NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Bobbi D

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

J’étais entraînée en arrière, le visage orienté vers la terre mais je ne me souviens pas de l’avoir vue. Je savais que je la quittais. