NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Catherine M 2135

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Je suis restée consciente pendant l'attaque du chien, et encore quand le propriétaire m'a portée dans ses bras pour traverser la rue et me livrer à mon père, qui s'apprêtait pour le service de nuit à son emploi d'ingénieur. Mon père a pâli en me voyant, et il s'est hâté avec moi chez les voisins qui avaient été chargés de me garder. Ils m'ont appliqué des serviettes à la figure, d'où jaillissait le sang, et ils nous ont emmenés à l'hôpital. Le trajet à l'hôpital m'a fait peur, j'ai dit à mon père qu'on ne devrait pas brûler les feux rouges de cette façon. Mon père m'a portée dans ses bras aux urgences, en criant au secours. Ma mère était infirmière au même hôpital, elle était au travail à un autre étage plus haut. J'étais étendue sur mon dos sur le chariot, les pieds vers les vasistas des portes. La salle des urgences était peinte en couleur «menthe française», et par terre il y avait un linoléum beige, truité. Les docteurs m'entouraient complètement, et une infirmière me découpait mon pantalon brun en velours cotelé, et mon pull orange au col roulé, afin de me deshabiller. J'en ai été gênée.

Tout à coup, j'entendais leurs voix plus sourdement, comme si j'étais submergée, semblable à la façon d'entendre quand on se met les mains en coupe sur les oreilles, et en même temps je montais en me séparant de mon corps. Arrivée à environ 2,5m au-dessus de la scène, je la regardais d'en haut. Tout était en tumulte, en activité effrénée, et mon père était assis sur ma gauche, en larmes. Je me suis retournée pour regarder en arrière vers la droite, et sans effort aucun je me suis déplacée jusqu'au coin, à l'extrémité de la salle, suspendue près du plafond. Je sentais que tous mes membres étaient présents, mais je n'avais pas de corps. J'ai regardé pour voir ma main, et je la sentais, mais elle n'était pas solide. J'ai pris conscience d'un être à côté de moi, un peu en arrière. Cet être me semblait femelle, comme une femme d'un certain âge, mais je n'avais pas perdu de membres de ma famille, à ma connaissance, et je ne savais pas qui c'était. Je sentais qu'elle me tenais, qu'elle me berçait, dans une étreinte qui me soutenait le corps et les genoux, comme une balançoire de bébé, de sorte que je ne me sentais pas du tout précaire. (J'ai le vertige, normalement, en face du vide, surtout j'ai peur de tomber des hauteurs). J'ai pris conscience d'un tumulte près du chariot, mais je ne reconnaissais pas encore comme mien le corps sur le chariot. Je me sentais en paix, complètement confortable. La température ambiante était parfaite, je me sentais baignée de chaleur et d'amour. Plus de peur, plus de douleur, plus qu'une grande joie. Tout autour de moi, de la blancheur, sans aucune forme, tout simplement une blancheur claire et brillante, qui étincelait mais qui ne faisait pas du tout mal aux yeux. C'était beau. J'ai pris conscience d'un deuxième être qui s'approchait de moi. Celui-ci était très brillant et étincelant, mais je ne lui voyait pas de traits de visage, ce qui ne me causait pas de soucis, cela me semblait parfaitement acceptable. Je me trouvais dans une houle d'amour, et j'ai entendu l'être qui me parlait dans ma tête. Il m'a demandé si je voulais l'accompagner à la lumière. Je lui ai demandé si Maman et Papa et Teri (ma petite soeur) pouvaient venir avec moi. Il a répondu que non, je devais le faire seule. Cela m'a perturbée, j'ai dit que je n'étais qu'une petite fille, et que je ne pouvais pas quitter mon Papa. Alors il m'a dit que je devais retourner. J'ai entendu un bruissement et je me suis sentie relancée vers mon corps, en passant très rapidement le long d'un tunnel. J'étais de nouveau dans mon corps, d'où je revoyais le plafond, et je sentais le chariot dure qui grinçait en dessous. Et j'avais besoin de faire pipi.

Ce type d’expérience est-il difficile à décrire en mots? Non

Au moment de cette expérience, y avait-il une situation menaçant votre vie? Oui

 

A quel moment pendant l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ?

