NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Charles M

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Le jour en question, à l'heure dite, j'étais à la gym GOLD en train de m'exercer avant d'aller au travail, ce qui est mon habitude quotidienne. Je me souviens d'une grosse douleur de tête, côté gauche, douleur qui ne s'allégeait pas et qui me forçait à contempler la cessation de mes exercices, le mal de tête me provoquant des larmes. Je me rappelle que je l'ai signalé à un ami qui s'exerçait en même temps que moi, en lui disant que je ne pouvais continuer à cause de cette douleur aiguë. Puis je me rappelle que je me suis allongé sur la natte pour me reposer. Je n'ai aucun souvenir de mon écroulement ni de m'être heurté contre un exerciseur, me blessant la bouche, avant de m'étaler au sol. Un ami a crié au secours, et on a appelé les urgences 911, comme je l'ai appris plus tard par le personnel de la gym.

Je me rappelle que je signalais ma souffrance aux auxiliaires médicaux, car j'avais des douleurs atroces, dévastatrices et continues, à partir de la tête jusque dans l'échine. Les auxiliaires croyaient que je me serais fait mal en m'exerçant, mais à plusieurs reprises j'insistais que ce n'était pas le cas, et que je n'exagérais pas l'intensité des douleurs. Au demeurant je leur ai dit que je savais bien de quoi il s'agissait, étant donné que j'étais agent de police et que je comprenais bien qu'en pareil cas l'on avait tendance à éxagérer ses douleurs. L'ambulance partie en vitesse par les rues, je me rappelle que j'ai demandé aux auxiliaires de faire taire la sirène à cause de mes douleurs de tête.

C'est à partir de ce point-là que j'ai gardé les yeux fermés, parce que je me savais mourant, c'était sûr que j'allais mourir en conséquence des atroces douleurs que je subissais. L'auxiliaire tenais à ce que j'ouvre les yeux pour qu'il puisse observer les pupilles, mais j'ai refusé de le faire. J'ai vu, au cours de mon travail, bien des personnes qui meurent, avec du monde autour en train de regarder le visage du décédé. J'ai déclaré à l'auxiliaire que je n'allais pas «partir comme ça», c'est-à-dire entouré de personnes qui me regardent, épouvantées de me voir mort et gisant par terre.

Je priais Dieu très fort, je me rappelle, en lui disant que j'étais prêt à mourir mais que je ne le voulais pas, je voulais continuer la vie sur terre avec ma femme depuis 7 ans, car je ne voulais pas qu'elle subisse l'angoisse de perdre son mari quelques jours après avoir perdu son père, enterré tout récemment.  Je me souviens d'avoir dit au Seigneur que j'avais besoin de rester ici pour pouvoir prêcher l'évangile, conformément à son dernier commandement (Matthieu 28,19,20).

Je n'ai plus adressé à Dieu en prière que ces 7 mots: «je remets mon esprit entre tes mains». Sur le moment je me suis observé se séparer de moi-même, pour flotter près du plafond de l'ambulance, d'où je regardais l'auxiliaire qui se démenait désespérément dans le but de me réanimer... en plus je l'ai entendu crier à son collègue qu'il me perdait, ceci juste au moment de ma séparation du corps. Je me souviens d'avoir traversé le plafond et, une fois à l'extérieur, d'avoir vu deux anges, effrayants à voir et dont la force était très grande. Ils mesuraient environ 3m. Nous montions ensemble vers le ciel, de plus en plus haut, j'en étais tellement étonné que je n'ai pas eu peur, j'en étais plutôt ébahi de l'expérience.

Je me rappelle que j'ai dit aux anges de ne pas lâcher prise, car je suis sujet au vertige. Ils ne m'ont pas laissé tomber, malgré les vains efforts que je faisais pour me libérer. Une fois arrivé au paradis, j'ai vu Jésus Christ, c'est-à-dire je suppose que c'était Jésus, celui qui est maintenant Dieu des domaines spirituels. L'ange m'a laissé descendre, pendant que je contemplais autour le paradis, me souvenant comme celui-ci est décrit dans la bible, par exemple les rues revêtues d'or pur, mais je ne pouvais constater cela à cause d'une vaste brume qui gisait sur le sol du paradis, si on peut parler ainsi. Je me rappelle avoir vu Dieu (si je peux me permettre de le dire) Qui est sorti d'une pièce qui se trouvait vers le coin gauche de la pièce où m'avait déposé les anges en toute sécurité... Je l'ai observé comme il a saisi la poignée de la porte de la pièce, pour sortir à reculons. J'ai remarqué qu'il portait une longue robe transparente, de même que lui aussi laissait transparaître l'arrière plan. Il portait une ceinture en or, et puis quand j'ai regardé son visage, j'ai eu la trouille.... Il avait la face d'un... lion.

Je demeurais stupéfait de ce que je regardais. Ensuite j'ai vu les anges qui me revenaient en volant. Je les ai regardés du coin de l'oeuil, parce que je n'osais pas les regarder en face. Du coin de l'oeuil c'était plus supportable. C'est alors que j'ai remarqué que Dieu me fixait, mais ne me disait rien, me communiquant par des moyens télépathiques, apparemment. Je comprenais seulement qu'il me disait de ne pas avoir peur, et sur le moment j'en ai été rassuré. En même temps je regardais autour de moi pour voir s'il y aurait quelqu'un d'autre dans l'assistance, mais je n'ai vu personne. Je me rappelle que je plaignais Dieu, car il me semblait qu'il était très seul, parce que je ne voyais personne d'autre si ce n'est les saints anges.

