NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Corina

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE : 

Vers la fin de l’été 1989, le médecin m’a informée que je nécessitais une hystérectomie. Je ne voulais pas d’opération. Je me trouvais trop jeune, de plus, j’avais perdu ma propre mère à cause d’un cancer de l’utérus à l’âge de 30 ans, j’étais terrorisée par ce que l’on allait trouver chez moi. Mais en l’occurrence je n’ai pas eu le choix, car je subissais tellement de douleurs et de problèmes que j’ai fini par donner mon accord. On m’a installée dans une chambre simple, on m’a laissée là le reste de l’après-midi à ruminer ce qui allait m’arriver le lendemain matin. Je me souviens avoir prié, disant à Dieu que j’avais peur et lui demandant de me donner la force. Toute la journée j’ai prié en Lui disant que je ne voulais pas mourir.

Vers 8 heures du matin, on m’a emmenée au bloc, on m’a ramenée quelque temps plus tard…vers 11 heures me semble-t-il, mais je n’en suis pas sûre. Je me rappelle bien par contre du temps qu’il a fallu pour qu’on me ramène à ma chambre simple, je n’arrêtais pas d’appeler les infirmières pour leur dire que quelque chose n’allait pas. Elle ne cessaient de me répondre que tout allait bien, quelquefois elles me faisaient juste une injection, pensant que j’avais besoin d’un antidouleur, alors que je leur disais sans cesse que je n’en voulais pas. Finalement, vers 20 h 30 ce soir là, je me rappelle avoir ouvert les yeux et avoir pensé : « Je vais mourir. ». Quand j’ai essayé d’attraper la sonnette pour appeler l’infirmière, je n’ai même pas eu l’énergie pour le faire.

Tandis que ma tête s’inclinait à droite, j’ai aperçu un lit à l’autre bout de la chambre, avec la plus magnifique vieille dame (cheveux blanc pur) que j’aie jamais vue. J’avais le sentiment qu’elle était très vieille, pourtant, elle semblait tellement parfaite, tellement jeune. Elle m’a regardée avec le plus doux des sourires en disant : « Je vais appeler les infirmières, n’aie pas peur, tout va bien se passer. ». J’ai dû m’évanouir, car dans mon souvenir suivant j’ai vu les infirmières au dessus de moi qui me disaient : « Que voulez-vous maintenant ? », « Je ne peux plus respirer, je crois que je suis en train de mourir ! ».

Elles ont relevé ma pression artérielle, une des infirmières a dit précipitamment à l’autre d’aller vite chercher le médecin, car quelque chose n’allait pas. Elle m’a donné de l’oxygène, le médecin est rapidement venu à mon chevet, il m’a annoncé que j’avais fait une hémorragie interne toute la journée, qu’il fallait m’opérer à nouveau. Jusqu’à cet instant, j’avais eu très peur de mourir, mais tandis qu’on m’emmenait rapidement dans le couloir vers le bloc opératoire, un sentiment de confort, de bien-être, de chaleur m’a envahi tout à coup, je n’avais plus peur.

J’ai pensé : « OH ! C’est ce qui est censé arriver. ». C’était agréable. J’ai dit au médecin qui me parlait tout en courant au chevet de mon lit à roulettes : « Votre voix est bizarre, elle résonne presque comme un écho. », « Restez avec nous Corina ! » a-t-il répondu. Juste après qu’on m’ait endormie, j’ai flotté au dessus de mon corps, les regardant s’agiter, le médecin disait : « Je ne vois rien, trop de sang. ». Il m’a incisée latéralement, puis de haut en bas.

La pensée et la sensation suivantes est de me retrouver dans une obscurité totale, tout en sentant mon corps, toutefois en regardant, je ne voyais rien. J’étais pétrifiée, je me souviens avoir dit : « Mon Dieu, ne me laisse pas seule, où es-Tu ? ». Immédiatement après, est apparue la lumière la plus intensément brillante que j’aie jamais vue, elle était tellement brillante que je pouvais à peine la regarder. Devant la lumière il y avait un énorme portail, comme celui d’une cathédrale, près de celui-ci se trouvait ma mère qui est morte alors que j’avais 8 ans. Il y avait là d’autres personnes, mais je ne les ai pas reconnues.

Le sentiment que j’ai éprouvé est quelque peu difficile à expliquer, mais je vais faire de mon mieux. Absolument toutes les agressions et souffrances que j’avais vécues, qu’elles aient été physiques, émotionnelles ou mentales, avaient totalement disparu, à leur place avait été implanté amour, acceptation, dévouement et sensation de bien-être intenses. Durant une seconde… J’ai compris toute chose, tellement simple, mais ensuite c’est parti… comme si nous n’étions pas censés comprendre « TOUT ».