Quand j'étais au coin de la salle, près du plafond, bercée par le premier être, et consciente de la lumière et l'amour qui m'entouraient.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience et votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours? Plus de conscience et de lucidité que d'habitude.

Les couleurs étaient brillantes, les détails agrandis. Je voyais la salle des urgences en sa totalité de là-haut, et je l'ai souvent dessinée pour mes parents par la suite. J'ai remarqué le linoléum truité!

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours?

Incertaine, je savais que j'avais un corps, mais ne pouvais pas le voir. Je sentais tous mes membres, mais j'étais consciente aussi qu'ils étaient absents. Cela ne me déraingeait pas du tout, je me sentais toujours entière.

Votre audition différait-elle de manière quelconque de votre audition normale?
Oui, elle était un peu altérée, comme si j'écoutais par un casque, ou bien que j'étais submergée.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps? Oui

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience? La paix, pour la plupart. Mon seul souci c'était quand je devais décider si je pouvais me séparer définitivement de mon père. Ce n'était pas la panique, seulement de la détresse... je voulais être avec mon Papa.

Etes-vous passé(e) dans ou à travers un tunnel ou un espace fermé?

Oui, le lieu où je me trouvais me semblait comme une salle au-dessus de la salle d'hôpital, mais avec cell-ci toujours en vue. Il y avait une délimitation, mais je ne voyais pas de murs. Je voyais mon corps dans la salle des urgences, mais là où j'étais je ne voyais pas plus loin que les bords qui luisaient. Il y avait toutefois le sens d'un tunnel, quand j'ai été relancée à mon corps.

Avez-vous vu une lumière? Oui, elle m'entourait dans cet espace. Le second être que j'ai vu venais d'un lieu plus illuminé, et il était incroyablement brillant et blanc.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres?

Oui, je ne connaissais pas le premier être qui m'a bercée, mais j'ai eu une impression d'amour maternel. Je ne savais pas qui c'était, et il n'y a pas eu d'autre communication. Le deuxième était un être plus élevé, très imposant. (Maintenant, étant adulte, je crois que c'était Jésus, ou bien Saint Pierre). Il m'a demandé si je voulais l'accompagner à la lumière, et quand je lui ai demandé si je pouvais amener ma famille, il a dit que non, il fallait y aller seule. Quand j'ai dit que je ne pouvais pas quitter mon Papa, il a dit que j'avais besoin de retourner à ma famille, et il m'a renvoyée.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie? Non

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ?
Incertaine, je voyais mes parents qui se soutenaient des bras, et ma mère qui a quitté la salle pour parler au docteur, quand j'étais près du plafond. Ils ont confirmé ces circonstances.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui, l'espace qui était brillant et blanc. J'étais consciente des limites de cet espace, mais je ne pouvais pas voir plus loin.

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps? Oui, je me savais dans un autre lieu, peut-être à la porte du Paradis.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ?

Oui, je savais que j'étais dans un lieu très spécial, dont personne  ne m'avait parlé, car ils ne le connaissaient pas.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation?

Oui, le bord se trouvait derrière le second être. Je savais que si le lui prenais la main, nous irions vers la lumière plus brillante, et que je ne reviendrais plus à ma famille. Je savais que c'était un voyage sans retour.

Avez-vous eu conscience d’évènements à venir ? Oui. J'ai eu conscience de choses qui ne me regardent pas, à proprement parler. J'ai dit à mon beau-père allemand que le mur de Berlin allait s'écrouler, un an à l'avance. J'ai souvent eu un sens prémonitoire des catastrophes qui toucheraient les personnes que j'aime, me permettant de les prévenir. L'été dernier j'étais au Canada, en vacances, et j'ai prévu une tornade... j'ai téléphoné chez nous, et effectivement il y en a eu une, à moins de deux km de notre domicile au Texas, je les ai prévenus, qu'il fallait se mettre à l'abri AVANT que sonnent les alarmes. La tornade est passée à 1km de chez nous, mais ils s'étaient retirés déjà, sains et saufs.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ?

Oui, cela a commencé par des  choses sans importance, par exemple je savais qui m'appelait avant que sonne le téléphone. J'ai commencé à «entendre» des personnes qui m'appelaient spirituellement, je prendrais le téléphone moi-même, et il s'avère qu'on avait eu besoin de me parler toute la journée déjà. Je me sens comme un récepteur radio bien ajusté. Je «sais» d'avance ce qui se passe par la suite. Parfois, je vois comme un film qui se déroule dans ma tête, qui m'informe concernant ce qui se passe à l'intérieur de quelqu'un. J'ai vu des images qui me mettent au courant d'une maladie cachée jusque là, ou bien qui est de moindre importance qu'on ne croyait (je «savais» que le cancer de ma grandmère ne serait pas mortel, et qu'elle n'allait pas en souffrir. Je le lui ai dit, et elle en a été bien consolée. Un an plus tard, elle a eu une crise cardique soudaine, ce qui a causé sa mort). Parfois je vois des blessures anciennes. Je ne me trompe jamais. Les visions sont complètement exactes, et confirmées par la personne en question.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ?

Oui, encore enfant je l'ai raconté à n'importe qui, jusqu'au moment où on m'a dit de me taire. J'ai recommencé à environ 21 ans, un seul a voulu m'écouter, il était pasteur et il s'y intéressait beaucoup, comme il travaillait souvent dans des hospices. C'est ironique, car ma mère, en tant qu'infirmière de soins intensifs, a été témoin de nombreuses expériences de mort, et elle a vu des occurrences qui sont communes chez ceux qui passent par là. Ils étendent les mains, par exemple, des patients comateux depuis longtemps... j'ai senti que certains ont besoin de savoir ces choses-là, et je leur ai raconté [mon expérience]. D'autres me font l'impression de ne pas être réceptifs, ils ne veulent pas comprendre qu'il y ait une existence au-delà de celle-ci, et je ne leur dis rien à ce sujet.

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ?

Non, pas du tout. Je n'avais que 5 ans, et en 1971 personne ne discutait les EMI.

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu

L'expérience était certainement réelle, je sentais un besoin de raconter cela à tout le monde. C'était bien ça, mon but, de les mettre au courant de ce qui existait, mais qu'ils ne pouvaient voir.

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur spéciale pour vous ?

Etre bercée, et, en tournant mon regard, voir le second être qui s'approchait de moi. J'ai ressenti un tel amour, une telle sécurité.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience:

L'expérience était certainement réelle, du moins je crois que c'était tout à fait réel. A cinq ans je n'avais pas de référentiel pour m'expliquer pourquoi je me trouvais là au plafond, mais par contre le fait d'y être ne m'inquiétait pas du tout. C'était normal. Les détails me restent  dans l'esprit avec la même intensité aujourd'hui, que le jour même de l'occurrence. Je ne peux attribuer cela qu'à Dieu. C'est ironique, puisque je ne suis plus catholique pratiquante, quoique personnellement j'ai été touchée et bénie par le Pape Jean-Paul II à Edmonton en 1987. Pourquoi moi??? Cette rencontre avec le Pape était-elle un rappel de Dieu, pour me dire que j'ai encore des tâches à accomplir?

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?

Oui, j'ai des liens très proches avec mon père. Bien que ce soit lui qui m'a dit de ne pas raconter mon expérience, à l'époque, il n'y a que lui, de ma famille, qui comprend vraiment, je crois, que ce que j'ai vécu était réel, et que les dons qui me sont venus depuis, sont réels, eux aussi. J'ai presque tendance maintenant à séparer les gens dans deux catégories: ceux qui sont ouverts d'esprit, et ceux qui ne le sont pas.

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?

Incertaine. Je crois en Dieu, et aux Cieux. Sans aucun doute et sans réserve. Mais j'ai une impression qui m'accable, que Dieu ne veut pas de nous une dévotion déclamée du bout des lèvres, dévotion qui suit servilement les règles de toutes sortes de religion, semant ainsi la discorde, avec chaque confession annonçant  à voix haute qu'ils suivent le bon chemin, à la différence de toutes les autres; plutôt la façon la plus claire de se mettre en relation avec Dieu, c'est de lui parler directement. C'est CELA la communion avec Dieu. Nous n'avons pas besoin d'église ni de prêtres pour intermédiaire. Je crois également que Dieu estime que bien des églises professent à son nom une dévotion creuse... elles utilisent la foi d'autrui pour exercer un empire et une exploitation, au lieu d'embrasser ce que Dieu nous donne directement. Aucune église n'a voulu prêter l'oreille à l'expérience que j'ai vécue. Elles semblent représenter des formes artificielles de contrôle social, plutôt qu'un véritable lien avec Dieu sur la terre.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ?

