NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Cara

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Après une craniotomie, le corps a été entre la vie et la mort pendant deux jours. A ce moment là, mon esprit a quitté le corps. J’ai regardé en bas vers le corps même si ce n’était pas une vision agréable, je ne me sentais pas concernée. Je l’ai perçu comme un véhicule me transportant dans l’école de la vie. Je me trouvais dans un endroit d’amour, d’attention, de compassion, de contentement, d’acceptation, de joie… un endroit de « savoir ». J’ai perçu les autres êtres et moi-même comme des masses d’énergie… toutes reliées et pourtant distinctes. Il n’y avait ni forme corporelle, ni communication telles que nous les connaissons sous forme humaine. Il y avait juste un sentiment d’omniscience. Tous les êtres spirituels se soutenaient mutuellement, je les « connaissais », même s’ils n’avaient pas la même forme que lorsque je les avais connus à l’école de la terre. Dans le monde spirituel, il n’y avait pas de limitation telle que l’espace ou le temps. J’avais conscience de la vision générale relative au passé, au présent et à l’avenir. Je savais que l’école de la terre constituait une partie de mon évolution. Il y a eu un passage en revue de ma vie dans ce corps-ci, ainsi que pour mes vies antérieures. J’étais juge des bénéfices et de la valeur de chaque expérience. Elles paraissaient toutes très liées et pourtant distinctes. L’attention s’est porté sur chacune des expériences de vie, toutes contribuaient à un résultat final. Je ne voulais pas retourner à l’école de la terre, après délibération avec les autres êtres d’énergie, y compris l’être Divin (une grande masse d’énergie), nous avons décidé que repartir servirait davantage le bien. J’avais le choix, la décision a toutefois paru se prendre en accord avec les autres êtres. Je savais également que si je ne repartais pas cette fois dans ce corps-ci, j’allais revenir à l’école de la terre dans un autre corps afin de terminer ce que j’étais venue y faire. Avant cette expérience, je ne croyais pas à la réincarnation mais je ne l’excluais pas non plus. Maintenant, je suis certaine d’avoir vécu de nombreuses réincarnations. Quand je suis revenue dans le corps, j’étais satisfaite. J’ai eu l’impression que mon esprit se pelotonnait à nouveau dans un endroit chaud et confortable. A cet instant, le corps s’est stabilisé cliniquement. En fait, on ne s’attendait pas à ce que je vive, on a alors dit à ma famille et à moi-même que je n’allais plus jamais fonctionner « normalement ».

Je ne fonctionne pas « normalement » suivant l’acception conventionnelle. J’ai vécu ma vie telle une aventurière attentive et même si je me suis toujours trouvée sur un chemin de découverte, cette expérience hors du corps a intensifié et renforcé toutes mes croyances préexistantes. Elle a ouvert davantage de canaux dans mon cœur et mon esprit, c’est comparable à une radio, si on laisse tout le temps la même station, on entendra probablement toujours le même type de musique, les mêmes opinions aux informations. Si de temps en temps on change de fréquence, on peut alors entendre autre chose.

(Bien qu’ayant relaté mon EMI à des centaines de personnes dans les cours de l’université du Vermont, c’est la première fois que je vais sur un site web dédié aux EMI, je viens juste d’apprendre quelque chose d’intéressant. Le Dr Melvin Morse déclare qu’il existe un « point divin » dans le lobe temporal droit, qui « agit comme un émetteur récepteur de l’esprit universel… en fait, on peut apprendre à stimuler cette partie de notre cerveau de nombreuses manières qui ne sont ni la mort imminente ni la mort effective ». Ma blessure se situait au niveau du lobe temporal. Peut-être a-t-il été « stimulé » plutôt qu’endommagé… intéressant.) 

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Cette expérience se situait en dehors de mes croyances de l’époque. Je ne possède pas le vocabulaire dans notre langue pour la décrire convenablement. Je compare cela au fait d’être témoin d’un événement ou d’un rituel dans une autre culture/langue, de revenir dans ma culture/langue et de tenter de décrire ce que j’ai vécu. 

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. Fracture du crâne, artère sectionnée provoquant une hémorragie au cerveau.

On m’avait également diagnostiqué un cancer.

A quel moment de l’expérience étiez-vous au niveau de conscience et de lucidité le plus élevé ? Je me situais au niveau de conscience et de lucidité le plus élevé alors que je me trouvais hors du corps, dans le monde spirituel. Même lorsque je suis revenue dans le corps, que la forme humaine était encore inconsciente, j’avais un niveau de conscience plus élevé que la « norme » humaine.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience et votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours ? Plus consciente et lucide que d’habitude.

Si votre niveau d’état de conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience était différent de votre état de conscience et de lucidité de tous les jours, veuillez préciser : Je me situais au niveau de conscience et de lucidité le plus élevé alors que je me trouvais hors du corps, dans le monde spirituel. Même lorsque je suis revenue dans le corps, que la forme humaine était encore inconsciente, j’avais un niveau de conscience plus élevé que la « norme » humaine.

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours (pour tous les aspects tels que clarté, champ de vision, couleurs, luminosité, degré profond de perception de la massivité/transparence des objets, etc.) ? Oui. En ce qui concerne les questions 6, 7 et 8 :

Pendant l’expérience Hors du Corps dans le monde spirituel, il n’y avait ni limitation, ni jugement, ni comparaison d’aucune sorte. Tout était absolument différent, étendu, hors « norme » par rapport à la perspective humaine conventionnelle. Mais… c’était tellement plus « normal » sur l’autre plan, je m’y sentais davantage « chez moi » qu’ici.

A l’école de la terre, j’ai souvent eu la sensation d’être à l’étranger.

Votre ouïe différait-elle de manière quelconque de votre audition normale (pour tous les aspects tels que clarté, capacité à identifier la source sonore, hauteur, force, etc.) ? Oui. Ainsi que je l’ai mentionné précédemment, tout était plus étendu, plus clair. Je ne possédais ni vue ni ouïe telles qu’on les connaît ici. Il y avait un sentiment d’omniscience sans limitation. A l’école de la terre, la manière dont nous (les humains) voyons et entendons « normalement » est réductrice.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ? Tout et rien. Je ne « ressentais » pas de la même façon que sous forme humaine. Nos sentiments, en tant qu’humains, sont parfois limités à ce que nous connaissons sur ce plan. Il y avait des « sentiments » étendus dont je ne parviens même pas à commencer la description.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non. En ce qui concerne les questions 13 et 14 : On ne peut en choisir un dans cette forme-ci. C’est une limitation.

(J’ai ressenti de la paix, de l’agrément, du soulagement, du calme, de la joie, du bonheur et beaucoup, beaucoup plus encore.)

Avez-vous vu une lumière ? Oui. J’ai vu une lumière, mais pas telle que nous la connaissons sous forme humaine. Une fois encore, notre perception de la lumière est limitée à ce que nous connaissons à l’école de la terre.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Il y avait beaucoup d’êtres. Nous communiquions par perception extrasensorielle. J’utilise ce terme parce que c’est ce que j’ai trouvé de plus proche du type de communication dont j’ai fait l’expérience. Dire « où ils se trouvaient » serait réducteur. Ils étaient partout et nulle part.

J‘ai reconnu ces êtres, tous me soutenaient pour mon voyage dans le monde spirituel ainsi qu’à l’école de la terre.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Oui. En ce qui concerne la question 20 :

Je n’ai absolument pas « vu » de figures religieuses… je ne le souhaitais pas !

Les êtres spirituels n’étaient pas du tout « morts ». Ils étaient tout à fait en vie, sous une autre forme. L’esprit qui avait été ma mère au cours de cette vie-ci était présent, elle avait quitté la forme humaine environ un an avant mon EMI. Elle avait été pour moi un esprit guide au cours de nombreuses incarnations, elle m’a également accompagnée sous forme physique.

Concernant N° 21 :

J’ai revu toutes les vies antérieures.

Je me satisfais et j’accepte davantage cette expérience de vie-ci. J’ai abordé de nombreuses activités au cours de cette vie, y compris plusieurs carrières, plusieurs activités et sports différents à un niveau de compétition. De grands voyages vers des contrées lointaines, la pratique des arts, etc. Parfois, j’avais l’impression de ne pas être suffisamment concentrée pour me fixer sur un centre d’intérêt. Avec ce passage en revue de mes expériences de vie, j’ai appris que toutes les activités étaient/sont liées les unes aux autres, elles servaient une opportunité d’apprentissage intéressante.

Concernant la question 22 : revoir mes vies antérieures a été une expérience incroyable et instructive, j’avais le choix entre les voir ou non. Je maîtrisais tout à fait l’intégralité de ce qui se passait au cours de l’EMI. Je crois que cette sensation de maîtrise provenait de ma volonté d’être ouverte au processus.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose  concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui. Pendant la Sortie Hors du Corps, j’étais également consciente de ce qui arrivait dans la salle des Soins Intensifs où se trouvait mon corps. Comme je l’ai dit plus haut, il y avait un sentiment d’omniscience et une conscience étendue de tout ce qui est.

Lorsque j’en ai été capable, j’ai visité les Soins Intensifs ainsi que les personnes qui s’étaient occupé de moi lorsque le corps s’y trouvait. Le directeur des Soins Intensifs m’a montré la pièce où j’avais été placée. Elle était vide et arrangée différemment de la période durant laquelle j’y avais séjourné. Lorsque j’y étais, le lit avait été déplacé de manière à disposer les machines et les instruments, ceux-ci avaient été amenés là afin de me garder en vie pendant les deux jours durant lesquels le corps était entre la vie et la mort. Le directeur a été surpris lorsque je lui ai dit comment la pièce avait été disposée. J’étais inconsciente…comment étais-je au courant ? Je l’ai vu depuis un point situé en hauteur.

J’ai également obtenu un exemplaire de mon dossier médical, je voulais en effet savoir ce qui était arrivé cliniquement au corps à certains moments. C’est ainsi que j’ai su que mon corps avait été entre la vie et la mort pendant deux jours. Le corps se stabilisait, puis déclinait, puis se stabilisait à nouveau… ainsi de suite. Au même moment (bien qu’il n’y ait pas de limite temporelle dans le monde spirituel), je décidais si oui ou non je voulais revenir. Au départ, je voulais quitter le corps et rester dans le monde spirituel. Ainsi que je l’ai mentionné, il y a eu des discussions avec les autres êtres spirituels, avec leur soutien et leurs encouragement j’ai décidé de revenir à ce corps.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou remarquables ? Oui. Une dimension tout à fait différente pour laquelle il n’existe pas de description en langage humain… tout au moins dans notre langue.

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Concernant le N° 25 : L’espace dans lequel je me trouvais m’était très familier, il ne me paraissait pas étrange du tout. Il semblait plus « normal » qu’à l’école de la terre…je le ressentais davantage comme chez moi.

Concernant le N° 26 :Il n’était modifié que dans le sens où il n’y avait pas de frontière, de limitation du temps ou de l’espace… difficile à décrire.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. J’avais un sentiment d’omniscience… la connaissance du passé, du présent et de l’avenir… la vision générale de l’ordre et du but de l’univers.

Je sais que tout est extrêmement bien chorégraphié. Rien n’est dû au hasard. Les coïncidences n’existent pas. Même si tout est bien planifié, nous avons le choix en ce qui concerne la manière dont nous utilisons les informations. Par exemple, chaque personne croise notre chemin pour une raison précise. Nous avons le choix d’être indifférent à cette personne et à cette expérience, nous pouvons aussi décider d’être ouvert aux possibilités offertes par cette interaction. Nous avons le choix de vivre chaque moment en étant conscient et totalement dans l’instant, ou bien nous pouvons choisir de ne pas être totalement dans l’instant, ce que beaucoup de personnes font dans notre société.

Quand j’ai repris connaissance, après la blessure et l’EMI, j’ai reçu des centaines de cartes, de lettres, de messages, etc. Beaucoup mentionnaient : « Vous ne vous souvenez probablement pas de moi, mais il y a cinq ans, vous m’avez dit quelque chose qui a changé ma vie. », ou bien « Il y a 10 ans vous avez fait une chose pour moi qui a changé ma vie. ». Je n’avais rien fait de spécial pour ces personnes, j’étais simplement attentionnée, j’existais dans l’instant avec elles… disant ou faisant quelque chose dont elles avaient besoin à l’époque. Il m’a été rappelé que TOUT ce que nous disons ou faisons a une influence. CHAQUE moment est important. Je me suis toujours souvenu de la raison pour laquelle je suis ici, j’ai poursuivi ma mission au mieux de mes possibilités à tout moment.

N° 30 : bien qu’il ne se soit pas agit d’une compréhension soudaine, l’EMI a consolidé ce qui était en mon cœur à partir du moment où je suis revenue cette fois-ci à l’école de la terre. J’ai appris davantage sur moi-même, sur autrui et sur l’univers.

Vous nous avez encore limités en ne nous permettant qu’un seul choix dans ce formulaire.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Non. Voir N° 32 : pas de limitation d’aucune sorte au cours de mon EMI et/ou de ma Sortie Hors du Corps.

N° 33 : il y a eu la décision de « retourner » à l’école de la terre.

Je ne peux pas dire qu’il se soit agit d’une « décision consciente de revenir à la vie », car dans l’autre état d’existence il s’agit également la vie … à une échelle beaucoup plus grande.

Je n’ai pas décelé un quelconque « point de non retour ».

En tant qu’êtres spirituels, nous pouvons décider à tout moment de l’endroit où nous souhaitons être.

Avez-vous eu connaissance d’évènements à venir ? Oui. La connaissance était/est très précise. Je n’ai pas retenu toutes les informations que j’ai vécues lors de la Sortie Hors du Corps. Le corps/l’esprit humain ne peuvent contenir le niveau d’énergie nécessaire pour vivre ce dont on peut faire l’expérience sous forme spirituelle. L’état spirituel se situe à un niveau d’énergie plus élevé. C’est comme avec l’électricité. Un récepteur 110 volts ne peut accepter 220 volts. On peut par contre transcender les limitations humaines en élevant son propre niveau d’énergie, comme pour l’électricité… il est possible de brancher un transformateur !!! Mon interprétation de ce concept, c’est qu’on permet consciemment à une énergie plus importante de nous traverser. A nouveau… comme avec l’électricité… si un humain reçoit un flux électrique qui ne peut pas s’écouler, le corps sera probablement blessé ou mourra. Toutefois, il est possible que des humains reçoivent un flux électrique qui, s’il peut circuler à travers le corps, ne les blesse pas. Il y a quelques années, alors que je travaillais dans le cabinet d’un dentiste qui était en train de faire des radios, j’ai subi une électrisation avec du 220 volts. Mais j’avais une main en haut de la machine et l’autre sur le carter, l’énergie a ainsi circulé. Même si j’avais une sensation différente dans chaque bras, il n’y a pas eu de séquelles.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Pour moi tout est médiumnité, paranormal, spécial.

J’ai vécu une autre expérience intéressante lors de laquelle j’ai effectivement quitté mon corps.

Je sortais avec un homme divorcé qui avait trois enfants adolescents. Il se querellait constamment avec sa fille de 14 ans. Un soir, alors que j’étais frustrée dans mes tentatives de médiation chez eux, j’ai quitté les lieux en disant : « Je ne peux rien faire ici. ». Je suis rentrée chez moi et je suis directement allée me coucher alors qu’il n’était que 19 heures environ, je suis immédiatement allée dormir. Vers 22 heures (j’ai vérifié par la suite) le téléphone a sonné, alors que j’étais encore endormie j’ai eu l’impression de retomber dans mon lit. Mon compagnon était en pleurs, il m’a dit qu’il venait d’avoir avec sa fille la conversation la plus aimante, la plus intuitive de toute leur relation. Il m’a remerciée d’avoir été avec eux. Je sais que je me trouvais dans leur espace, amenant l’énergie de l’amour dans cette situation. Lorsque je suis rentrée chez moi et que je suis allée au lit pour dormir, j’ignorais au niveau humain ce que j’allais faire, mais sur un plan de conscience plus élevé, je savais que je pouvais faire quelque chose à un niveau différent.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Je crois me souvenir qu’il m’a fallu environ 2 ans avant de commencer à raconter mon expérience. Au début, cette dernière m’avait laissée troublée et sceptique, elle était en effet trop étrangère à mes croyances de l’époque. Du fait de ma blessure au cerveau, j’ai pensé quelque temps que j’étais juste « anormale », ce qui correspondait au pronostic. Un de mes proches avait un ami professeur de sociologie à l’université du Vermont, celui-ci était en train d’écrire un livre sur le processus de guérison de l’esprit/du corps,  il souhaitait parler avec moi (pour moi le processus de guérison a été très rapide, si on se réfère à la gravité des blessures). Nous nous sommes rencontrés… il m’a invitée a venir parler lors de son cours… une de ses collègues m’a invitée à parler lors du sien…etc. etc.. J’ai été conférencière occasionnelle à l’université pendant environ 8 ans. Les réactions des étudiants étaient évidemment variées. Ils étaient généralement très tolérants et ouverts au dialogue. Je n’ai pas vraiment fait de « conférences », j’ai plutôt raconté succinctement mon histoire, les encourageant à poser des questions, ou à exprimer leurs pensées/ leurs sentiments sur le sujet. Nous entrions généralement dans de grandes discussions. Habituellement, je débutais aussi le cours en indiquant que je ne faisais que raconter mon expérience, sans tenter de modifier les croyances de qui que ce soit. La réaction des étudiants était excellente. Ils se disaient souvent influencés de manière positive. La seule chose que j’encourageais chez eux, c’était d’ouvrir leur cœur et leur esprit à ces idées. Lorsqu’on ouvre son cœur à tout, quoi que ce soit, on CONNAIT sa vérité. J’ai raconté l’expérience à de nombreux amis. Lors des cours de sociologie de l’université du Vermont, j’ai principalement parlé de nombreux aspects différents de l’expérience : la mort, l’agonie et le deuil.  Le cours s’appuyait sur un document du même nom « Death, Dying and Bereavement » de Michael R. Leming et George E. Dickinson.

De manière assez intéressante, la raison pour laquelle je suis allée sur votre site pour la première fois, c’est parce qu’un ami m’interroge actuellement au sujet de l’expérience. Il veut savoir de quelle « preuve » je dispose pour corroborer mon récit. Comment je « SAIS » que c’est vraiment arrivé, qu’il ne s’agit pas seulement de mon imagination ? Eh bien, je lui ai répondu que mon passeport avait été tamponné par les esprits… Je suis allée sur le web pour voir vers quelle « preuve », s’il en existe, je pouvais le renvoyer.

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ? Non

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu (quelques jours ou semaines) : L’expérience était tout à fait réelle. Elle a toujours été « réelle » pour moi (peut-être parfois plus réelle que l’expérience à l’école de la terre), mais au début j’étais hésitante à la mentionner, je ne voulais en effet pas renforcer l’idée que je pourrais être anormale à cause de ma blessure à la tête. Lors des premières fois où j’ai parlé à l’université, j’ai envisagé qu’on pourrait me lancer des tomates pourries pour avoir des idées aussi stupides… C’est juste une blague ;o). Plus j’ai été à l’aise avec l’expérience et avec moi-même, moins je me suis soucié de ce que les gens allaient penser de moi ou de mes idées.

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur particulière pour vous ? TOUT était/est significatif. Depuis plusieurs années j’ai cessé d’être conférencière occasionnelle à l’université, j’en avais en effet assez de ce récit… après quelques temps ce n’était plus une nouveauté ! Mais aujourd’hui, alors que j’écris sur cette expérience, que je la revisite, de nouvelles informations me viennent, cela devient signifiant d’une façon différente.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience : L’expérience était tout à fait réelle. Voir plus haut.

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Oui. Je suis plus claire en ce qui concerne ce que je souhaite dans mes relations. Je n’ai plus de patience pour les plaintes ou les conversations futiles. Ma philosophie de vie est : « Sois ce que tu voudrais voir. » et « Si on ne fait pas partie de la solution, on fait partie du problème. ». Je suis très engagée dans mes expériences de vie, ainsi qu’avec les gens qui m’entourent.

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Non. De nombreuses années avant l’EMI, j’ai abandonné la religion catholique. Etant enfant, je remettais en cause de nombreux concepts enseignés par l’Eglise catholique. Toutefois, en tant que bonne catholique Irlandaise, j’ai persisté à me rendre à l’église ainsi que me l’ordonnaient mes parents. Quand j’ai quitté la maison, je ne suis pas allée à l’église le dimanche suivant, j’ai passé la journée à attendre la foudre censée me frapper mortellement ! Eh bien,  j’ai survécu à ce dimanche là et à tous les autres depuis ;o).

Après l’EMI, j’ai exploré plusieurs religions différentes. A cause de l’expérience, je tentais de savoir où était « ma place » dans l’école de la terre. Je n’adhère à aucun dogme religieux de manière régulière. Lorsque je visite d’autres pays, j’aime participer à des cérémonies religieuses, lorsqu’on m’y invite je chante dans le chœur de la United Church, etc.

Je suis satisfaite de voir que je fais partie de tout… et de rien ;o).

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non. Je ne prends aucun médicament ou substance dans le but d’amplifier l’expérience de l’école de la terre. Si j’étais droguée, je pourrais passer à côté de quelque chose.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? Ce fut un cadeau.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui. En partie.

Y a-t-il d’autres questions que nous pourrions poser afin de vous aider à exprimer votre expérience ? Pour les questions à choix multiples, permettre au rédacteur de choisir plusieurs réponses.