NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Curt AL

Description de l’expérience :

J’étais à un party suivant la dernière d’un spectacle. En rétrospective, c’était vraiment stupide de ma part – j’étais debout et j’avais fonctionné à plein régime depuis à peu près trente heures et j’étais épuisé. J’aurais dû m’en aller à la maison plutôt que d’aller au party – mais tous les comédiens étaient plus ou moins obligés d’y être étant donné que les patrons y étaient, etc.

J’ai commencé à être très malade au party. J’ai eu des nausées, j’ai vomi et j’ai fait de la diarrhée, j’étais étourdi, j’avais du mal à respirer et me sentais extrêmement gelé. Le froid extrême en avril en Caroline du Nord n’est pas chose commune. Il faisait probablement soixante-quinze degrés à l’extérieur et très chaud dans la pièce où le party avait lieu, mais j’étais congelé.

Un autre comédien et deux autres personnes (Je me rappelle ces deux personnes mais je ne les connaissais pas) m’ont ramassé lorsque je me suis effondré et m’ont porté/traîné jusqu’à une voiture et m’ont conduit à l’hôpital le plus proche. Je pouvais les entendre mais je ne pouvais ni bouger ni parler. 

À l’entrée de la salle d’urgence, deux techniciens (Infirmiers, médecins, préposés – deux, gars en blanc) m’ont sorti de la voiture et m’ont placé sur une civière. Je me rappelle qu’ils me posaient beaucoup de questions. Je pouvais les comprendre, mais je ne savais pas ce qu’ils voulaient dire (à ce moment-là). De plus, je ne pouvais ni bouger ni parler.

Je me rappelle avoir été amené là où je pensais qu’il s’agissait d’une salle d’opération – mais j’ai compris plus tard qu’il s’agissait d’un compartiment dans une salle d’urgence ou quel que soit le nom que l’on donne à ces petits espaces de soins.

Je sentais que je convulsais mais je sais que j’étais absolument immobile. Je me rappelle qu’un médecin ou un technicien m’a retiré mes verres de contact. La lumière était intensément, douloureusement brillante. Lorsqu’il a mis une lumière dans mes yeux, la douleur était agonisante. J’ai essayé de crier et j’ai essayé de parler, mais je ne le pouvais pas. On m’a dit plus tard que j’étais dans le coma – mais je sais que je ne l’étais pas parce que je me rappelle tout. Je sentais tout.

Toutes les sensations physiques étaient grandement amplifiées. Lorsque les gens me touchaient, cela faisait vraiment mal. Le cathéter qu’on m’a posé pour recueillir un spécimen d’urine faisait vraiment mal. Même le masque déposé sur mon visage (lequel je suppose était pour l’oxygène) me faisait vraiment mal.  

J’avais toujours aussi froid, mais la douleur (la douleur interne – ça me faisait encore mal lorsqu’ils me touchaient) a continué. Le niveau de bruit était assourdissant. Il me semblait que tout était exagérément amplifié et que les techniciens hurlaient au-dessus de moi.

Puis, soudainement, comme je prenais une respiration – peut-être était-ce l’oxygène ou autre chose qu’ils me donnaient, c’est entré et j’ai senti comme si mon corps s’amplifiait. J’ai commencé à me réchauffer. Tout est devenu calme. Je n’avais plus aucune douleur.

J’ai eu l’impression de flotter en direction du plafond, assez haut. J’ai senti une brise à gauche et me suis tourné pour regarder dans cette direction. Je me suis retourné et j’ai pu me voir ou voir mon corps étendu sur la table en bas. Je me rappelle avoir pensé « Wow ! Nancy avait raison. Je suis vraiment maigre ! »  À ce moment-là, je pesais environ centre trente livres. Avec ma taille et ma structure, j’aurais dû peser entre cent quarante-cinq et cent-cinquante livres.

Alors que je regardais mon corps en bas, j’ai entendu un médecin dire « Oh merde ! On le perd ! » Tout semblait se dérouler au ralenti. J’ai lu vu frapper ma poitrine – je suppose pour repartir mon cœur. J’ai essayé de dire « Non ! Ne lui faites pas de mal. Laissez-le tranquille. » J’ai pris conscience que c’était un peu étrange de référer à moi-même en tant que « lui », mais à ce moment-là, je sentais que j’étais l’entité regardant en bas un homme qui ressemblait beaucoup à ce que j’avais l’habitude de voir – mais que ce n’était pas vraiment moi.

J’ai fermé les yeux. Je ne voulais plus les voir lui faire du mal. J’ai flotté. Je me suis retourné pour me retrouver étendu (flottant) sur le dos. L’intense clarté de la salle d’hôpital s’est mise à disparaître et est devenue un léger « brouillard ».  Je me rappelle avoir pensé qu’il était vert pâle et me demander comment je pouvais le savoir puisque j’avais les yeux fermés. Je sentais que j’étais à proximité de quelque chose de merveilleux et d’excitant mais je ne savais pas ce que c’était. Mais, je me dirigeais lentement vers cet endroit. Le bel endroit quoiqu’il ait été ou où qu’il ait été, était en bas à droite. Si j’avais été couché et que ma tête avait été au nord et mes pieds au sud, l’endroit se serait trouvé au sud-ouest ou peut-être au sud-sud-ouest.  Il n’était pas vraiment « en bas », mais à la hauteur de mes pieds. Je sentais que quoique soit cet endroit – il était plus lumineux que le brouillard vert. Pas aussi inconfortablement lumineux que l’hôpital avait été, mais confortablement lumineux. Je voulais aller là. J’y ai eu une revue instantanée de ma vie. Alors que je sentais que tout se passait extrêmement lentement, la revue, elle, était incroyablement rapide. Je me rappelais plusieurs incidents du passé… des rôles rejoués… des « conversations » ayant eu lieu avec des gens. Je me suis rappelé ma vie entière presque comme si je la revivais à plusieurs niveaux simultanément. J’ai ressenti ce pouvoir incroyable d’être en mesure d’accorder mon entière attention à plusieurs différentes choses en même temps.

Soudainement, je suis retombé dans mon corps. La douleur, les éclairages brillants et les sons extrêmes étaient de retour. Mais, cette fois, je n’avais pas froid. Je transpirais abondamment.

J’avais conscience que les médecins, infirmières et techniciens discutaient, mais je ne pouvais pas comprendre ce qu’ils disaient. Ensuite, je suis parti – ou me suis endormi – ou bien j’ai perdu connaissance.

Je sais que j’ai passé la nuit à l’hôpital et que mon ami m’a ramené chez lui ensuite parce qu’il ne trouvait pas mes clés. Je n’ai pas eu connaissance de cela. Tout ce dont je me souviens, c’est m’être éveillé dans un lit qui m’était étranger dans une maison inconnue. Il m’a dit de me rendormir… et je l’ai fait. On me dit que j’ai dormi pendant quarante heures. J’en doute. Il me semble plus probable que ça ait été quarante heures depuis le début de l’incident jusqu’à mon réveil – mais on m’a dit que j’ai dormi quarante heures.

Le lendemain, je suis allé pour un suivi chez mon médecin. Sa réaction était à peu près « Eh bien, je ne vois rien d’anormal vous concernant maintenant. » Je suis donc parti – quelqu’un m’a conduit jusqu’à ma voiture – je suis retourné à la maison et j’allais bien.

J’étais fâché de voir que les médecins frappaient ce petit homme maigre que j’observais. Et je me sens trahi de ne pas avoir pu découvrir ce qu’était ce merveilleux endroit.

Rien de comparable ne m’est jamais arrivé depuis.

Renseignements généraux :

Genre : homme

La date à laquelle l'EMI est survenue : début avril 1976

Avez-vous fait usage de médicaments ou autres substances ayant pu avoir un impact sur l’expérience ? Non

Au moment de votre expérience, y avait-il un événement qui menaçait votre vie ? Oui   J’étais épuisé à ce moment-là. J'avais aussi des douleurs intenses, des difficultés respiratoires, des vertiges extrêmes et une vision floue.

Éléments de l'EMI :

Y avait-il des médicaments ou des substances qui auraient pu influer sur l'expérience ? Non  

L'expérience était-elle onirique de quelque manière ? Ce n’était pas un rêve. C’était très réel pour moi.

L'expérience incluait : une expérience hors du corps

Vous êtes-vous senti séparé de votre corps ? Oui   Je ne me suis pas réellement senti comme ayant une forme. Je ne pense pas que j’étais « réellement » moi pendant que je regardais mon corps en bas, mais mon essence plutôt. Je ne sais pas de quoi j’avais l’air.

Durant votre expérience, à quel moment étiez-vous au maximum de votre conscience et lucidité ? Je me suis senti très lucide. On m’a dit que j’étais froid, mais je savais que j’étais paralysé et muet.

Est-ce que le temps vous a paru s'accélérer ou ralentir ? Oui   Pour moi, ça a semblé un temps incroyablement long quand actuellement ça n’a duré que quelques minutes.

Est-ce que votre ouïe était différente de ce qu’elle est en temps normal ? Les sons n’étaient pas différents mais ils étaient incroyablement forts.

Aviez-vous eu l'impression d'être conscient de choses se déroulant ailleurs ? Oui   On m’a raconté plus tard que le médecin a dit penser qu’ils me perdraient. C’est la seule chose que je puisse vérifier. L’ami qui m’a transporté à l’hôpital a entendu le médecin le dire. Le médecin a aussi dit plus tard qu’il pensait qu’ils m’avaient perdu.

Êtes-vous passé à travers un tunnel ? Non   J’étais « près » d’un endroit, mais ce n’était pas un tunnel ou une entrée.

Avez-vous rencontré ou été conscient de la présence d'êtres décédés ou encore vivants ? Non  

Avez-vous vu une lumière qui ne vous semblait pas d'origine terrestre ? Oui   Je ressentais que tout était plus lumineux là, mais je n’ai pas vu de lumière intense ou autrement anormale.

Avez-vous eu l'impression d'entrer dans un autre monde non terrestre ? Oui   C’était un endroit merveilleux dans le sens où il n’y avait aucune douleur et c’était confortable. Je n’avais aucune vue sur l’endroit comme tel.

Quelles émotions avez-vous ressenties durant l'expérience ? Peur, colère – puis un repos tranquille – ensuite une douleur brève alors que je réintégrais mon corps.

Quels ont été le meilleur et le pire moments de votre expérience ? Le meilleur : une incroyable sensation de confort étant proche de cet endroit. Le pire : en être chassé.

Avez-vous eu l'impression de soudainement tout comprendre ? Oui   Je savais que toutes les réponses se trouvaient à cet endroit si seulement j’avais pu y accéder.

Est-ce que des scènes de votre passé vous sont revenues ? Oui   J’ai juste fait une revue de vie. Je n’ai rien appris de particulièrement nouveau.

Est-ce que des scènes du futur vous sont apparues ? Non

Avez-vous atteint une frontière ou une structure physique limite ? Non

Êtes-vous arrivé à une frontière ou à un point de non-retour ? Indécis.   Je ne suis pas certain de comprendre ceci. Je sais qu’ils tentaient de me ramener. Ce n’était pas mon choix. Je ne voulais pas revenir.   

Dieu, Spiritualité et Religion :

Est-ce que vos valeurs et croyances ont changé à la suite de cette expérience ? Non   

Concernant nos vies terrestres en dehors de la religion :

Quels changements sont survenus dans votre vie à la suite de votre expérience ? Je ne me sens pas particulièrement différent mais j’ai un plus grand respect pour la vie. Depuis cette expérience, je ne suis même pas capable de tuer un insecte. J’attrape des araignées que je vais déposer dehors – puis je me sens coupable parce que ce sera froid et inconfortable pour elles. J’avais l’habitude de marcher sur des insectes – maintenant je me contente de les chasser. 

Est-ce que vos relations ont changé précisément à cause de cette expérience ? Pas de véritables changements.

Après l'EMI : 

Quelles émotions avez-vous ressenties après l’expérience ? J’étais juste fatigué. J’étais un peu déprimé, peut-être frustré d’être allé à cet endroit, quoi qu’il ait été. Après quelques jours, je me sentais bien.

À la suite de votre expérience, avez-vous acquis des habiletés médiumniques, hors de l'ordinaire ou d'autres dons spéciaux que vous n'aviez pas avant ? Indécis.   Je pense que je suis plus conscient que je l’étais. Ce pourrait, bien entendu, être en fonction de l’âge. Ça a eu lieu presque à la moitié de ma vie, alors je suis certainement plus conscient. À défaut d’autres choses, je chéris la vie sans peur de la mort.

Avez-vous eu d'autres événements dans votre vie, que ce soit par la prise de médicaments ou autres substances qui auraient reproduit en tout ou en partie l'expérience ? Non

Les questions posées et les renseignements que vous avez fournis décrivent-ils de façon précise et détaillée votre expérience ? Oui    Je pense que c'est exact. C'est exact selon mes souvenirs.

Y a-t-il d'autres questions que nous pourrions poser pour vous aider à communiquer votre expérience ? Je suis certain qu’il y a des questions que vous pourriez poser qui m’aideraient. Mais je ne suis pas sûr de ce qu’elles sont. Ce n’est pas que je cherche de l’aide. Si mon expérience peut servir vos recherches ou peut aider quelqu’un d’autre, c’est parfait. Je ne cherche rien pour moi personnellement. 

Est-ce que l'expérience a été difficile à décrire en mots ? Oui   J’ai essayé pendant des années de trouver la manière de l’expliquer à quelqu’un et je n’y arrivais pas. C’était à la fois agréable et effrayant. J’étais en quelque sorte en colère à ce moment-là – d’abord parce que je mourrais (je le pensais) et ensuite, parce qu’ils ont eu le culot de me ramener.

Avez-vous déjà partagé cette expérience avec d'autres ? Oui   J’en ai parlé avec très peu de gens. Les réactions sont comprises entre « Tu es tellement plein de… » et « Oh, wow ! Vraiment ? »  Je ne pense pas que j’aie eu d’impact particulier sur qui que ce soit. Eh bien, il y avait une diplômée un peu cinglée qui me harcelait. Elle avait décidé de vivre une expérience de mort imminente aussi. Mais, c’était juste une lunatique. Plus tard, elle a assailli un acteur avec qui j’ai échangé après un spectacle, un échange du genre « Bon job mon gars ». Je ne l’avais jamais rencontré avant. Elle l’a assailli et voulait le tuer et a dit ensuite « Qu’il interférait entre nous ». Je suppose que dans son esprit, un étranger pouvait ainsi intervenir alors que nous n’étions même pas ensemble.