Incertaine. J'ai eu une deuxième expérience, qui m'est venue quand j'avais 30 ans, hospitalisée avec une pneumonie micoplasmique dans les deux poumons. Les médecin redoutaient que je ne meure, j'ai appris par la suite; j'en ai été extrêmement malade. J'avais 4 perfusions intraveineuses en cours, avec 2 sortes d'antibiotiques, bronchodilatateurs et stimulants respiratoires. Cette même nuit, à 4 heures environ, du côté droit de mon lit, j'ai vu quelquechose qui s'approchait de la fenêtre de la salle d'hôpital. Quatre êtres sont entrés dans ma chambre, vêtus de robes foncés. Je ne pouvais pas distinguer leurs visages, mais je les entendais qui me parlaient dans ma tête. Les quatre êtres ont monté la garde sur le côte droit de mon lit, s'interposant entre la fenêtre et moi. Un cinquième être s'est installé à la tête de mon lit (où il y avait le mur!) et a posé sa main sur mon front. Chaque fois qu'il me touchait, j'entendais «respire» dans la tête. Au début, j'avais très peur. Je suis une adulte raisonnable! Une infirmière est entrée dans la chambre pour me vérifier, du côté gauche du lit, au pied. Je lui ai dit que j'avais besoin de mon prêtre, et que je croyais avoir des hallucinations. Elle m'a demandé pourquoi. J'ai dit.. «Vous ne voyez donc pas les cinq invités que j'ai là avec moi?» Elle a répondu «non, il faut dormir maintenant». Je suis resté couchée là toute la nuit sans dormir, et je sentais l'être prês de ma tête, posant sa main sur moi et me commandant de respirer. Je me sentais sauve, alors, et je me suis reposée sans dormir. Dès le matin, au lever du soleil, je me suis soudain rendu compte qu'ils avaient disparu. A longueur de journée, des gens sont venus me voir, et tous me disaient qu'ils étaient poussés dans l'esprit à venir me voir.  Ces personnes n'avaient pas de raison pour savoir que j'étais à l'hôpital, je ne connaissais qu'une seule d'entre elles. Celle-ci, ma monitrice d'aquaforme, a amené un dessin d'ange, et elle m'a dit que c'est sa fille qui lui avait dit de me l'amener. Toute la journée, chaque fois que je mettais la TV, toutes les chaînes parlaient d'anges. J'ai téléphoné à ma mère, dans une autre province, pour apprendre que la mère du compagnon de chambre de mon frère était morte pendant la nuit... elle avait tout simplement cessé de respirer. J'ai ressenti une énorme culpabilité à cet égard, que moi j'avais cinq êtres à me garder  par la nuit, et elle n'en avait pas du tout. Mes capacités de «deviner» les choses intuitivement se sont agrandies depuis cet événement. A aucun moment n'ai-je quitté mon corps. Mais j'avais un sens très fort qu'ils étaient là pour me protéger de quelquechose qui aurait pu me menacer. Encore une fois, ce n'était pas mon heure.


Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ?  Je souhaiterais qu'il y ait d'autres personnes avec qui discuter cela. Je suis consciente que ceux qui peuvent comprendre que le Paradis est un lieu réel sont peu. Il est possible de croire en Dieu et Cieux sans tous les bagages de la religion. Ces expériences sont complètement à l'encontre de ma personnalité très raisonnable. Pourtant, elles sont vraies, tout à fait, je ne peux pas les nier. Je sais que ce serait un affront à Dieu.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ?

Oui, autant que je sache, à présent. Je me suis toujours sentie «différente» en conséquence de cela. Je sais que la plupart des gens n'auront pas cette expérience, et ils ne la comprendront pas. Mais je ne crains pas la mort, seulement je crains quitter ceux que j'aime.