NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Deborah D

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE : 

Le 2 octobre 2002, je suis allée aux Urgences parce que je ressentais une violente douleur sous l’omoplate droite lorsque je respirais. C’était une souffrance plus qu’atroce. La radio et les autres examens étaient normaux. On m’a quand même admise parce que ma pression artérielle était à 18,7 / 12,7 et qu’on n’arrivait pas à la faire baisser. Le lendemain je n’ai fait que dormir. Mais le troisième jour du fluide s’est accumulé autour du cœur et des poumons ainsi que dans ceux-ci. J’ai fait un arrêt respiratoire. On m’a transférée aux Soins Intensifs et on m’a mise sous assistance complète. Le 7 octobre 2002, je me suis réveillée et j’ai arraché tous les câbles et les tubes, j’ai fait un arrêt cardiaque. 

C’est alors que c’est arrivé. Je suis allée dans l’endroit le plus confortable et serein que j’aie jamais connu. J’étais à l’extrémité éclairée d’un tunnel. J’ai vu des membres de ma famille décédés, tous étaient heureux de me voir. Quand j’ai regardé vers l’autre bout du tunnel, j’ai vu mon corps dont on s’occupait frénétiquement. A 14 h 12 mon décès a été prononcé. Au même moment, depuis la lumière blanche aveuglante, une voix, que j’ai supposé être celle de Dieu, m’a demandé : « Es-tu prête à revenir chez toi ? ». J’ai répondu « Non ! ». 

On m’a dit plus tard qu’il y a eu spot sur l’écran du moniteur cardiaque. On a appliqué le défibrillateur, en me réveillant j’ai vu les électrodes à quelques centimètres de ma poitrine. En deux jours on m’a retiré l’assistance et on m’a renvoyée dans une chambre normale. Après avoir été morte pendant dix minutes, je me suis totalement rétablie sans aucune séquelle. Les médecins m’ont appelée : « la patiente miraculée ». Ils n’avaient jamais vu qui que ce soit survivre puis se rétablir complètement, après un syndrome de détresse respiratoire sévère aussi grave que le mien. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’influencer ? Indécise. J’étais inconsciente et sous assistance complète, j’avais arrêté plusieurs médicaments psychiatriques, je sais qu’on m’administrait de la morphine, on m’a donné un médicament pour les crises dues au manque.

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Non

Au moment de l’expérience y avait-il une situation mettant votre vie en danger ? Oui. J’ai fait un arrêt respiratoire à cause des 50 litres de fluide qui emplissaient le haut de mon corps.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Physiquement j’étais inconsciente, émotionnellement j’étais suffisamment consciente pour savoir où je suis allée et comment je suis revenue. Quand je suis retournée dans mon corps, je suis restée totalement lucide pendant trois minutes avant de reperdre connaissance et d’être remise sous assistance.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non. C’était exactement comme dans mes expériences de sortie hors du corps. Je souffre d’un trouble dissociatif de dépersonnalisation. Je me sépare de mon corps à chaque fois que quelque chose me menace, me traumatise, ou est trop pénible à gérer.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. Tandis que les médecins s’occupaient de moi, j’ai pu me voir allongée aux Soins Intensifs, mais j’étais hors de l’extrémité éclairée d’un tunnel.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? La voix tonitruante et pourtant douce de Dieu.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Oui. Je me suis sentie flotter vers le haut dans le tunnel, tous mes tourments ont disparu à mesure que je m’approchais de l’intense lumière blanche.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. Une lumière blanche tellement intense qu’elle était 100 fois plus brillante que le soleil, pourtant je pouvais voir autour de moi.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Ils se trouvaient à l’extérieur du tunnel pour m’attendre. Il y avait mon frère, mon papa Joe et mon oncle Denny. Ils ne m’ont pas vraiment parlé, c’était comme si nos esprits étaient reliés. Ils m’ont dit que je leur manquais, quand ils ont entendu que je venais, ils sont allés m’Accueillir. Chacun m’a interrogé à propos de proches.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Pendant votre expérience avez-vous observé ou entendu quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements, qui ait pu être vérifié par la suite ? Oui. J’ai entendu le médecin annoncer l’heure de ma mort. Quand je suis revenue de la mort, les médecins étaient tellement stupéfaits qu’ils m’ont qualifiée de patiente miraculée.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Indécise. A part l’intense lumière blanche, je ne me souviens de rien de particulier.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Indécise. J’ai eu la sensation d’être au paradis pendant bien plus longtemps que les dix minutes durant lesquelles j’ai été morte.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. J’ai appris que lorsqu’on est rappelé chez soi, on n’a qu’une seule opportunité pour dire : « Non ! Je ne suis pas prêt à revenir chez moi. ». Si l’on possède une capacité émotionnelle particulière, Dieu nous laisse revenir sur terre. Toutefois, pendant le restant de sa vie on doit alors utiliser ce talent pour aider autrui. L’objectif de chacun sur terre est d’aider les autres. Dieu a de nombreux noms, il répond à chaque croyance de manière égale.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui. Je n’ai pas été autorisée à quitter la région où j’étais arrivée au début, jusqu’à ce que Dieu ne réponde à ma demande de rester ou de retourner sur terre. Une fois qu’on a franchi l’illumination on doit rester.

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Oui. Un bon nombre de choses révélées par mes proches se sont effectivement produites. Ainsi, je dirais qu’elles étaient exactes à 80%.

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. J’ai dû choisir de revenir, je sentais qu’il me restait du travail à faire sur terre.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. J’ai développé un sixième sens par rapport aux besoins émotionnels d’autrui.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Je m’attache à traiter chaque personne comme si je n’allais jamais la revoir. Je traite tout le monde avec respect, même ceux que je n’apprécie pas.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Lorsque mon fiancé est mort du cancer, je ne me suis jamais sentie abandonnée. Il a eu sa conversation avec Dieu et il a décidé de rester.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. J’avais tellement peur de la mort que je craignais en permanence que ma mère ne meure. Depuis que je suis morte, ces craintes ont disparu.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Personne n’a paru me croire, jusqu’à ce que des choses que j’avais annoncées ne commencent à se produire.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Regret, honte, la paix éternelle m’a été proposée et je l’ai refusée pour revenir à cette vie que je mène en étant dépressive et suicidaire.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La meilleure : apprendre que ce n’est pas douloureux de mourir. La pire : ne pas être restée au paradis alors que j’en avais l’opportunité.

Souhaiteriez-vous ajouter autre chose au sujet de l’expérience ? La principale raison pour laquelle je suis revenue, c’est que j’ai vu ma mère pleurer auprès de mon corps décédé, gisant avec un drap recouvrant le visage.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui. J’ai eu l’opportunité de raconter mon histoire exactement telle qu’elle s’est déroulée, maintenant peu m’importe qui croira à ce que j’ai vécu.