vers un bâtiment. À ce moment-là, je savais ce qui s'était passé et je suis allée rejoindre la ligne qui allait vers le bâtiment. Une fois au bâtiment, il y avait une porte qui admettait une personne à la fois même si la ligne était composée de deux personnes. Quand mon tour est venu, je suis passée par la porte. Ce qui était à l'intérieur ressemblait à un croisement entre une ancienne église du 19ème siècle et une grange. Je savais que la porte par laquelle j'étais entrée était à l'extrémité sud de l'édifice, avec ce qui restait de l'autel, qui n'était pas religieux, ou du moins pas rattaché à une religion qui me soit familière; il était situé à l'extrémité nord du bâtiment. Il y avait des gens là-bas (aucun que je connaisse) et de petits animaux. Personne ne me parlait parce qu'ils étaient occupés à leurs tâches. Cela ne m'a pas dérangée à ce moment-là. J'ai essayé de parler à une femme qui était particulièrement en difficulté mais sans pouvoir attirer son attention. Je me suis rendue compte que je ne pouvais pas l'aider et je suis sortie par une autre porte qui se trouvait à l'est du bâtiment, donc pas la porte par laquelle j'étais entrée.

La zone située à l'extérieur du bâtiment était très brillante, beaucoup plus brillante qu'une journée normale ensoleillée, mais je n'ai pas eu besoin de m'habituer à la lumière. Il y avait de gros animaux et plusieurs routes. L'une partait vers l'est et n'inspirait pas confiance. L'autre allait vers le nord, puis se dirigeait vers l'ouest. Il y en avait d'autres, mais ces deux-là semblaient les plus importantes. Au loin sur la route nord, j'ai vu un parent du sexe masculin mais je ne savais pas de qui il s'agissait. Il était à environ 800 m sur cette route et se trouvait avec quelqu'un que je ne reconnaissais pas. Je pouvais le voir clairement, mais il avait l'air différent du temps où je le connaissais, donc je ne savais pas qui était mort. La route vers l'est était là où j'étais censée avoir une envie insurmontable de me rendre, mais bien qu'on m'eusse dit d'y aller, je n'avais pas eu l'envie de m'y rendre. En fait, je ne voulais vraiment pas y aller. Cela me rendait malade et inconfortable. Je savais que cela allait dans un endroit où je ne voulais pas me rendre - quelque part où régnaient la souffrance et la méchanceté. Cependant, le karma qui m'aurait mis là n'était pas en quelque sorte connecté à moi, mais je n'avais pas surmonté ce karma. J'ai vu des images rapides de personnes et de lieux qui ne m'étaient pas familiers, donc je n'avais aucune réaction, drame ou histoire liées à ces images. C'était comme voir un diaporama d'un inconnu complet. C'est alors que j'ai commencé à remarquer que quelque chose n'allait pas bien. Je suis rentrée à l'intérieur et j'ai finalement trouvé un blaireau qui m'a parlé. J'étais là depuis très longtemps * [voir la note sur le temps à la fin de ce récit], mais il m'a dit que j'irais finalement là où je devais aller. J'ai ensuite rencontré un inconnu qui m'a dit: "Ta place n'est pas ici". J'ai été renvoyée. Il a fait un geste dans ma direction, et j'ai été projetée à l'ouest. Je n'avais pas remarqué la porte là jusqu'à ce moment-là.

J'ai rapidement franchi la porte et je ne me souviens pas de ce qui s'est passé ensuite, mais j'ai l'impression que quelque chose s'est passé avec ce que j'appellerais «les seigneurs du dharma», ce qui est un concept bouddhiste d'êtres qui appliquent les lois karmiques. Je peux dire que ce n'était pas un examen de la vie dans le bon sens du mot. En fait, je me suis souvenue plus tard qu'il y avait une sorte d'erreur. L'expérience dans le bâtiment était censée être une sorte d'évaluation de la vie, mais ce n'était pas ma vie ni aucune vie passée avec laquelle j'étais associée. D'une certaine manière, j'avais été mélangée avec quelqu'un d'autre ou accusée de faire des choses que je n'avais pas faites. Quelles que soient ces personnes et ces animaux, ils ne m'étaient pas familiers dans cette vie ou une autre. Ils étaient censés l’être, ce qui signifie que je devais réagir d'une certaine manière, mais je n'ai pas réagi à la situation. Cela n'a rien déclenché parce que le déclencheur ne s'est connecté à rien en moi, mais pas parce que j'étais au-delà du karma.

À ce stade, quelqu'un doit avoir reconnu que quelque chose ne tournait pas rond, et j'ai fini par me retrouver dans leur «tribunal» après avoir été plus ou moins bannie par cet homme. J'ai peu de souvenir de cette «cour», mais je me rappelle qu'ils ont déclaré que c'était une erreur et qu'ils m'ont assuré que ces types d'erreurs sont rares. Quoi qu'il en soit, après cela, j'étais soudainement de retour aux urgences, toujours dans le hall, assise mal à l'aise dans une chaise - probablement affaissée et personne ne l'a remarqué.

Mon temps expérientiel * a été d'environ une semaine, bien que seulement quelques heures se soient écoulées ici-bas. Je souffrais trop pour m'endormir. Ce n'était tout simplement pas possible. J'étais assez désorientée et je me sentais très faible. En plus, nous savons tous ce que c'est que de se réveiller d'un rêve intense. C'était clairement différent. J'ai vraiment senti que j'étais partie. Aboutir aux urgences semblait hors de propos. J'avais été instantanément transportée là-bas hors contexte à partir d'ailleurs. J'ai découvert plus tard que j'avais passé environ trois heures dans le monde mondain. Mentalement, c'était comme si je savais que j'allais mourir et que cela me convenait.

Finalement, on m'a rappelée dans la partie arrière de la salle d'urgence. C'était environ six heures après mon arrivée. À ce moment-là, j'ai remarqué que la salle d'urgence était presque complètement vide. Il y avait eu des gens là-bas quand j'étais arrivé et ils étaient tous partis. J'ai également remarqué que durant le temps où je m'y étais trouvée, des personnes dans des états non critiques étaient arrivées et reparties. Ils ont finalement pris mes signes vitaux à ce moment-là et m'ont donné un lit.

Ils m'ont demandé à plusieurs reprises si j'avais été battue par mon conjoint. Ceux d'entre vous qui me connaissent savent que ce ne serait pas une situation dans laquelle je me retrouverais. D'une part, j'ai une ceinture noire de deuxième degré en karaté, j'ai une forte personnalité et je ne suis impliqué dans aucune relation, ni n'en recherche. Ils m'ont fait boire un litre de ce colorant et m'ont fait passer par la machine d'images par résonance magnétique et ils ont décidé que j'avais quelque chose de «chronique» et que j'avais l'appendice enflammé et que je quitterais l'hôpital dans un jour ou deux. Je suis ensuite allée en chirurgie et le constat a été brutal. Non seulement mon appendice avait éclaté mais aussi mon íleon et son cecum et j'avais des saletés (le liquide, de la merde et du pus) qui avaient remonté jusqu'à mon foie.

Le chirurgien m'a dit plus tard que «des gens mourraient régulièrement de ce que vous aviez» et qu'il ne pensait pas que je survivrais. Les gens souffrent généralement de péritonite et meurent dans une semaine ou plus après. J'avais une fièvre carabinée (mais je suppose qu'ils pensaient que c'était aussi une séquelle de violences conjugales) quand je suis arrivée aux urgences, et elle a continué par la suite. J'ai appris plus tard que cette condition avait un taux de mortalité de quatre-vingts pour cent si la chirurgie se faisait dans les deux heures. Allez comprendre. J'étais aux urgences pendant dix heures avant d'entrer en chirurgie.

À un certain moment, j'ai à nouveau versée dans l'expérience et je me suis retrouvée dans une «classe» avec plusieurs autres êtres. Je ne sais pas exactement quand cela s'est produit au cours de cette expérience (pendant la chirurgie, peut-être?). C'était un lieu neutre semblable à la dimension physique. Il y avait un grand bâtiment qui ressemblait quelque chose comme une tente extérieure semblable à celles louées à des vendeurs; seulement, cela mesurait une superficie de la taille d'un pâté de maisons en ville et il n'y avait pas de poteaux, le toit flottait juste là-bas. Il y avait des tables avec une variété d'«outils», alloués à la centaine d'étudiants. Chacun des élèves en avait un et savait lequel il fallait prendre. Ces «outils» avaient tous des fonctions différentes. En outre, les étudiants étaient divisés en groupes de trois sauf pour le mien qui consistait en un être et moi. Il semblait que nous étions tous deux des additions de dernière minute à la classe. Il y avait plusieurs instructeurs et il semblait toujours que nous recevions les instructions dont nous avions besoin (n'ayant jamais besoin d'attendre jusqu'à ce qu'un instructeur soit disponible). L'être avec lequel j'ai travaillé avait un outil, qui pouvait créer des constructions, qui pouvaient contenir et manipuler de l'énergie métaphysique. J'avais un outil de guérison, mais ce n'était pas physique - cela semblait faire de la guérison émotionnelle. Ce n'était pas votre classe universitaire typique. Tout le contenu était expérimenté et peu importait combien de temps il nous avait fallu pour «piger» car le temps ne fonctionnait pas de la même façon que dans le monde physique et certains des outils étaient plus complexes que d'autres, nécessitant plus d'efforts pour apprendre ce que nous avions besoin d'apprendre en utilisant l'outil.

Le niveau de «puissance» des outils variait également. J'en avais un dans la gamme de capacité énergétique moyenne. La classe a pris environ quatre mois d'expérience (voir référence sur le temps ci-dessous). La moitié se déroulait en fait en un lieu pour apprendre à utiliser cet outil et d'autres questions connexes. Mon outil a été ajusté sur ma main droite puis mélangé à elle. Il est resté avec moi après cela. Après un certain effort, j'ai appris à utiliser l'outil, ce qui ne s'est pas passé instantanément. Il y a eu beaucoup d'essais et d'erreurs, de conseils de l'instructeur et l'aide de mon «partenaire de laboratoire». Je l'ai également aidé de manière similaire avec son outil. J'ai constaté que dans une guérison typique, je prenais un échantillon de l'énergie émotionnelle, que j'injectais en guérissant dans ma main droite. Ensuite, cela traversait l'outil et le reste de ma personne au point où je pouvais avoir une idée de la blessure et de comment la guérir. Ensuite, je recevais de l'énergie (soit de moi-même, soit de l'environement) et j'utilisais l'outil pour la transformer en l'énergie de guérison correcte pour cette blessure particulière et l'injecter à travers ma main gauche jusque dans la personne ou l'être que j'étais en train de guérir. S'ils acceptaient l'énergie, elle parvenait à l'endroit à l'interieur d'eux-mêmes, et faisait son travail. Sinon, elle bougeait à travers eux sans rien faire. La dernière moitié de la classe a porté sur un déplacement avec mon partenaire de laboratoire «sur le terrain» en utilisant nos outils dans diverses situations et endroits. Certains endroits où nous sommes allés étaient désagréables, mais nous étions quelque peu isolés de la dynamique négative parce que nous ne faisions pas partie de cette réalité. Le souvenir le plus clair de mon travail sur le terrain impliquait le fait d'aller dans une zone qui ressemblait quelque peu à un complexe carcéral (je fais cette association du fait d'un travail bénévole auquel j'ai participé), mais cela semblait être plus précisément un hôpital psychiatrique qui ressemblait à une prison. J'ai oeuvré pour guérir certains des êtres là-bas et mon «partenaire de laboratoire» a travaillé à rendre l'endroit plus confortable pour les êtres qui devaient y rester. Une fois la classe terminée, nous nous sommes rendus à la maison de mon «partenaire de laboratoire» et nous avons construit une sorte d'armature de guérison. J'ai rencontré plusieurs de ses amis les plus proches qui nous ont aidés autant qu'ils pouvaient. Son outil a construit l'armature, et le mien a couvert l'aspect curatif. La durée de l'expérience (voir la description du temps ci-dessous) pour la classe et la construction de cette armature était d'environ six mois. Après avoir quitté la maison de mon partenaire de laboratoire, je me promenais sur une route lorsque quelque chose s'est approché de moi. Impossible de me souvenir de ce qui est survenu ensuite, mais j'ai le sentiment d'avoir un trou de mémoire. Tout ce que je sais, c'est qu'à ce moment-là, j'ai decidé de ne pas retourner à cette vie. J'avais le sentiment que les motifs pour repartir étaient insuffisants, et que j'étais plus heureuse et productive là-bas.

À un moment donné, je ne sais pas exactement quand cela s'est passé à l'hôpital (je ne sais pas si c'était avant ou après la rencontre avec l'être mentionné précédemment), mais j'ai rencontré «la dame du voile» qui a placé sa main gauche sous mon cou et sa main droite sur mon ventre et je me suis évanouie. Il y a eu d'autres instances où nous avons échangé pendant que j'étais à l'hôpital mais c'était le cas plus intense. Elle avait une voix très particulière, mais je ne l'ai jamais vue à travers le brouillard. Quand je l'ai vue pour la première fois, je pensais qu’il s’agissait d’une sorte d'esprit catholique puisque j'étais dans un hôpital catholique. Cependant, il est apparu peu de temps après qu'elle se soit approchée de moi pour la première fois qu'elle n'était pas plus catholique que moi. Elle est restée avec moi ensuite, et j'ai échangé avec elle plusieurs fois.

Après que je me sois évanouie lorsque la dame du voile faisait ce qu'elle avait à faire, je suis allée dans un endroit qui ressemblait à des collines rondes d'herbe comme de la mousse à memoire de la forme, avec de petites fleurs partout. Une entité comme je n'en avais jamais rencontré m'a embrassée. Amour et acceptation inconditionnels complets. J'ai échangé avec cette entité durant les deux mois expérientiels suivants (encore une fois, voir la description du temps ci-dessous). Nous avons eu des conversations et aussi juste passé du temps ensemble. Cette zone était clairement un endroit où les vrais morts ne peuvent se rendre, et je pensais que je ne repartirais pas. Je pensais que j'étais morte à l'hôpital. Je savais que le dernier endroit où je m'étais rendue se trouvait au-delà de toute «barrière» pour revenir, mais quelque chose ou quelqu'un avait fait une exception. Depuis que cela s'est produit, j'ai parlé avec d'autres gens qui ont eu leur propre EMI et ils m'ont dit qu'ils n'étaient pas autorisés ou n'avaient pas voulu franchir cette «barrière» car c'était la frontière qu'on ne pouvait pas repasser. J'ai eu la même impression au sujet de cette «barrière», mais je n'ai vraiment pas de souvenirs de l'avoir franchie. Il y a des lacunes dans mes souvenirs de mon EMI et cela entre dans le cadre de l'une de ces lacunes, en particulier, celle qui s'est produite tout de suite après que j'ai rencontré cet être en chemin. J'ai l'impression que j'ai effectivement choisi de ne pas revenir et j'ai même le sentiment de comprendre pourquoi j'ai fait ce choix et j'ai traversé la «barrière», mais je n'en ai aucun souvenir. Dans ce lieu, je sentais comme si j'étais complètement aimée et acceptée pour ce que je suis exactement. Je peux avoir des caprices dans mon personnage, mais c'est insignifiant. Je me sentais complètement ouverte et totalement immergée dans cet amour et cette acceptation. Il n'y avait pas de jugement, mais il y avait un aspect omniscient de l'ensemble de la situation et de l'endroit. À un moment donné, cette entité m'a dit qu'il était temps de repartir. Aucune mission ou but n'a été mentionné, et je n'ai eu que le choix de repartir ou non. Je ne savais pas à ce moment-là où j'allais, mais je savais que je devais y aller. Il y a beaucoup de lacunes de mémoire en ce qui concerne mon séjour là-bas, mais ce que je me rappelle, c'est plutôt intense.

Je me suis réveillée pour découvrir au moins deux médecins (je pense qu'il y en avait un troisième hors de mon champ de vision immédiat) à côté de mon lit. Le docteur au bout du lit avait une grosse aiguille et en faisait sortir l'air. Je me sentais très désorientée et étourdie. Il m'a fallu quelques secondes pour réaliser combien peu de temps s'était écoulé ici-bas depuis que j'étais «partie», face à environ huit mois d’expériences *. Le docteur a sauté en arrière quand j'ai ouvert les yeux. Il a dit quelque chose de boiteux comme, "Il nous a fallu beaucoup de temps et d'efforts pour vous ranimer ..." J'ai remarqué qu'il était difficile de parler, mais j'ai compris ce que les gens autour de moi disaient. Ils étaient trop sérieux. Je me suis rendue compte de ce qui avait du arriver. (J'ai découvert plus tard que j'avais réagi aux antibiotiques - environ dix pour cent des gens semblent réagir aux antibiotiques en cessant de fonctionner, et dans les cas extrêmes, le cœur s'arrête - un défi je suppose qui n'a presque pas donné de fruits cette fois-là. Quoique je sache que je n'étais pas aux urgences, j'ai eu un souvenir de la façon dont le personnel ne m'avait pas écoutée ou ne m'avait pas prise au sérieux avec une attitude désastreuse; maintenant ils étaient très sérieux. On m'a demandé de bouger ceci, puis cela, et autre chose; on m'a ensuite posée des questions et on m'a poussée à répondre. On m'a vérifiée pendant les prochaines minutes. J'ai finalement réagi à leur extrême gravité en leur demandant (ceci étant la première chose que je leur ai dit) si je pouvais rentrer chez moi. Je plaisantais, mais je ne pouvais pas projeter cela dans ma voix. L'un d'eux a réagi avec un «NON!» ferme et m'a regardée comme s'il allait me retenir de force. Je me suis calmée. Ma poitrine était douloureuse pendant environ trois semaines et durant les deux jours suivant, je n'étais jamais seule. Je me réveillais pour trouver une infirmière ou un autre membre du personnel assis au pied du lit ou debout à proximité.

De toute evidence, à un moment donné, le reste de ma personne a repris ses esprits. J'ai remarqué que mon «cordon de vie» avait changé ou était absent et que je ne revenais vraiment pas à certains niveaux. Cela est resté vrai, en fait, et même s'est intensifié depuis. C'est la partie visible de l'iceberg. J'avais eu des *expériences pendant plusieurs mois, alors que huit jours seulement s'étaient écoulés ici-bas. Je ne croyais pas à un pouvoir supérieur auparavant, je croyais que les «dieux» étaient des mentors et des aînés, pas des dieux au sens commun du mot, mais lorsque vous êtes embrassée par cette puissance supérieure, la croyance n'est pas un problème. On ne peut pas discuter avec l'expérience. Je suis plus païenne que jamais, n'ayant pas été élevée (ni endoctrinée) dans les religions les plus communes de ce jour et de cette époque. J'interprète cette «puissance supérieure» comme ma «divinité patronale» ou gardien personnel ou tout autre terme qui vous convienne. Je n'en avais pas avant cela et j'en ai maintenant et je peux maintenant échanger avec lui/elle.

