NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI Possible de Davy Z

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE:

TOI, TU ES TROP GENTIL ! RETOURNES

Je suis né le 6 février 1947 et je suis mort le 19 décembre 2012

I) Avant le 19 décembre

La mort ne m'a jamais fait peur, du moins la mienne. Je pense même que j'y étais préparé par les quelques expériences qui m'en ont rapprochées.

A l'armée, au champ de tir, un soldat,  en quittant le pas de tir, n'a pas respecté le protocole. Une balle est restée dans le canon de son fusil et il a tiré. La balle  s'est plantée entre mon oreille et mon épaule dans le poteau en bois sur lequel j'étais adossé. Toujours au champ de tir, une balle a rebondie et m'a griffé le cou. Sur l'autoroute, je crève en moto à 180 km/h en doublant un camion, une autre fois mon moteur explose (littéralement) dans le brouillard. Moniteur de plongée, un collègue est décédé lors d'une plongée commune. En 1990, à Marrakech, au début de la 1ère guerre du Golf, un énergumène excité par l'intervention des Européens  contre Saddam Hussein, m'a mis un couteau sur la gorge puis m'a légèrement piqué le ventre. Heureusement c'était une menace et le fil du couteau était à l'extérieure.

J'ai donc été plusieurs fois prêt de la mort ce qui m'a rendu un peu distant pendant la  malheureuse expérience que je vais décrire.

D'un point de vue uniquement médical, mon cœur, depuis une dizaine d'année est en arythmie auriculaire, malgré les médicaments, les 5 interventions : ablations de Flutter, de Fibrillations et d'un électrochoc.

Ces interventions sont faîtes dans une salle d'opération digne d'une salle de commande d'une centrale électrique avec 'papamobile' pour le médecin intervenant, afin de le protéger des rayons X. Peu ou pas d'anesthésie afin que les médecins sachent, par rapport à mes réactions, où est la sonde au bout incandescent que l'on m'a introduit dans le cœur. Je peux et je dois lui parler.

Autant dire que malgré les statistiques très positives de ces interventions (4 décès sur 10.000 interventions mais aucun au Centre Hospitalier PRINCESSE GRÂCE de Monaco), je les ai toujours faîtes avec un peu d'appréhension.

Un médicament qui aurait pu m'aider à réguler cette arythmie m'a été interdit par le cardiologue (hypothyroïdie) ce qui a eu pour conséquence une nouvelle fibrillation que l'on ne pouvait soigner que par une cardioversion par choc électrique autrement dit un électrochoc, organisée  à la clinique St Georges de Nice et prévue le 19 décembre en ambulatoire.

II) le mercredi 19 décembre 2012

Arrivée avec Patricia, mon épouse vers 9h00 à la Clinique St George de Nice, on m'emmène vers 10h00. Déshabillage et préparation. Le médecin anesthésiste m'Accueille...m'endort...

Vers 11h00, mon épouse comprend qu'une effervescence anormale se passe dans le service,  le Dr R. vient lui dire que ça se passe très mal, qu'il a fait venir le SAMU pour me transporter au CENTRE CARDIO THORACIQUE DE MONACO. Il lui demande de venir me voir. Elle me trouve bleu-violet, dans un râle je lui dis que j'ai très mal au cœur (je n'en ai aucun souvenirs). Comprenant la situation catastrophique, elle demande au Dr R. que l'on m'emmène dans une unité spécialisée ce qu'il lui est confirmé mais le Dr R. lui dit aussi que j'avais très peu de chance d'y arrivée.

Au cours de l'intervention, j'ai eu plusieurs sidérations, c'est à dire que le cœur se referme sur lui-même comme une ancienne télévision qui implose. Mon cœur ne battait plus qu'à 10%, ce qui entraine obligatoirement le décès ou des problèmes gravissimes cérébraux. Ma chance a été que ces sidérations ont commencé alors que j'étais en salle d'intervention, entouré de cardiologues.

Ils m'ont placé un ballon de contre pulsion intra aortique et ont prévu que l'on me place sous assistance circulatoire à l'arrivée à Monaco.

Je me souviens avoir demandé au Dr R. alors que j'étais dans l'ambulance du SAMU, qu'il vienne me voir 'là où l'on m'emmène', je crois avoir vu le visage décomposé de mon épouse. Grace aux tressautements et à la sirène du SAMU, je savais de façon reflex si j'étais dans Nice ou sur l'autoroute. Je me souviens aussi que, sur l'autoroute, le médecin a demandé que l'on s'arrête pour me soigner. Je crois que je vomissais.

A l'arrivée à Monaco, j'ai été reçu par l'équipe de réanimation en particulier par les Drs E. et F.  Le Dr F. particulièrement 'humaine et à l'écoute des patients' m'a expliqué par la suite mon arrivée.