Je n'ai fait que le regarder pendant qu'il me regardait. J'ai réfléchi sur le moment que je devrais m'agenouiller devant lui, mais je redoutais de le faire car je ne voyais pas où je pourrais me mettre, à cause de la grande brume qui se répandait. J'ai pensé que si je le faisais je finirais par retomber à travers le ciel jusqu'à terre. C'était à cause du vertige que j'ai déjà mentionné. Dieu me regardait, sans rien faire d'autre, et moi je me tenais à 5 ou 6 mètres d'où il était. Il m'a fait peur, rien qu'à cause de sa face de lion. Puis je me rappelle qu'il a levé le bras d'un geste qui voulait que je retourne ici-bas pour réintégrer mon corps. Arrivé dans mon corps, j'ai signalé à l'auxiliaire qu'il cesse de faire ce qu'il faisait, à savoir, d'appliquer les électrodes dans le but de choquer mon coeur.

Je lui ai annoncé à voix haute qu'il ne voudrait pas croire ce que je venais d'éprouver, mais il m'a coupé la parole en me disant que je lui avais provoqué une trouille bleue! Il m'a raconté que j'avais subi un arrêt cardiaque, et qu'on avait commandé un hélicoptère pour me transférer à l'hôpital Emory dans le nord-est  d'Atlanta, le meilleur hôpital pour les traumatismes cérébraux. C'était pour moi une longue réhabilitation, à cause cette grave maladie. Je suis encore sujet à des attaques moins graves. Je n'ai pas eu à traverser cette épreuve tout seul, car j'avais près de moi ma tante Mildred qui m'a beaucoup aidé avec ses prières et supplications. J'en remercie le bon Dieu.

Ce type d’expérience est-il difficile à décrire en mots? Non

Au moment de cette expérience, y avait-il une situation menaçant votre vie? Non

A quel moment pendant l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ?

A peine franchi le seuil de l'Eternité!

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience et votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours? Plus de conscience et de lucidité qu'à l'ordinaire.

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours? Oui, par suite d'anévrismes mon cerveau a été compromis, avec des conséquences dans d'autres organes y compris les yeux.

Votre audition différait-elle de manière quelconque de votre audition normale?

Non. Je n'entendais ni ne sentais rien, si ce n'est les anges qui me soutenaient de chaque côté de mon corps.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps? Oui

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience?
Sensation de calme accompagnée d'un absence totale de souffrance.

Etes-vous passé(e) dans ou à travers un tunnel ou un espace fermé? Non

Avez-vous vu une lumière? Oui. La lumière qui rayonnait du corps du Seigneur, quand je suis arrivé au Paradis.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres? A part les anges, non.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie? Non. Oui, personne n'est assuré de voir le lendemain en vie! Il faut être prêt, sinon vous risquez l'enfer éternel si vous n'avez pas réglé vos comptes avec Dieu... D'une façon ou d'une autre!

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ?
Oui. C'est établi que j'étais mort, selon les auxiliaires médicaux des pompiers.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Yes ONCE YOU DIE ,THERE ARE NO LIMITS AS TO TIME AND SPACE.

Oui. Quand vous mourez il n'y a plus de limites ni d'espace ni de temps.

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps? Oui. Vous ne pouvez rien toucher ni saisir.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ?

Oui, je pouvais réfléchir sur ma connaissances bibliques.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation?

Incertain. Vous ne pouvez visiter ces lieux sans quitter ce monde.

Avez-vous eu conscience d’évènements à venir ? Non

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Non

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Je tâche de raconter cela à tout un chacun. Cette expérience a tendance à m'échapper si je ne la raconte pas à quelqu'un d'autre.

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ?

Oui, je savais qu'à l'heure de la mort on passe à l'Eternité et qu'il n'existe pas de seconde chance. Je ne sais toujours pas pourquoi le Seigneur m'a renvoyé ici. D'autres m'ont opiné que ce n'était probablement pas mon heure. Dans ma pensée théologique, pourquoi donc cela s'est-il produit? Me comprenez-vous?

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle eut lieu?

L'expérience était certainement réelle. C'était une occurrence réelle, confirmée par des préposés médicaux... c'est-à-dire les ambulanciers et le personnel de l'unité aérienne, qui avaient sous les yeux toutes mes statistiques.

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur spéciale pour vous ?

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience? Experience was definitely real SEE LINE 40

L'expérience était certainement réelle, voir ci-dessus.

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?

Oui, j'ai appris que les gens ne veulent pas entendre parler d'un telle expérience, parce qu'ils trouvent cela effrayant, ou bien ils ne veulent pas affronter un tel sujet.

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?

Non. Je tiens toujours à ma foi, qui s'élève à de nouvelles hauteurs depuis cette occurrence.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ?
Il faut absolument vous décider à qui obéir... soit Dieu, soit l'argent. Vous ne pouvez servir deux maîtres, vous ne pouvez être fidèle à Dieu en tenant aux choses de ce monde. Cette sorte d'expérience ne se produit pas tous les jours. Confiez-vous au nom de Jésus Christ, et vous serez sauf en sa présence.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ?

Oui. J'ai lu d'autres  témoignages qui me semblent irréels. Je ne sais pas si je veux vraiment comprendre certaines narrations qu'on trouve sur votre site. Par exemple, j'en ai lu une qui parlait d'une quelconque réincarnation. Cela n'existe pas... celui qui écrit de la sorte se fourvoie autant que ceux qui veulent croire à de telles bêtises. Retour en forme de papillon? Soyons raisonnables!!!!!!!!!