Un effet secondaire fréquent chez ceux qui font l'expérience d'une mort imminente (quelqu'un qui a traversé une EMI) est un «changement de paradigme» drastique, ce qui signifie un changement radical dans la perception du monde, ce qui entraîne un gros changement dans la personnalité. Les gens qui me connaissaient ont déclaré que «j’étais une personne complètement différente» et, à bien des égards, j'ai le sentiment de vivre une vie totalement différente qu'auparavant. L'erreur karmique mentionnée précédemment a été corrigée, ce qui a changé la dynamique de ma vie. Quoi qu'il en soit, un épilogue assez amusant est qu'une semaine avant que cela ne se produise, j'avais été orientée vers un programme différent au travail. Je suis ingénieure et je travaille pour une entreprise qui a de nombreux projets (programmes) et une personne passe d'un projet à l'autre assez souvent. C'est plutôt une routine. Durant cette mutation, il n'y avait pas eu de personnes communes aux deux postes. J'ai ensuite vécu mon EMI. Six mois plus tard, des évaluations de performance ont eu lieu. Mon supérieur a obtenu des rapports de mes deux patrons et ils ne s'accordaient pas. C'était comme une critique de deux personnes complètement différentes. Quand ils se sont réunis avec moi, ils se sont disputés pendant tout l'entretien, chacun accusant l'autre de s'être totalement trompé dans son évaluation. Cela a commencé à chauffer et ils étaient tous les deux clairement bouleversés. Le conflit a été porté jusqu'au directeur du centre (un niveau de gestion environ trois ou quatre fois superieur à celui de ces deux-là) qui m'a appelée dans son bureau. Il a évoqué une «discontinuité» et a tenté de comprendre. Je n'ai rien dit au sujet de l'EMI et je n'ai pas expliqué les incohérences de l'évaluation. La dernière évaluation était nettement meilleure que la précédente. Si vous regardez les détails des évaluations, il est clair que mon quotient intellectuel avait nettement augmenté. Cela a également été mentionné par mes amis (une pensée plus rapide et plus précise qu'avant). J'ai été promue à un poste de plus haute responsabilité (ce qui signifie qu'en raison du calendrier, je n'ai pas littéralement obtenu un nouvel emploi qui reflète une promotion, mais j'ai été placée dans un poste qui va habituellement aux personnes situées à un ou deux niveaux au-dessus du mien, et l'on m'a dit que si je pouvais assumer ces responsabilités, alors j'obtiendrais probablement une promotion à ce niveau au prochain cycle) et le gérant du département a reçu l'ordre de «corriger cela». 

* Le temps: Il existe plusieurs références au temps dans cet article, qui ne fait pas référence au temps tel que nous le connaissons. Je vais maintenant emprunter un concept d'ingénierie pour m'aider à décrire ce que je veux dire par temps ici. Dans le monde physique, l'expérience est axée sur le temps. Par exemple, il m'a fallu une heure pour conduire à cet endroit, la classe dure dix-huit semaines, ou il m'a fallu plus d'un mois pour réparer le garage, etc. Les événements ont lieu mais ils sont évoqués en termes de temps et sont généralement séquencés en termes de quand ils se sont déroulés. Dans le monde spirituel, l'expérience est axée sur les événements et le temps n'existe pas, tel que nous le connaissons. Un événement en déclenchera un autre et sera séquencé selon la façon dont il connecte avec les autres, y compris des choses qui peuvent se produire simultanément. Les événements simultanés se produisent lorsqu'un ou plusieurs événements déclenchent plus d'un autre événement avec la même intensité. Étant donné que le temps n'existe pas, il n'y a aucun moyen de déterminer la durée de chaque événement et il n'y a pas non plus de moyen de séquencer les événements. Je définis de manière abstraite le temps là-bas comme la densité, la complexité et le changement dans mon niveau de maturité que l'événement entraine et l'expérience du «temps» comme une sorte d'analogie, ce qui signifie que si je devais regarder l'expérience, combien de temps environ cela prendrait-il pour avoir un ensemble similaire d'expériences ici-bas. Quand je dis qu'une semaine s'est écoulée là-bas, ce que je dis vraiment, c'est que si j'avais un ensemble d'événements similaires, ici-bas, combien de temps cela prendrait-il? Cette «semaine» est un descripteur de l'ampleur et de la complexité de l'événement. Par conséquent, j'aurais pu faire l'expérience de l'événement en un instant, car je n'ai aucun moyen de savoir en fait combien de temps s'est réellement passé lors de cet événement car il n'existe pas là-bas, mais la connaissance expérientielle acquise prendrait environ une semaine si cela se déroulait ici-bas. Par conséquent, la «semaine» mentionnée ici n'est qu'une analogie ou un descripteur et n'est pas censée être une quantité réelle quantifiable ni ne fait littéralement partie de l'expérience. Je n'ai pas passé une «semaine» dans ce bâtiment. J'ai connu une série d'événements qui, s'ils se produisaient ici-bas, prendraient environ une semaine. Cette référence au temps est juste l'analogie la plus simple que je pouvais proposer pour décrire la complexité des événements dans la partie de l'expérience qui a eu lieu à l'intérieur ou près du bâtiment.

Renseignements généraux:

Genre:     Femme

La date à laquelle l’EMI est survenue:     12 janvier 2007

Au moment de votre expérience, y avait-il un événement qui menaçait votre vie?    Oui.   Mon appendice avait creuvé, ainsi que l'iléon et le cecum et j'ai attendu huit heures aux urgences avant que quelqu'un ne s'occupe de moi.   

Éléments de l'EMI:

Comment considérez-vous la teneur de votre expérience?     Merveilleuse

Vous êtes vous sentie séparée de votre corps?   Oui. Je perdais la perception de mon corps.  

Quel était votre degré de conscience et de vivacité durant cette expérience comparativement à celui que vous avez au quotidien en temps normal?    Etat de conscience et de lucidité normal. Voir ci-dessus.

Durant votre expérience, à quel moment étiez-vous au maximum de votre conscience et vivacité?   Je pense que vous ne voulez pas dire à quel point j'étais consciente de mon environnement physique. Je pense que vous voulez dire à quel point je suivais l'expérience. Donc, ma réponse serait au cours de la «classe».

Est-ce que vos pensées allaient rapidement?     Incroyablement vite.

Est-ce que le temps vous a paru s'accélérer ou ralentir?     Tout semblait se passer à la fois; ou le temps s'arrêtait ou perdait toute signification. J’ai passé plusieurs jours ici-bas, mais j’ai eu le sentiment de passer plusieurs mois “là-bas”.       

Est-ce que vos sens étaient plus vifs que d'habitude?    Incroyablement plus vifs

Est-ce que votre vision était différente de ce qu’elle est en temps normal?  Oui, je pouvais voir des choses distinctes à plusieurs kilomètres de distance. Mon spectre de couleur était plus large - je pouvais voir infrarouges (IR) et ultraviolets (UV).

Est-ce que votre ouïe était différente de ce qu’elle est en temps normal?  Oui Large gamme et je pouvais reconnaître les choses plus loin que d'habitude.

Avez-vous eu l'impression d'être conscient de choses se déroulant ailleurs?    Oui, et les faits ont été vérifiés     

Êtes-vous passée à travers un tunnel?   Oui  C'était comme un escalier roulant plat à l'aéroport. Les alentours étaient sombres avec des éclats de différentes couleurs.

L'expérience incluait:   La présence de personnes décédées.

Avez-vous rencontré ou été conscient de la présence d'êtres décédés ou encore vivants?   Oui La plupart des êtres de la «classe» n'étaient pas humains. Il y avait des animaux et des gens dans l'endroit ressemblant à une grange. Il y avait des êtres «comme Divins» dans l'endroit où se trouvait la mousse à mémoire de forme.

L'expérience incluait:   De l’obscurité.

L'expérience incluait:   Une lumière surnaturelle.

Avez-vous vu ou vous êtes-vous senti entouré par une lumière brillante?     Non

Avez-vous vu une lumière qui ne vous semblait pas d'origine terrestre?     Oui  Très brillante en dehors du bâtiment décrit dans mon expérience.  

L'expérience incluait:   Un paysage ou une ville surnaturels.

Avez-vous eu l'impression d'entrer dans un autre monde non terrestre?    Un endroit clairement mystique ou un domaine surnaturel.

Quelles émotions avez-vous ressenties durant l'expérience?     De la paix durant le moment où j’étais dans l’endroit de mousse à mémoire de forme. Je ne me souviens pas d’autres émotions fortes.

Avez-vous eu une sensation de paix ou de réconfort?      Paix ou bien-être incroyable

Avez-vous eu un sentiment de joie?     Du bonheur.

Avez-vous eu l'impression d'être en harmonie ou d'être uni avec l'Univers?     Je me sentais uni(e) au monde ou ne faisait qu'un avec le monde

L'expérience incluait:   De la connaissance ou un but particuliers.

Avez-vous eu l'impression de soudainement tout comprendre?     Tout sur l'univers    

Est-ce que des scènes de votre passé vous sont revenues?     Mon passé est apparu en un clin d'oeil,  hors de mon contrôle.  

Est-ce que des scènes de votre avenir vous sont apparues?     Des scènes de l’avenir du monde  

L'expérience incluait:   Une limite ou point de non-retour.

Avez-vous atteint une frontière ou une structure physique limite?     Oui, mais je suis passée à travers. Cela m’a fait penser que je ne repartirais pas. Je n’ai pas choisi de revenir, mais on m’a renvoyée au-delà de la barrière.

Êtes-vous arrivée à une frontière ou à un point de non-retour?   J'ai atteint une barrière que l'on ne me permettait pas de dépasser; ou j'étais renvoyée contre ma volonté  

Dieu, Spiritualité et Religion:

Quelle était votre religion avant cette expérience?     Indécis(e) «Païenne solitaire qui ne croyait pas en une puissance supérieure». Les «dieux» étaient des mentors ou des gardiens.      

Est-ce que vos pratiques religieuses ont changé depuis cette expérience?    Oui Je ne croyais pas en une «puissance supérieure» auparavant. J'en ai rencontré une. Comment peut-on discuter avec ça?

Quelle est votre religion maintenant?   Libéral. Plus chamanique qu'auparavant et je crois certainement en une puissance supérieure mais ne sais pas encore ce que c'est.

Est-ce que vos valeurs et croyances ont changé à la suite de cette expérience?     Oui.    Je ne croyais pas en une «puissance supérieure» auparavant. J'en ai rencontré une. Comment peut-on discuter avec ça?

L'expérience incluait:   la présence d’êtres surnaturels

Avez-vous eu l'impression de rencontrer un être mystique ou une présence, ou d'entendre une voix non identifiable?     J'ai rencontré un être précis, ou une voix, clairement mystique ou d'origine non terrestre

Avez-vous rencontré des êtres durant votre expérience?   Je les ai vus vraiment

Concernant nos vies terrestres en dehors de la religion:

Durant votre expérience, avez-vous acquis une connaissance ou de l'information à propos de vos objectifs de vie?    Oui    La classe m'a appris comment faciliter la guérison émotionnelle et faire preuve d'empathie.

Est-ce que vos relations ont changé précisément à cause de cette expérience?    Oui J'ai perdu beaucoup de mes amis qui ne pouvaient pas s'adapter à mes changements. Je me suis rapprochée des gens qui me trouvent maintenant plus accessible.

Après l'EMI: 

Est-ce que l'expérience a été difficile à décrire en mots?     Oui. Il n’existe tout simplement pas de mots pour décrire certaines choses.      

À la suite de votre expérience, avez-vous acquis des habiletés médiumniques, hors de l'ordinaire ou d'autres dons spéciaux que vous n'aviez pas avant?    Oui, empathie, télépathie, guérison et capacité à cerner d'autres aspects des personnes.

Est-ce qu'il y a une ou plusieurs parties de l'expérience qui sont particulièrement significatives pour vous?      Oui. Elle est intervenue en trois parties. La première était l'endroit similaire à une grange, puis la classe, puis l'endroit où il y avait de la mousse à mémoire de forme, avec les êtres similaires à des «dieux».

Avez-vous déjà partagé cette expérience avec d'autres?     Oui  J’en ai parlé à des amis après ma sortie de l'hôpital une semaine après.

Aviez-vous quelque connaissance à propos des expériences de mort imminente (EMI) avant cette expérience?  Non   

Qu'avez-vous pensé du réalisme de l'expérience que vous avez-vécue peu de temps (jours ou semaines) après qu'elle soit survenue?     L'expérience était définitivement réelle

Que pensez-vous du degré de réalisme de l'expérience maintenant?     L'expérience était définitivement réelle

Est-ce qu'une partie de cette expérience a déjà été reproduite dans votre vie?     Oui.   Je suis allée voir un hypnothérapeute pour essayer de mieux me souvenir, en particulier de ce qui c'était passé avec la mousse à mémoire de forme. J'ai eu plus de détails mais rien de plus. 

Y a-t-il d'autres questions que nous pourrions poser pour vous aider à communiquer votre expérience?     Ajoutez une autre section sur les séquelles.