Elle s'est présentée, je lui ai souri, elle a dit ' quel jolie sourire' et s'est retourné. Allongé sur la civière, avec un bras libre car j'avais vomi, Je l'ai attrapé par la seule partie à ma hauteur, son bas du dos pour lui dire que : 'ça ne va pas, je repars'. Ce qui a fait sourire toute l'équipe qui pouvait comprendre que je désirai retourner à Nice. En fait je sentais mon cœur             re-défaillir, c'était le début de la 4ème sidération.

Sauf quelques très courts instant de lucidité pendant lesquels j'ai été conscient de ce qui ce passé autour de moi, je me suis réellement et totalement réveillé que le samedi 22 décembre après-midi.

Mes souvenirs sont épisodiques mais d'une intensité et d'une précision particulièrement impressionnante.

La suite est technique-médicale. J'étais sondé, perfusé dans un bras et dans la aorte, sous respiration artificiel, attaché, drogué, les yeux fermés, une sonde gastrique pompant un liquide noirâtre dans mon estomac etc. etc.

III) LES HALLUCINATIONS

Je redeviens un peu conscient  le vendredi et peu 'dialoguer', moi par signes, avec l'infirmière. Chaque infirmière, présente 24h/24h, ne s'occupe que d'un seul patient !  J'ai tout de suite eu confiance dès que j'ai compris qu'elle comprenait tout ce que je lui demandais par signe. Paume de main vers le haut 'qu'est-ce qui se passe ou qu'est-ce que je fais  là ?'. Point fermé sauf l'index tendu que je fais tourné dans le sens des aiguilles d'une montre :' et la suite ?'. Elle m'a répondu à toutes mes questions et m'a préparé à chaque fois à la suite des thérapies.

Mon box étant devant l'endroit où toutes les infirmières se retrouvaient et où il y avait les téléphones, j'entendais les conversations et en particulier lorsque Belinda, ma fille, a appelé le vendredi après-midi pour prendre de mes nouvelles, j'ai soulevé un pouce en signe de 'je vais bien' ! L'infirmière l'a vu et lui a dit.

Ce vendredi le Dr L. , cardiologue, de Nice est venu me voir et m'a expliqué ma situation, confirmée par Le Dr R. ,cardiologue,  de la Clinique St George qui est venu le lendemain. J'ai deviné des larmes lorsqu'il m'expliquait qu'en dehors d'un milieu médical de cardiologie je n'aurai pu survivre. C'est cette chaîne de santé et de cardiologues qui m'ont sauvé ! Merci à eux, merci au Samu, merci aux médecins et à toute l'équipe du Centre Cardio-Thoracique de Monaco.

Patricia, Belinda et Harry, étaient présent tout le temps, Philippe et ses enfants sont venus  aussi. C'est en les voyant, Patricia émaciée et 'grise', Belinda livide que j'ai 'décidé' de me montrer positif. En cas de suite négative, je leur aurai laissé un bon souvenir .

A partir du vendredi j'ai donc repris conscience avec un phénomène, pour moi, incompréhensible.

Lorsque j'ai pu ouvrir et fermer les yeux, les yeux ouverts je voyais ce qui m'entourait, les yeux fermés, je voyais apparaître des images particulières.

C'était, par exemple, une descente sur New-York. J'étais immatériel dans un silence absolu, NY dans le noir complet, sans âmes qui vivent sauf les rues, un peu moins noir. En déplaçant mon regard sous mes paupières je me déplaçais de droite à gauche toujours en survolant la ville. Si je figeais mon regard quelques instants sur un point précis  dans ce tableau très sombre, le centre se déformait et apparaissait le visage de G.Depardieu ! On parlait beaucoup de lui à cette période.

D'autre tableaux étaient plus bucoliques: toujours vu en hauteur, l'Irlande verte et bleue avec des millions d'oiseaux migrateurs qui envahissent mon champ de vision. Ou encore dans un angle d'un immense hall, une sculpture faite de cuir mouillé et séché, représentant très finement des dizaines de très jolies cariatides ou des bustes féminins et la encore je pouvais ouvrir les yeux et dès que je les refermais ces sculptures réapparaissaient. En insistant sur cette vision, elle se déformait et Depardieu apparaissait, juste quelques traits de son visage, un peu caché dans les plis des vêtements. D'autres fois c'était un grand drapé de tissus comme un rideau sur le côté d'une immense fenêtre. Une autre fois c'était, dans l'angle du hall précédent des boules et guirlandes de Noël de couleur ocre.

IV) SORTIE DE LA REANIMATON

A partir du dimanche, j'étais donc en soins dans une chambre où tous les matins vers 11h il y a la visite des Docteurs et Infirmières.

En demandant lors d'une de ces visites de m'expliquer, sans langue de bois, ma situation réelle, un des médecins qui m'avait Accueilli aux urgences, le Dr E. a été, comme je l'espérais, pédagogiquement direct.

Voici ses paroles:

'Tout d'abord, Monsieur, vous devez comprendre que vous étiez mort et que vous êtes un miraculé, un ressuscité, sans aucune séquelle ni cérébrale ni cardiaque'. Vous êtes le seul cas depuis notre ouverture, il y a 30 ans.

S'en ai suivi des explications plus techniques mais pour finir sur une note d'humour il m'a demandé :' Là-haut vous qui L'avez vu, comment est-Il ? Car Il nous intéresse aussi !' je lui ai répondu sur le même ton :' je ne L'ai que très peu aperçu, Il m'a trouvé trop gentil et m'a renvoyé! Par contre la prochaine fois je vous promets d'écrire tout ce que je vois et je vous le rapporterai !'.

Donc je fais parti de ceux qui sont morts et qui en sont revenus.

V) L'EXPERIENCE du 'TUNNEL'

On a pu lire des récits sur un tunnel sombre avec, au bout, une lumière intense, pour moi pas de tunnel. Je me suis vu me dirigeant vers le haut, le visage tourné vers le 'ciel bleuté'. Je sais que je laisse derrière moi, plutôt en bas, quelque chose de sombre qui semble être mon passé, j'étais bien. Comme dans les hallucinations, je n'avais pas de corps, sans intelligence, aucun bruit, personne autour de moi et j'avançais dans ce 'néant ouaté' avec plus loin un espace ouaté bleuté. Cette espace ouaté s'est entrouvert, quelque chose ou quelqu'un, plutôt un beau vieillard à la barbe blanche, habillé de cette ouate m'a très rapidement dit :

 ' TOI, TU ES TROP GENTIL ! RETOURNES'.

Là se termine mon expérience extracorporelle.

V) EN CONCLUSION

Plus d'un an après que me reste t'il ? Ai-je changé ?

Il me reste des questions sans réponse, beaucoup de questions : Qui ai-je 'vu' ou imaginé ? Les hallucinations syndromes normaux liés aux traitements médicamenteux ou réminiscence de ce qui m'a impressionné dans les jours ou les mois précédents ou conséquence de ce passage inexplicable vers autre part?  Si j'ai changé ? Oui, plus de recul par rapport au relation avec les personnes qui m'entourent. D'abord il y a ceux, famille ou amis qui sont effectivement venus me voir et donc ceux qui ne sont pas venus. Puis il y a les médecins , tous les médecins et leurs équipes qui ont pris les bonnes décisions, qui m'ont soigné et guéris, je l'ai admire.

Il y a aussi cette impression presque INAVOUABLE d'être 'plus intelligent' ? Une explication m'a été donné par un médecin intéressé par ce phénomène qu'il connaissait. Il explique en comparant le cerveau à un méga ordinateur qui dans cette expérience disjoncte comme un Bugg. L'informaticien rallume l'ordi et le reformate, il élimine ainsi les programmes inutiles installés . Là est sa comparaison, le cerveau s'est 'éteint' et s'est remis en marche expurger des connections inutiles. L'ordinateur devient plus performant,  le cerveau aussi ?

Au moment de votre expérience, y avait-il une situation mettant votre vie en danger ?    Oui     Des arythmies et/ou des fibrillations récalcitrantes qui ont étaient ablataient 5 fois par interventions

Cette expérience est-elle difficile à décrire avec des mots ?    Non     

A quel moment au cours de l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ?          Lorsque cet être éthéré m'a dit :' Toi, tu es trop gentil, retournes    Je suis resté en réanimations 4 jours (1 infirmière pour 1 patient). J'ai compris ou j'étais qu'à la fin des ces 4 jours.

Veuillez comparer votre vue pendant l’expérience à celle que vous aviez immédiatement avant l’expérience.    Dans la première partie, celle ou je 'plane' sur New_York, je me sentais comme un oiseau de proie à la vue perçante.

Veuillez comparer votre ouïe pendant l’expérience à celle que vous aviez juste avant l’expérience.    A la fin des 4 jours de réanimation, j'étais très sensible et en total connivence avec l'infirmière alors que nous ne pouvions 'parler' qu'avec des signes pour moi et des paroles pour elle.

Avez-vous vu ou entendu des évènements terrestres qui se déroulaient alors que votre conscience était séparée de votre corps physique/terrestre ?          

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ?    Comme je l'indique cette période fut intense en actualité lié à l'acteur Gérard Depardieu et dans 3 de mes situations 'hallucinatoires ou EMI' je le voyais. Une autre situation était lié à ce jeune autiste qui mémorisé au détail prés les rues fenêtres et portes des environs de l'Hudson River. Je pense qu'à un moment 'j'étais' cet autiste  

Avez-vous traversé un tunnel ?     Indécis(e)    Je montais vers un ciel ouaté et bleuté très clair, laissant derrière moi et plus bas le 'sombre'

Avez-vous vu une lumière surnaturelle ?    Oui     Je montais vers un 'ciel' très clair bleuté et ouaté

Vous a-t-il semblé rencontrer un être ou une présence ésotérique, ou bien entendre une voix non identifiée ?      J’ai rencontré un être précis, ou une voix clairement d’origine ésotérique ou surnaturelle    Dans le 'ciel' est apparu parmi cette ouate bleuté quelqu'un en forme humaine dont je ne voyais que le haut du corps. Il était 'habillé comme la representation d'un dieu et m'a désigné avec l'index

Avez-vous rencontré ou décelé des êtres décédés (ou en vie) ?    Non     

Au cours de l’expérience, avez-vous eu connaissance d’évènements de votre passé ?    Non     

Vous a-t-il semblé pénétrer dans un monde différent, surnaturel ?     Un monde nettement ésotérique ou surnaturel    Un ciel bleuté, ouaté ais j'étais dans un néant et je montais

Le temps a-t-il semblé accélérer ou ralentir ?     Tout semblait se passer en même temps, ou le temps s’est arrêté, ou il n’y avait pas de notion de temps    Pas de notion de vitesse, peut-être un peu ralenti en présence du personnage

Avez-vous soudainement semblé comprendre tout ?  Sur vous ou sur les autres     En retrouvant ma sensibilité et la vue de ceux qui m'entouraient, mon épouse et mes enfants, j'ai immédiatement compris que ce que je venais de vivre était très sérieux et pour moi, mortel. C'est la vue de ma famille qui m'a redonné la volonté, pour eux, d'agir positivement.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ?    Oui     J'étais dans un néant et j’avançais en montant sans support comme si je volais

Avez-vous vu des scènes de l’avenir ?    Non     

Avez-vous  le sentiment d’avoir connaissance d’un savoir ou dessein particulier ?    Oui     Analyse et synthèse plus rapide

Veuillez expliquer tout changement qui aurait eu lieu dans votre vie après votre expérience :   Slight changes in my life    Peu de changement sauf la compassion que j'éprouve envers les autres particulièrement envers les enfants qui souffrent. Je suis devenu beaucoup plus sensible

Après s’être produite, votre expérience a-t-elle provoqué des changements dans vos valeurs ou vos croyances ?    Oui     Valeurs de chaque membre d'une famille qui doit être pris comme étant unique

Après votre expérience, possédiez-vous des facultés paranormales, sortant de l’ordinaire ou autres que vous n’aviez pas avant l’expérience ?    Non     

Avez-vous raconté cette expérience à quelqu’un ?    Oui     Cette expérience a été difficile à faire accepté à ceux qui m'entourent. Refus pour une personne, et dubitative pour mon épouse. Par contre les médecins sont comme souvent très prêts et à l'écoute tout en sachant de quoi je parle

Avant votre expérience, connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) ?    Oui     Quelques infos dans des documents télé

Peu après avoir vécu votre expérience (quelques jours ou semaines), comment considériez-vous sa réalité:    l’expérience était probablement réelle     Tout simplement parce que en salle de soins intensifs du Centre Cardio Vascilaire de Monaco et lors de la visite journalière des médecins, le cardiologue qui m'a reçu à l'arrivée suite à la cardioversion et à qui j'avais demandé de ne pas avoir de langue de bois, m'a dit que j'étais décédé à l'arrivé et que c'est la seul expérience connue dans cette clinique

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience:    l’expérience était tout à fait réelle     

Vos relations ont-elles changé directement à cause de votre expérience ?    Oui     Avec ma famille, chaque moment est intense et, j'espère , de qualité

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé directement à cause de votre expérience ?    Non     

Au cours de votre vie, est-ce que quoi que ce soit, à un moment quelconque, a reproduit une partie de l’expérience ?    Non   

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles votre expérience complètement et avec exactitude ?    Oui     Le texte que je vous ai transférer est celui que j'ai écrit et réécrit plusieurs fois pour le rendre crédible et au plus prêt de ce que j'ai vécu. Je pense que toutes les questions ont un lien avec cette expérience

Devrions-nous poser d’autres questions afin de vous aider à exprimer votre expérience ?    Pendant cette expérience vous ne demandez pas la situation, les actions(pleurs, câlins, paroles etc)  ou les réactions des familles ou amis. Peut-être que ceux-ci par leur paroles ou gestes ont influencé l'évolution des personnes 'EMI' ?