NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Brian N

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Mon ami John et moi-même, avons décidé de visiter une grotte située à quelques kilomètres de chez nous. Tandis que nous marchions, John a décrit la grotte en disant qu’il y subsistait de la glace. Nous avons marché environ deux kilomètres dans un bois, puis nous avons commencé à escalader la montagne. L’accès de l’entrée avait été rendu difficile par la pluie de la nuit précédente. Le sentier était escarpé, couvert de boue et d’aiguilles de pin, nous avons glissé plusieurs fois pendant la montée… bref, mon ami a suggéré que nous quittions la grotte et que nous terminions l’ascension jusqu’au sommet de la montagne. Il m’a dit que la vue était superbe, qu’une fois au sommet nous allions pouvoir prendre un sentier plus facile pour redescendre. A cause de la boue et des aiguilles de pin, je ne voulais pas descendre par le chemin que nous venions d’emprunter. Même si l’ascension était difficile, j’étais d’accord pour aller au sommet. J’ai pensé qu’à l’endroit où nous étions, il était plus facile de monter que de descendre. De plus, mon ami m’avait dit que l’autre sentier était beaucoup plus facile à descendre.

Nous sommes restés au sommet pendant quelque temps, regardant le paysage environnant. Nous avons décidé qu’il se faisait tard et que nous ferions mieux de rentrer. J’ai demandé à mon ami où se trouvait le sentier, il a répondu qu’il n’y en avait pas. La seule façon de redescendre, c’était le chemin que nous avions pris, ou bien le flanc de la montagne. Je ne voulais pas reprendre le chemin de la montée, nous avons décidé de passer par le flanc de la montagne. John a commencé à descendre en premier, je lui ai emboîté le pas tandis que nous entamions la descente sans aucun équipement. Arrivés à 25 mètres du bas de la montagne, nous avons vu des nuages noirs arriver. Nous savions qu’il nous fallait descendre avant que la pluie ne commence, sinon nous allions avoir de gros ennuis. Nous nous sommes dépêchés autant qu’il était possible, c’est ainsi que j’ai dévié du chemin pris par mon ami. J’étais en danger, je n’avais aucune prise pour continuer la descente. Mon ami était à droite, environ 2 mètres au dessous de moi, il m’a dit qu’il allait m’indiquer où placer les mains. Il m’a ordonné de tendre le bras plus à droite, un peu plus à droite, encore un peu plus ! En le faisant, mon autre main a glissé, j’ai commencé à tomber vers le sol. Je me rappelle d’avoir glissé vers le bas sur le flanc de la montagne, je me suis dit que c’était fini. Tout semblait se dérouler au ralenti, je me suis écarté de la paroi et je me suis recroquevillé. Ma vie a défilé devant mes yeux, uniquement les bonnes choses, pas les mauvaises. Je me souviens du moment où j’ai heurté le sol, une chaleur m’a ensuite recouvert. J’étais dans une lumière tellement brillante et chaude, j’étais enveloppé par une sensation de bien-être. Je ne possède pas le vocabulaire pour décrire le sentiment qui m’environnait. J’ai pénétré dans la lumière, mon grand-père m’a alors pris la main. Il est décédé quelques années avant l’expérience, je me suis alors retrouvé en train de lui tenir la main. Nous avons discuté, nos lèvres ne bougeaient pas, je ressentais son énergie, son amour. Je me rappelle m’être promené avec lui, être allé devant Dieu. Je n’ai pas vu de visage, seulement une lumière tellement brillante qu’il fallait baisser le regard. Je l’ai entendu me dire que ce n’était pas mon heure, qu’il me restait d’autres choses à faire pour l’humanité. Je ne voulais pas partir, j’ai supplié de rester avec mon grand-père !

J’ai alors entendu la voix de mon ami qui se lamentait : « Il est mort, qu’est-ce que je vais dire à sa mère ! ». Je lui ai répondu de la fermer et d’aller chercher de l’aide. Il s’est précipité vers la maison la plus proche, à l’entrée du bois, il a téléphoné à son frère Dave qui est venu nous chercher avec sa voiture. J’ai dû ramper pour sortir du bois et arriver jusqu’à la route. Dans l’accident, je n’ai subi qu’une fracture de la rotule, quelques coupures et contusions. Je ne suis pas resté à l’hôpital, j’ai été renvoyé chez moi le jour même. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui. Le sentiment de paix et de chaleur que j’ai ressentis quand j’allais dans la lumière. Je ne peux le décrire que comme de l’amour pur, c’était similaire à un enfant dans les bras de sa mère après s’être fait mal.

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. Je descendais le flanc d’une montagne. J’ai lâché prise et je suis tombé de 10 mètres de haut sur le sol de la forêt.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Mon ami m’a dit que je n’avais ni bougé, ni parlé pendant environ trente minutes. Je me rappelle effectivement avoir vu mon corps et mon ami sur le sol près de la montagne. Le reste est décrit plus haut dans mon récit de l’accident.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non ! L’expérience était réelle pour moi, depuis l’accident je continue à ressentir la présence de mon grand-père auprès de moi.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. Pendant quelques secondes, je me suis vu ainsi que mon ami sur le sol au pied de la paroi. Ensuite, j’étais dans la lumière.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Non !

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Oui. Je dirais comme de la fumée montant dans une cheminée, je me sentais libre, sans forme ni contrainte, simplement de l’énergie qui s’écoulait.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. Intense, chaude, sensation d’énergie, sentiment d’amour et d’acceptation.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Mon grand-père était près de moi, il me tenait la main et nous sommes allés nous promener. Nous discutions en communiquant uniquement par nos pensées. J’étais heureux d’être avec lui et de sentir son bien-être. Nous sommes allés ensemble devant Dieu, il m’a été dit que je devais repartir. Il me restait d’autres choses à faire pour l’humanité.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Oui. Je n’ai vu que les évènements positifs de ma vie, aucun négatif. J’ai appris que nous sommes tous semblables en ce monde, que nous devons obtenir l’égalité. Nous devons cesser de mettre les gens dans des catégories comme la religion, la couleur, le sexe ou toute autre barrière créée par la société. Ce sont des murs qui génèrent l’hostilité et les effusions de sang au sein de l’humanité. La clé de la paix se trouve dans le cœur de chaque personne, trouvez cette clé !

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui. Avec mon grand-père j’ai marché sur un chemin, dans un jardin qui paraissait brumeux par moments.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. La clé de la paix est cachée en chacun de nous.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Non. J’avais une sensation de liberté sans limite, semblable à une bouffée de fumée dans l’air.

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. On m’a dit que je devais repartir, même si je ne le voulais pas.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. J’ai un lien avec mon grand-père qui est avec moi tous les jours !

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Je crois que nous sommes tous en mesure de nous relier directement à Dieu, le Créateur, Allah, quel que soit le nom qu’on veuille bien utiliser pour désigner le Tout-puissant. Les religions sur cette planète ont été réorganisées afin de contrôler et de diviser l’humanité dans la suspicion envers autrui. Pour atteindre la paix, nous devons puiser en nous-mêmes afin de trouver la clé placée là par le Tout-puissant.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. Je vis maintenant au Québec, au Canada on parle un peu Français. Je pense que je suis partout chez moi, ma religion c’est toutes les religions, ma race c’est l’humanité.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Je ne l’ai pas racontée pendant des années, puis seulement à quelque proches. J’ai finalement décidé que j’allais en parler ouvertement.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? J’ai eu des difficultés à accepter ma vie, j’étais bien dans l’au-delà.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? J’ai appris à accepter l’ensemble comme positif.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? Je sais que je peux changer les choses.