NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de David R

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Il était environ 10 heures du matin le samedi du 15 février 2003, je me trouvais dans ma cuisine, j’attendais que la bouilloire chauffe pour me faire une tasse de thé avant de sortir. J’avais le cou raide et une forte douleur à la poitrine. La souffrance s’est accrue dans la poitrine, descendant le long du bras gauche, j’avais chaud, j’étais en sueur, incapable de parler (je vis seul, je ne pouvais donc appeler personne à l’aide). Je me suis écroulé par terre à cause de l’aggravation de la douleur. Suant et cherchant de l’air, je m’affaiblissais. J’ai atteint un point où la souffrance était tellement forte que je me suis dit : « Je ne sais pas ce qui se passe, mais quoi que ce soit, c’est en train de me tuer. ». Je me sentais mourir, j’ai identifié sans l’ombre d’un doute la sensation très nette que ma vie refluait. Alors que je gisais sur le sol, une séparation a semblé se produire, je sentais distinctement la force vitale, l’énergie, quel qu’en soit le nom, s‘écoulant hors de moi, j’avais conscience de la différence entre moi et l’énergie vitale qui me quittait. 

C’est difficile à décrire avec des mots, mais à un moment, j’ai semblé occuper deux endroits différents, je ressentais la douleur dans mon corps, mais j’étais également éloigné de la souffrance, comme flottant près de moi-même. J’ai alors eu peur, je savais que j’étais en train de mourir ou que j’étais mort, je n’étais pas tout à fait sûr de ce qui était exact. Mais je savais que je ne voulais pas être mort, je me souviens avoir pensé : « Si je ne me lève pas maintenant, je ne me relèverai plus jamais. ». Je suis donc retourné à mon corps et je l’ai fait se relever. Je me rappelle d’avoir senti la vie se ruer à nouveau dans mon corps, c’était comme une forte bourrasque de vent qui l’emplissait. Ensuite je me suis retrouvé en moi-même, j’ai à nouveau ressenti la douleur, la réalité physique contrastait violemment avec l’énergie sans forme et sublime de l’existence hors de mon corps. 

La séparation très réelle, nette entre ma conscience et mon corps est un événement que je n’oublierai jamais. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. Une crise cardiaque qui a duré 2 heures. Lorsque je suis arrivé à l’hôpital, on pensait que je n’allais pas survivre.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? J’étais très conscient et lucide, comme je l’ai décrit, c’était très net et réel, autant que tout ce que j’ai vécu par ailleurs.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non. Pas du tout comme un rêve, c’était très réel et direct, pas du tout lointain ni bizarre.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. Il semble que je me trouvais dans un état sans forme, hors de mon corps, conscient mais sans forme.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Non

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Indécis. On pourrait éventuellement considérer qu’être séparé de mon corps constitue une dimension différente, mais je ne suis pas allé dans un autre endroit.

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. J’ai décidé de retourner dans mon corps.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Je suis déprimé, perdu et solitaire depuis cette expérience.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La meilleure, semble-t-il, c’est qu’une question fondamentale a été en partie résolue pour moi : il existe une force vitale distincte du corps. La pire est d’avoir subi cette crise cardiaque, j’ai le sentiment de connaître la mort, la limite entre la vie et la mort est très fine.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui