NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Clark B

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Je n’ai pas vécu « l’expérience du tunnel » que beaucoup d’autres ont eue. Je planais au dessus de ma famille. Je savais que j’étais mort, je me sentais coupable que ma femme et mes enfants pleurent sur moi alors que j’étais si bien. J’aurais voulu qu’ils soient morts comme moi, j’ai tenté de leur faire savoir que j’allais bien. Quant à mon corps, je le considérais comme une vieille chaussure bonne à jeter.

A ma naissance on m’avait également donné pour mort. Ma tante était dans la salle d’accouchement. Etant donné que ma mère avait eu de nombreux problème pour accoucher de mon frère, elle n’était plus censée avoir d’enfant. Ainsi, je suis arrivé 4 ans plus tard par accident. Les médecins ont fait leur possible pour convaincre ma mère d’avorter. Elle croyait que c’était la volonté de Dieu que je naisse. Sa peau n’était pas souple. Durant les six dernières semaines de grossesse, elle a dû rester sur le dos dans un motel près de l’hôpital. On ignorait qu’il était impossible à ma mère d’accoucher naturellement parce que son bassin était rigide comme celui d’un homme. Finalement, les médecins ont décidé de pratiquer une césarienne, lorsqu’ils ont fait la première incision, le ventre de ma mère s’est ouvert en se déchirant. Elle saignait abondamment. Ma tante m’à dit que j’avais l’air d’un cochon graissé. Les médecins ont eu du mal à me sortir. Quand ce fut finalement fait, je ne réagissais plus, on m’a laissé de côté. Les médecins se sont focalisés sur le sauvetage de ma mère. Pour s’occuper de ma mère, il n’y avait de place que pour trois paires de mains, heureusement pour moi. L’interne a donc fait le tour de la table, il m’a attrapé et a entamé un bouche à bouche. Je dois la vie au Dr Hershfeld.

Sept jours après mon électrisation, un autre habitant de Tyler, au Texas, a été électrocuté par la même ligne à haute tension. On a dû amputer les pieds de sa femme à cause des brûlures qu’elle a subies en tentant de le libérer des câbles.

En 1958, à 18 ans, j’ai subi un accident agricole grave, aujourd’hui encore, j’ignore comment je m’en suis sorti avec seulement une légère plaie au genou et quelques contusions. Je suis tombé d’un tracteur, j’ai été coincé par le pneu alors que je tractais une charrue. Sept jours plus tard un voisin a été tué de cette façon.

Je crois que Dieu donne des missions aux hommes. Je crois également que nous, qui avons vécu une expérience de mort imminente, nous sommes des messagers de Dieu pour informer les gens qu’il ne faut pas craindre la mort, qu’il faut mener sa vie comme si on devait mourir demain, c'est-à-dire vivre une bonne vie en sachant qu’on est sur le bon chemin. 

A quel moment de l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ? Tandis que j’étais hors de mon corps, j’étais conscient au maximum de ce qui se passait. C’est quand j’ai été aspiré dans mon corps que les choses ont dégénéré. J’ai souffert d’amnésie partielle pendant environ trois mois. Ma mémoire à court terme ne fonctionnait pas très bien. Je pouvais avoir discuté avec quelqu’un une demi-heure auparavant et ne plus m’en souvenir. J’étais comme une mémoire vive d’ordinateur qui fuirait. Le disque dur fonctionnait bien, mais la RAM perdait tout le temps des données.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience à votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours ? Je ne crois pas qu’il était différent. Par contre, ce que je ressentais était entièrement différent. C’était comme si tous les instincts animaux avaient disparus. J’étais un pur esprit aimant.

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours (pour tous les aspects tels que clarté, champ de vision, couleurs, luminosité, degré profond de perception de la massivité/transparence des objets, etc.) ? Non

Votre ouïe différait-elle de manière quelconque de votre audition normale (pour tous les aspects tels que clarté, capacité à identifier la source sonore, hauteur, force, etc.) ? Non

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ? Amour pur, paix, contentement et joie. Culpabilité, tristesse que ma famille ne soit pas morte pour partager ce que je ressentais.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Indécis. J’ai effectivement vu une lumière au loin. C’était comme dans le film « Voyage au centre de la terre », avec Pat Boone. A la fin les personnages sont dans une immense assiette de pierre et ils sont propulsés hors du volcan par la lave. Lorsque j’ai commencé à reprendre connaissance, c’était comme si je m’étais trouvé loin derrière mes globes oculaires et que j’étais entraîné vers la lumière qui, en grossissant, s’est avéré être le plafond de la salle des Urgences. Après quelques questions posées par quelqu’un qui s’occupait de moi, j’ai sombré à nouveau dans le « trou » de mes globes oculaires. Immédiatement après je me suis retrouvé hors de mon corps, observant ceux qui s’occupaient de moi. Ensuite je ne me souviens de rien, jusqu’à ce que je reprenne connaissance aux Soins Intensifs. J’étais sur le ventre comme un nouveau-né, je pouvais à peine relever la tête. Une jolie infirmière noire étalait sur mes brûlures quelque chose ressemblant à de la vaseline. Quand elle a vu que je la regardais, elle s’est exclamé : « Bonjour Ben Franklin ! ». Etant donné que ma date de naissance est située en janvier 1940, je pouvais déterminer mon âge en soustrayant 40 à l’année en cours. Elle a cru que je me moquais d’elle quand je lui ai demandé en quelle année nous étions. Quand elle m’a répondu 1966, j’ai su que je m’étais trompé en fournissant un âge erroné aux gens des Urgences, je leur avais dit 24 ans. J’ai aussi dû lui demander la date car je n’avais absolument aucune idée de la saison.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Non    

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Indécis. Quand j’ai été électrisé non. Mais quand j’ai été coincé par le tracteur, toute ma vie a effectivement défilé en un éclair.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose  concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui. J’ai vérifié auprès de ma femme l’endroit où elle et les enfants se tenaient tandis qu’on s’occupait de moi à la maison, idem pour la disposition de la salle des Urgences.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou remarquables ? Non

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps ? Indécis. Comme décrit plus haut, au point de ne plus savoir quels étaient l’année et le mois.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. Comme décrit plus haut, je dois être un messager pour ceux qui craignent la mort. Par ailleurs, je sens qu’on m’a accordé la richesse matérielle, non pour moi-même, mais afin de faire le bien et d’aider les autres à vivre de bonnes vies. La richesse matérielle est sans importance. Ce qui est fondamental c’est ce que je dois améliorer, vivre la vie que Dieu souhaite pour moi, faire selon sa volonté.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. J’ai vu un évènement à venir que je ne souhaite pas dévoiler.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Comme indiqué plus haut, je n’en ai parlé qu’à ma mère. Je ne l’ai dit ni à ma femme ni à personne d’autre avant que des livres sur les expériences hors du corps ne commencent à sortir. Je ne voulais pas que les gens pensent que je suis fou.

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ? Non

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur particulière pour vous ? Le principal c’est de ne plus craindre la mort. Je l’attends maintenant avec impatience.

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu (quelques jours ou semaines) : L’expérience était tout à fait réelle. J’avais peur de faire une dépression. C’est pour cela que j’ai dû la garder secrète. A l’époque, je craignais également d’avoir subi des dommages au cœur, j’avais peur de ne plus être là pour élever mes enfants.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience : L’expérience était tout à fait réelle. Maintenant, en sachant que d’autres ont vécu des expériences similaires ou même plus profondes, j’ai intégré l’évènement et j’ai mieux compris ma mission dans la vie.

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Oui. Ma femme et moi avons fini par divorcer. Elle était matérialiste et voulait prendre du bon temps. Quand nous avons divorcé, elle a dit que pour elle j’étais davantage un père qu’un mari.

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Non

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances en ont-ils reproduit une partie ? Non

Souhaiteriez-vous ajouter autre chose au sujet de l’expérience ? Je n’ai pas vécu une EMI aussi profonde que certaines dont j’ai lu le récit.

J’ai oublié d’ajouter une chose, à l’époque de l’accident, je travaillais pour General Electric. Une semaine après l’accident, le médecin de la société m’a convoqué pour un entretien. Quand je suis arrivé à son cabinet, il m’a dit qu’il était stupéfait de ma présence. En fait, quand un employé de GE meurt ou est censé mourir, l’hôpital de Tyler appelle le médecin de GE pour confirmer le décès, ainsi la compagnie d’assurance paye rapidement les ayants-droit. Il m’a dit que mon bulletin de décès avait été rempli, à l’exception de l’heure du décès et de la signature. Il pensait que le temps de boire un café et je serais mort, mais je ne suis tout simplement pas mort. Il a attendu plus de quatre heures avant qu’on décide que j’allais peut-être m’en sortir. J’ignorais tout cela et j’étais pressé de retourner travailler. A ma connaissance, je suis la seule personne qui soit directement sortie de l’hôpital après avoir passé deux jours aux Soins Intensifs. Quand je suis retourné travailler, il ne m’a fallu que 10 minutes pour comprendre que je n’aurais pas dû être là. Heureusement c’était un vendredi et les hommes de mon équipe ont assuré le service à ma place, ils ont couvert mon amnésie partielle durant les trois mois qui ont suivi. Je pouvais définir (constituer le plan de travail quotidien) quels modèles de climatisation nous devions fabriquer, mais je ne pouvais pas le réaliser. Les hommes de mon équipe se sont assurés que les modèles corrects étaient effectivement fabriqués ainsi que je l’avais planifié.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui