Page d'Accueil - NDERF

EMI de Cherie B

Témoignages d’EMI
Partagez votre EMI

DESCRIPTION DE L'EXPERIENCE :

Le 10 avril 2010, on m’a emmenée d’urgence à l’hôpital. C’était environ six mois après que j’aie subi une chimiothérapie suite au diagnostic d’un lymphome de Hodgkin, 10 mois seulement après qu’on m’ait annoncé que je n’avais plus aucun signe de cancer. J’ai présenté des symptômes d’insuffisance respiratoire pendant plusieurs semaines et les équipes médicales n’ont pas réussi à en déterminer la cause. Après avoir appelé mon cardiologue qui a décidé de nous retrouver aux Urgences, mon mari m’y a emmenée. De cette journée effrayante  je ne me rappelle rien, mais mon mari a conservé le souvenir de ce qu’a subi sa nouvelle épouse. J’ai fait un arrêt cardiaque dans les minutes suivant mon arrivée. Le personnel médical s’est précipité à mon chevet afin de commencer la réanimation sans délai, mais le cœur n’a pas redémarré. Une série de miracles s’est ensuite produite, me permettant d’être ici en bonne santé physique.

C’est durant cette période que j’ai vécu l’un des plus incroyables phénomènes qui puisse survenir au cours d’une vie. Je suis passée dans l’autre monde et je suis revenue ici-bas pour raconter mon voyage. 

Cette expérience est-elle difficile à décrire avec des mots ? Absolument. Ce que j’ai vécu se situe au-delà des mots que je pourrais utiliser pour décrire à quoi ressemblait ce que j’ai ressenti, ce que j’ai vécu. Notre vocabulaire n’est pas suffisamment vaste pour en décrire la totalité. 

Au moment de votre expérience, y avait-il une situation mettant votre vie en danger ?  Oui, J’ai fait un arrêt cardiaque et on ne parvenait pas à faire redémarrer le cœur. L’équipe médicale était sur le point de me déclarer morte, mon médecin n’a toutefois pas abandonné. Tandis qu’on pratiquait sur moi les techniques de réanimation, mon médecin est précipitamment allé chercher un système d’assistance permettant d’assurer la circulation du sang dans les organes. Mais le cœur n’a pas redémarré, il ne battait plus. Tous les organes se bloquaient. On m’a finalement transférée dans un autre hôpital où les examens médicaux ont montré qu’il n’y avait aucun mouvement atrial et ventriculaire, à droite et à gauche. J’étais arrivée en arrêt cardiaque dans le second hôpital. Dès que le cœur s’est arrêté, mon esprit a dérivé vers une autre dimension. Je suis ensuite restée dans le coma pendant 6 à 8 semaines, durant ces dernières personne ne savait si j’allais survivre, subir des dommages au cerveau. Afin de simuler la fonction cardiaque, il a fallu au cours de cette période mettre en place un cœur artificiel au moyen d’une série d’opérations à cœur ouvert.  

A quel moment au cours de l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ? J’ai été extrêmement lucide durant la majeure partie de mon expérience dans l’autre dimension. J’avais conscience d’être passée dans l’au-delà, de ne pas être seule, d’avoir revu ma vie, d’avoir eu le choix de repartir ou non. 

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience à celui de tous les jours ?

 Plus conscient(e) et lucide que d’habitude

   J’étais très lucide. Je me souviens du niveau accru de certains sens, comme la télépathie pour laquelle j’ai alors pu constater mon aptitude, cela m’a rendu davantage consciente que je ne l’ai jamais été dans la vie quotidienne. 

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de la vue de tous les jours (pour tous les aspects tels que clarté, champ de vision, couleurs, luminosité, degré profond de perception de la massivité/transparence des objets, etc.) ?  Oui. Je voyais des couleurs mais beaucoup plus riches et brillantes. La perception de la profondeur semblait toutefois différente. Tout passait par la télépathie, l’omniscience, je n’avais donc pas à « regarder », à utiliser les yeux comme nous le faisons habituellement. Je voyais simultanément des êtres formels aussi bien que sans forme. 

Votre ouïe différait-elle de manière quelconque de l’audition normale (pour tous les aspects tels que clarté, capacité à identifier la source sonore, hauteur, force, etc.) ? Durant mes 2 mois de coma, alors même que je me trouvais dans une autre dimension, j’entendais certains sons et certaines conversations qui se tenaient dans ma chambre physique et en dehors de celle-ci. Dans la dimension spirituelle, j’entendais mes conversations avec les autres êtres mais il s’agissait d’une audition télépathique. J’entendais donc des conversations à voix haute, mais j’ai fini par me rendre compte que nous ne parlions pas en utilisant les cordes vocales, au lieu de cela nous avions recours à la pensée, la télépathie. 

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. 

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ? Tant d’amour. Plus d’amour que je n’en ai éprouvé jamais.  Je ne ressentais plus de sentiment de solitude. Je me sentais en sécurité, aussi légère qu’une plume, sans aucun des fardeaux de la vie normale, en paix. 

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ?  Oui. Je n’étais jamais seule, j’étais en permanence environnée par de nombreux êtres, certains possédant une forme, d’autres non. Je ressentais sans cesse leur amour et leur protection. J’ai revu ma vie, au cours de certains passages  j’interagissais avec d’autres êtres dans des vies, ou plutôt des dimensions différentes dans lesquelles certaines leçons ou expériences karmiques s’étaient déroulées. Mais je faisais la distinction, je savais qu’il s’agissait d’aperçus d’une énergie karmique du passé qui m’avait suivie au cours de plusieurs vies. J’ai vu des personnes décédées, j’ai également vu des personnes de ma famille et des amis toujours en vie, dans leur forme physique. Il y avait aussi des êtres que je n’ai pas reconnus mais je ressentais leur amour. 

Pendant votre expérience, avez-vous observé ou entendu quelque chose  concernant des personnes ou des évènements et qui ait pu être vérifié par la suite ? Oui. Je savais qu’au début mon cardiologue m’a sauvée, alors  que j’étais en arrêt cardiaque avant son arrivée aux Urgences du premier hôpital où l’on m’a amenée. Bien qu’étant restée dans le coma pendant deux mois, je savais également que dans le second hôpital, plusieurs patients sont morts dans des chambres proches de la mienne. Je savais aussi qu’à un moment donné, une infirmière a pleuré en racontant sa vie à ma mère à l’extérieur de ma chambre. Je savais même que l’alarme incendie s’est déclenchée plusieurs fois dans l’hôpital et qu’il a fallu fermer les portes vitrées de ma chambre. J’ai également eu connaissance de très nombreux autres évènements, par exemple mon frère qui a traversé pratiquement tout le pays pour venir me voir. Tout cela a été confirmé par mon mari et mes parents. 

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Le temps ne semblait pas exister ainsi que nous le concevons, il n’était pas linéaire comme nous le percevons. Parfois les différentes dimensions dans lesquelles je me trouvais semblaient évoluer en parallèle. Je comprenais certains évènements mieux que d’autres. Certains semblaient se produire extrêmement vite, d’autres paraissaient durer une éternité. L’élément le plus notoire que j’aie remarqué concernant le temps, c’est un incident qui semblait se répéter sans cesse. Il s’agissait d’une séquence d’évènements qui se reproduisait continuellement, comme dans le film « Un jour sans fin ». C’était extrêmement frustrant pour moi, je me rappelle du moment où cela s’est finalement arrêté.

Je me souviens également d’avoir été impliquée dans toute une série d’évènements se déroulant dans divers centres médicaux. L’équipe médicale avait dû me plonger sous l’eau car je ne pouvais pas respirer de l’air normal. Les évènements qui se produisaient étaient extrêmement traumatisants parce que les médecins ont dû tenter diverses méthodes pour me sortir de l’eau afin que je puisse respirer seule. Cela me fait penser à un nouveau-né qui doit prendre sa première respiration. Bref ! Mon frère (plus âgé que moi de quelques années) est le seul qui ait pu me sortir de l’eau me permettant de respirer. Je me souviens effectivement d’être à ce moment-là sortie du coma brièvement (juste une ou deux minutes), suffisamment toutefois pour me rendre compte que mon frère avait pris l’avion afin de me rendre visite et qu’il se tenait à ma droite. Je n’ai pas eu le temps de terminer, mais je me rappelle avoir pointé le doigt vers différentes lettres sur une feuille de papier afin de former la phrase : « J’ai cru que j’étais morte. ». J’ai été replacée en coma artificiel avant de pouvoir indiquer les deux derniers mots. Par la suite, mon mari a toutefois affirmé qu’il savait ce que j’essayais de dire. Je suis encore restée dans le coma pendant 6 ou 7 semaines supplémentaires, durant ces dernières j’ai dérivé entre d’autres dimensions et ce monde. 

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ?  Oui. En revoyant ma vie, j’ai pu comprendre pourquoi j’étais tombée malade. J’ai également vu précisément quelle énergie ou croyance était contenue dans ma vibration spirituelle et reportée de vie en vie, ou de dimension en dimension. C’était très clair, je savais ce qu’il me fallait faire dans cette vie-ci afin de m’en débarrasser, de sorte que mon esprit n’ait plus à emporter cette souffrance dans une autre vie.

J’ai pu voir que l’univers est composé de différentes dimensions constituées à différents niveaux de ce que nous appelons temps ou vitesse. Certaines sont générées simultanément, d’autres dans le passé, d’autres encore dans l’avenir. C’était fascinant. Je continue à chercher les mots qui permettraient de transmettre en détail qu’il s’agit bien d’une réalité. Je ne suis pas une scientifique, mais je sais que ce que j’ai vécu était réel, ce n’était pas un rêve. Si je pouvais prendre un cliché ou un film de ce que j’ai vu afin que tout le monde en ait connaissance, les chercheurs constateraient vraiment que ces évènements se sont produits, comment, pourquoi et de quelle manière cela est relié à ce qui arrive actuellement dans ce monde, tout étant totalement lié, sans l’ombre d’un doute.

Il apparaissait clairement qu’on n’est jamais seul. On est en permanence environné d’êtres aimants quand on passe dans l’autre monde, voire actuellement dans la dimension existante. Je sais qu’on est en sécurité et protégé tout le temps. Quelles que soient les circonstances dans lesquelles on se trouve, comment on est perçu ou jugé par le monde, ou bien ce qu’on a fait dans cette vie, nous sommes tous amour pur. C’est aussi simple que cela. Nous sommes tous ici afin de se rappeler les uns aux autres notre pure essence, ce que nous pouvons créer dans ce monde à 3 dimensions par le biais de l’amour et de la co-création.

J’ai appris que nous ne faisons tous qu’un, partageant différentes expériences. Etant donné que nous ne faisons qu’un, nous ne sommes pas obligés de communiquer de la manière dont nous pensons devoir le faire. Par exemple, la télépathie est une réalité. Non seulement je l’ai vécu dans l’au-delà, mais maintenant que je suis revenue j’en fais l’expérience à un niveau supérieur. On m’a montré que la notion de paradis et d’enfer n’existe qu’ici-bas. Ce sont des termes que nous avons créés en convenant d’un vocabulaire. Mais la réalité c’est que le paradis et l’enfer existent en ce moment même, pas dans l’au-delà. L’au-delà est beau, pur, aimant et sûr. Les luttes et les chagrins que nous nous imposons en ce monde, voilà l’enfer que nous avons défini. J’ai appris que nous pouvons par contre changer les choses afin de créer le paradis sur terre ici et maintenant. 

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui. Je me souviens d’avoir, à un moment donné, demandé d’être emmenée vers la « lumière ». J’étais prête à partir, je ne voulais pas revenir. J’avais tellement souffert dans cette vie, j’avais le sentiment d’avoir déçu tant de gens. Je me rappelle avoir pensé « Oh, ça alors ! J’ai craint si longtemps que, dans le cas où je mourrais, j’allais beaucoup m’inquiéter pour mes proches et en particulier pour mon mari.  Mais tout est fantastique. Nous ne sommes pas seuls, nous sommes tous en sécurité et protégés. Cela va bien se passer pour eux. » J’avais véritablement l’impression que tous mes proches allaient mieux s’en sortir si je poursuivais en direction de la lumière blanche. Je savais que cela allait être difficile pour eux au début, mais j’avais le sentiment qu’à long terme ils allaient pouvoir progresser dans la vie, ne plus avoir à faire face aux problèmes de santé qui avaient envahi notre vie dans les dernières années. Mais à un certain moment j’ai changé d’avis, je me souviens d’avoir indiqué que je voulais « retirer » ma demande initiale d’être envoyée vers la lumière blanche. Je me rappelle avoir dit aux êtres que je voulais repartir vers ma famille. J’ai choisi de revenir. 

Avez-vous eu connaissance d’évènements à venir ?  Oui. On m’a informée que mon corps allait guérir et qu’il était sûr pour moi d’y retourner. Je me souviens d’une série d’évènements qui ont eu lieu dans une grande maison aux murs tout blancs. Il y avait d’autres êtres possédant une forme autour de moi, je communiquais avec eux. A un moment donné, je me suis retrouvée dans une pièce blanche sans personne autour. Tout était blanc pur. J’étais dans ma forme, voyant tout depuis cette perspective. J’avais été placée sur ce qui m’a paru être un lit, mais ce ne semblait pas être un hôpital. Quelque chose me maintenait les chevilles, je ne pouvais donc pas sortir du lit, ni quitter la pièce afin de voir où je me trouvais, ce qui se passait. J’avais l’impression que quelqu’un m’empêchait de bouger (il a plus tard été confirmé, lorsque je suis sortie du coma, que des sangles de chevilles faisaient partie de l’équipement médical, permettant de comprimer les jambes afin de prévenir la formation de caillots tandis que j’étais clouée au lit durant de si longs mois). J’étais extrêmement frustrée. Le calme régnait, impliquant que j’étais censée rester là. Cela m’a paru durer une éternité. Dans cette dimension-là, je n’étais reliée à aucun équipement médical, il n’y en avait pas à proximité non-plus. C’était juste une pièce vide. Aujourd’hui encore j’essaie de comprendre le sens de certains évènements. J’ai la sensation de m’être trouvée dans un endroit impressionnant d’une autre dimension où mon corps avait la possibilité de se reposer. Et ce dernier nécessitait beaucoup de temps pour le faire avant que je puisse partir. 

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ?  Oui. Tout d’abord, je souhaite dire que nous avons tous des dons particuliers, que nous en soyons conscients ou non. Et il existe différent niveaux de conscience de ces dons. Je ne peux donc pas véritablement dire que je n’avais aucun de ces dons avant l’EMI. Bien que j’aie toujours été en harmonie avec mon intuition, j’ai progressé vers un tout autre niveau grâce à la pratique spirituelle au long des années et à l’EMI. Celle-ci a confirmé des phénomènes existants dont j’avais fait l’expérience en grandissant, mais je ne savais pas vraiment de quoi il s’agissait. Mon niveau de télépathie, de seconde vue, de spiritisme, de perception extrasensorielle et autres, s’est considérablement élevé. Par ailleurs, je ressens simultanément la présence de nombreuses autres dimensions, ce qui n’avait jamais été le cas auparavant. Cela a été assez troublant au début, après ma sortie de l’hôpital, mais c’est tout à fait réconfortant maintenant. Je continue à éprouver  le sentiment intensifié d’amour que je ressentais en passant dans l’autre monde. C’est différent de tout ce que j’ai vécu avant. 

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ?  Oui. J’ai été incapable de parler durant la majeure partie des quatre mois passés à l’hôpital. Je suis en effet restée sous respirateur pendant de longs mois. Afin de me passer de la ventilation et de l’intubation trachéale mise en place lors de la première opération à cœur ouvert (les poumons s’étant en effet effondrés), j’ai subi une transition sur les deux derniers mois de séjour à l’hôpital. Mais à certains moments du troisième mois, on a pu renforcer les poumons et j’ai occasionnellement utilisé une connexion trachéale me permettant de dire quelques mots.

A cette époque j’ai commencé à raconter quelques évènements. Je posais surtout des questions afin de pouvoir déterminer ce qui faisait partie de ce monde ou non, car j’étais alors incertaine de la dimension dans laquelle je me trouvais. Ce fut une période confuse pour moi. Je ne comprenais pas pourquoi j’étais revenue d’un espace aussi magnifique pour vivre le cauchemar des Soins Intensifs, de la pompe cardiaque, de la ventilation, de toute cette douleur etc. J’éprouvais un sentiment du genre : « Vers quelle sorte de vie suis-je revenue ? ». Avant la fin de mon séjour à l’hôpital, je n’avais  raconté à personne une partie de l’histoire de façon détaillée. Il m’a fallu très longtemps pour comprendre le monde dans lequel je me trouvais, ce que je venais de vivre. C’était tellement réel. Après être rentrée chez moi de l’hôpital, j’avais peur de dormir la nuit, non pas en raison de mes rêves, mais à cause du sentiment éprouvé chaque matin en me réveillant dans un nouveau cauchemar en ce monde. Cela s’est amélioré avec le temps, mais il m’a fallu presque deux années pour vraiment saisir ce que j’avais vécu. J’ai maintenant pu raconter tous les détails de mon expérience de manière sûre à mon meilleur ami de lycée. Les autres ne peuvent pas vraiment saisir la puissance de ce que j’ai vécu, ni celle de l’amour, par conséquent la plupart des gens pensent que j’ai seulement rêvé. Mais avec le temps j’ai pu avoir confirmation et/ou trouver une logique à la façon dont ces dimensions sont liées les unes aux autres.

A ce jour, l’ensemble des médecins et du personnel médical ayant suivi mon cas ne parvient pas à croire à quel point mon corps a guéri, en particulier le cœur. Même les proches qui m’ont vue à l’hôpital ont encore du mal à comprendre que j’aie survécu à cette expérience. Ce fut vraiment difficile pour mon entourage. J’ai donc  également essayé d’accorder à chacun un espace de guérison de cette expérience. Je n’ai en effet pas été la seule affectée. Au cours des mois où j’étais sous assistance, de nombreuses complications ont mis ma vie en danger, mais je cesse d’écouter à chaque fois qu’on commence à me raconter ces détails. C’est comme si on me parlait de quelqu’un d’autre. Je n’arrive toujours pas à croire aux ravages que mon corps physique à subi, alors que je vivais une vie totalement différente dans une autre dimension. C’est stupéfiant. 

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ?  Oui. Mais je ne m’y étais jamais vraiment beaucoup intéressée. Les évènements paranormaux m’ont toujours terrorisée, probablement parce que j’en vivais déjà, ignorant ce dont il s’agissait ! J’avais entendu parler de personnes revoyant leur vie en un éclair avant de subir un accident, peut-être aussi de quelques incidents concernant des personnes expliquant la vie après la mort en général. Mais je ne me souviens de rien qui m’ait vraiment incité à en apprendre les détails.

Lorsque je suis passée dans l’au-delà, j’étais également informée parce qu’une de mes amies (qui est aussi guide intuitif) m’a dit que parfois on nous donne le choix de rester ou non dans cette réalité. Je n’avais aucune idée de ce dont elle voulait parler. Ainsi, lorsque mon cœur s’est arrêté le lendemain, quand j’ai trépassé, me retrouvant immédiatement dans une autre dimension, je me rappelle avoir pensé : « Oh ! C’est ce que tu voulais dire en parlant du choix de revenir ou non ! Je crois que je veux rester, c’est tellement beau ici ! ». Par conséquent je ne me souviens pas d’une période durant laquelle j’aurais ignoré que je me trouvais dans l’au-delà, j’en ai été consciente tout le temps. 

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu (quelques jours ou semaines) :  Je ne doutais pas de la réalité de ce que j’avais vécu en passant dans l’au-delà. Je savais que j’étais dans l’autre monde, que je faisais l’expérience de nombreuses dimensions différentes, qu’il y avait des messages à découvrir, des évènements qui allaient finalement se dérouler, me permettant de mieux comprendre au fil du temps. 

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur particulière pour vous ? Oui. De nombreuses parties sont importantes pour moi. J’en comprends certaines, pour d’autres je cherche encore. Comme expliqué précédemment, je me souviens d’avoir immédiatement su que j’étais dans l’au-delà. C’était un peu bizarre parce que je me trouvais profondément dans les eaux océaniques, environnée d’un cercle d’êtres. Je ne cessais de leur demander de bien vouloir m’emmener vers la lumière. Je me rappelle d’un long silence, je me demandais pourquoi ils se contentaient de me regarder sans me répondre. Je me suis ensuite rendu compte qu’ils communiquaient avec moi par télépathie et non verbalement.

Ainsi que je l’ai déjà évoqué en indiquant que c’était similaire au film « Un jour sans fin », un évènement ne cessait de se répéter. J’avais décidé de ne pas revenir. Les infirmières de l’institution dans laquelle je me trouvais n’arrêtaient pas de dire qu’il me fallait tenir suffisamment longtemps, afin qu’elles puissent préparer mon corps pour l’arrivée de ma famille et de mes amis qui venaient me dire adieu. Je me souviens en particulier de m’être efforcée de tenir assez longtemps pour mon frère qui vit à des milliers de kilomètres. Une fois mon corps totalement préparé, on me véhiculait à travers une pièce dans une grande cavité. Je ne voyais personne mais j’ai entendu et reconnu ma famille et de vieux amis de la famille. Tout le monde pleurait. Je me sentais très mal, mais je voulais faire vite afin que tous aient l’opportunité de me dire adieu, puis qu’on me laisse partir en paix et ne plus lutter. Après avoir terminé la visite, le fauteuil inclinable dans lequel on me transportait s’arrêtait, j’entamais mentalement un compte à rebours à partir du chiffre 5 : « 5, 4, 3, 2… ». Ensuite je recevais un léger coup derrière la jambe. Je ne voyais pas de qui il provenait, mais j’étais ennuyée que le compte à rebours ait été interrompu. Puis je m’apercevais que toute la séquence d’évènements se répétait depuis le début, quand on préparait mon corps pour la visite. Cela s’est reproduit plusieurs fois, jusqu’à ce que je me retourne finalement afin de voir qui me frappait légèrement l’arrière de la jambe, m’empêchant de partir. Je me suis rendu compte qu’il s’agissait de mon mari.

Je me souviens d’un autre évènement au cours duquel j’ai dû être un genre de dauphin ou de cétacé capturé par un bateau. Je me rappelle avoir été emmenée dans un véhicule, quelque part en altitude dans les montagnes. Il n’y avait rien dans les environs, hormis le plus magnifique château étincelant qu’on puisse imaginer. Il se trouvait dans une grande cour et je me demandais où j’étais. Tant d’évènements se sont déroulés qu’il me faudrait prendre le temps d’en écrire tous les détails. Mais je dirais que tous étaient stupéfiants. Différents de tout ce que j’avais vécu. 

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience : Je sais que tout  ce que j’ai vécu était réel. Ce qui m’a le plus influencé reste la série d’évènements me montrant pourquoi j’avais tant lutté dans cette vie-ci, quels schémas j’avais transportés de vie en vie dans mon champ énergétique. C’était incroyable, je l’ai vraiment ressenti, je l’éprouve encore dans chacune de mes cellules. Je discerne comment la maladie et la santé prennent vraiment leur source au niveau énergétique. Mais plus important, j’ai appris que je n’ai pas créé la maladie volontairement, par contre j’avais laissé mon corps porter en permanence certains schémas énergétiques au long de nombreuses vies. Tandis qu’on me montrait cela, j’avais l’opportunité de revenir, de me débarrasser de ces schémas énergétiques afin que mon esprit puisse ensuite être en paix, quelle que soit la dimension vers laquelle il allait voyager.

Nombre de mes proches m’ont dit avoir remarqué un changement dans mon énergie. Depuis lors, je suis beaucoup plus calme. Je trouve que je suis maintenant capable de prendre de la distance beaucoup plus rapidement vis-à-vis des problèmes, des drames, etc. Quelques minutes me suffisent. En allant dans l’au-delà, j’ai appris à me détacher des problèmes de façon quasi instantanée. Je n’avais jamais été capable de le faire avant. Lorsque quelqu’un me blessait ou me disait quelque chose d’insultant, je pouvais ruminer cela littéralement pendant des décennies ! J’ai également appris à évaluer instantanément mes niveaux d’énergie, à savoir si je m’épuise ou non, à déceler ce qui en est la cause, à connaître la manière de régénérer mon esprit afin que l’énergie négative pesante ne s’implante pas dans mes cellules, ceci pouvant générer plus tard des maladies dans mon corps physique. Le message crucial pour moi, c’est que dans cette réalité physique en 3-D nous sommes humains, nous possédons une forme, nous avons effectivement un ego et nous subissons l’illusion d’être distincts les uns des autres. Donc, au lieu de lutter contre cela, de me sentir coupable et honteuse de ne pas empêcher les problèmes qui surgissent, je peux maintenant m’autoriser à être « humaine », à déceler les schémas énergétiques pesants et négatifs, à immédiatement faire quelque chose ou aller quelque part afin de libérer, de transmuter cette énergie, à conserver le lien avec l’être authentiquement aimant que je sais être. Cela rend la vie bien plus agréable et divertissante ! Dans l’au-delà, j’ai fait l’expérience de ne pas subir les lourdes contraintes de la vie quotidienne. Ce qui est stupéfiant, c’est que je vois maintenant  que je peux recréer ici, dans cette réalité physique, la sensation de me sentir légère comme une plume.

C’est notre paradis sur terre. 

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Oui. Cela a incroyablement développé mes relations avec trois de mes meilleurs amis du collège et du lycée, ce qui semble vraiment stupéfiant. J’ai l’impression qu’ils connaissent mon moi véritable. Ils me « voient ». Ils « voient » mon esprit, mon âme, au plus profond de mon cœur. Cela constitue un sentiment d’amour inconditionnel magnifique et riche. Je crois qu’étant donné que j’ai vécu un sentiment d’amour tellement intense dans l’au-delà, je sais maintenant ne pas mériter moins ! Je suis en droit d’être « vue » en ce monde comme la magnifique âme que je suis. Passer du temps à prodiguer mon pouvoir au profit de qui que ce soit ou de n’importe quelle autre situation serait juste une perte de temps. Nous devons jouer dans cette dimension. Le temps est venu de s’amuser !

La plupart de mes autres amitiés semblent s’être évanouies sans effort. Nombre de proches de ma famille paraissent toujours batailler avec, me semble-t-il,  l’acceptation d’avoir failli me perdre. Je peux comprendre la peur de me « laisser entrer » à nouveau dans leur cœur, ne sachant pas si je serai encore là demain. C’est dur pour moi émotionnellement, mais je l’assimile totalement. Je me focalise seulement sur l’énergie d’amour qui emplit mon cœur chaque jour. Dans ma vie, de nouveaux amis sont également incroyables.  Ils sont extrêmement ouverts, curieux de ce que j’ai vécu quand je suis allée dans l’au-delà. Nombre d’entre eux se trouvaient avec moi durant mon voyage là-bas, alors même qu’ils sont encore dans leur forme physique. Nous disposons donc aussi de ce lien. Ils comprennent que nous sommes tous des êtres aimants, que nous ne sommes pas distincts. J’ai donc une relation privilégiée avec eux. Par ailleurs c’est amusant, car je pratique des jeux télépathiques en leur compagnie dans la dimension spirituelle, alors même que nous sommes tous dans notre forme physique. C’est tellement réconfortant, dès que je commence à me sentir seule, j’ai un rappel instantané que ce n’est jamais le cas. 

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?  Indécise. Je n’ai pas eu d’instruction religieuse, bien que j’aie toujours été curieuse des différentes religions et de leurs rites, je n’ai jamais pratiqué une religion en particulier et ce n’est toujours pas le cas. Toutefois, cette expérience a confirmé ma croyance en l’immortalité de l’âme. Et aussi que nous ne serons jamais seuls, même après que notre corps physique ait cessé d’exister. 

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances en ont-ils reproduit une partie ?  Oui. Je suis en permanence dans de multiples dimensions simultanément. Cela paraît bizarre mais c’est vrai. Pas toutefois d’une façon qui m’empêcherait de fonctionner dans cette réalité-ci, je parviens à toutes les distinguer. Au début cela me troublait, mais maintenant cela me plaît tellement. C’est difficile à expliquer. Par exemple, je ne vois tout simplement pas pourquoi je laisserais des problèmes sans importance m’ennuyer, alors que cette dimension n’est pas la seule qui existe. J’éprouve une sensation de claustrophobie lorsque j’oublie temporairement la vastitude du monde, que je me laisse piéger par quelque chose d’insignifiant, j’ai l’impression de ne pas pouvoir respirer. Je vais alors m’assoir au bord de l’eau, c’est en effet la manière la plus rapide de me relier à la grandeur de tout ce qui est. Lorsque je me reconnecte à ce sentiment, tout ce qui n’a pas d’importance disparaît tout simplement. C’est tellement magnifique.

Dans ma vie actuelle, je peux à nouveau éprouver ce grand sentiment d’amour avec trois personnes. Je ne parviens pas très bien à expliquer avec des mots comment cela se passe. Simplement, il existe un lien énergétique qui me relie à chacune d’elles sans nécessiter de paroles. Nos cœurs peuvent tout simplement se relier au niveau même dont j’ai fait l’expérience dans l’au-delà. 

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ?  Oui.