Ma mère m’a ensuite regardée et m’a dit… mais pas en paroles, uniquement par la pensée : « On t’a accordé une seconde chance, je peux t’accompagner sur le chemin restant, ou bien tu peux repartir. ». Je me souviens que je me sentais siiiiiiiiiiii bien là bas, je voulais rester, mais ensuite j’ai pensé à mes jeunes enfants et j’ai dit à ma mère : « Je dois repartir, mes enfants ont encore besoin de moi, tu sais à quel point il a été difficile pour toi de nous laisser alors que nous étions jeunes. »

Tout à coup, j’ai eu l’impression d’être sur un énorme élastique tendu à fond, on m’a ramenée avec un sursaut si fort, Le retour ici était presque douloureux, avec une sensation de gêne. J’ai ouvert les yeux sur une infirmière qui pleurait près de mon lit aux Soins Intensifs, elle a ouvert des yeux grands comme des soucoupes en s’exclamant : « Vous êtes de retour, Oh ! Vous nous avez fait tellement peur, je vais appeler le médecin. ».

J’avais d’emblée deux questions, la première était : « Qui et où est cette vieille dame qui se trouvait dans mon autre chambre ? ». On m’a répondu : « Quelle vieille femme, vous étiez seule dans votre chambre. ». Ensuite j’ai dit : « Je suis morte n’est-ce pas ? ». On ne m’a pas répondu, mais quand j’ai commencé à raconter au médecin que j’avais flotté au dessus de mon corps et tout ce qui avait été dit, les outils utilisés, il a quasiment fui de ma chambre.

Eh bien, depuis cette expérience mes dons d’intuition sont devenus de plus en plus forts. Quelquefois je me sent tellement reliée à tout… les plantes, les arbres, le ciel et tout ce qui existe. C’est le sentiment le plus merveilleux au monde. Là où auparavant je ressentais de la colère, maintenant j’éprouve de l’amour. Cette expérience a touché toutes les facettes de ma vie.

Je sais que Dieu a un dessein pour moi, j’ai en effet subi une autre opération de l’abdomen (elle était censée durer 1 heure et demi, mais elle a pris 4 heures et demi), apparemment, j’ai été très « chanceuse ». On m’a appelée la « dure à cuire », la « miraculée ». Je ne me rappelle pas avoir eu la même expérience que la fois précédente, mais je suis revenue avec une sensation absolument merveilleuse. Avant qu’on ne m’endorme pour l’opération, je me souviens avoir dit au médecin : « Ne vous inquiétez pas, j’ai demandé à Dieu qu’il guide votre main et celle du spécialiste lorsqu’il sera là. ». Et c’est exactement ce qui s’est passé, on a dû appeler un spécialiste en cours d’intervention, à cause de complications.

Je sais que Dieu veut que je fasse quelque chose, mais j’aimerais être sûre de ce dont il s’agit. Cela me conviendrait d’être conseillère, d’écrire (si j’étais plus douée pour cela), de faire des ateliers de  quelque chose, etc., mais il serait agréable aussi d’avoir un quelconque don de guérison. J’aimerais avoir initié une GRAND changement dans ce monde avant de repartir. Je sais que cela peut paraître idiot à certaines personnes, mais croyez-moi, cela vient du fond du cœur et de l’âme. Quel merveilleux sentiment ! 

L’expérience était-elle difficile à exprimer avec des mots ? Non

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? C’était comme lorsqu’on est éveillé, aussi réel que maintenant au moment où j’écris sur le sujet.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? NON

Quelles émotions avez-vous éprouvées pendant l’expérience ? Les émotions les plus merveilleuses, positives, intenses que j’aie jamais éprouvées.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Non

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Oui

Précisez : c’était comme un tunnel plus noir que noir, juste avant que je ne voie la lumière brillante. Je flottais à l’intérieur, je ressentais mon corps, mais je ne pouvais pas le voir ???

Avez-vous vu une lumière ? Oui

Précisez : une lumière brillante, intense que je ressentais tellement chaleureuse et bonne, si aimante et pleine de sagesse. Mon sentiment personnel est que nous sommes tous des « étincelles » qui viennent de la « Grande Lumière ». Lorsque notre corps physique meurt, notre âme, esprit, essence, nos sentiments et pensées retournent à la source… la « LUMIERE ».

Avez-vous rencontrés ou vus d’autres êtres ? Oui

Précisez : ma mère et d’autres personnes, mais je ne les ai pas reconnues. J’ai expliqué le reste dans mon récit.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Oui

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui

Précisez : je pense que pour moi la limite était l’immense portail devant la lumière. J’avais le sentiment que si je passais ce portail, je ne pourrais jamais revenir.

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui

Précisez : je voulais tellement rester là bas parce que l’on s’y sent siiiiiiiiii  bien, mais je savais que si j’avançais ne serait-ce qu’une main au delà d’un certain point, il ne me serait plus permis de revenir.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui

Précisez : avant et après. Après l’expérience, ils se sont accrus.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui

L’expérience a-t-elle affecté vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Expliqué dans le récit.

Avez vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui

Précisez : certains la tournent en ridicule et disent que ce n’était que les « traitements » ou quelque chose de ce genre. D’autres on grandi et appris grâce à cela.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Précisez : je n’ai jamais consommé de drogue ou d’alcool de ma vie.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui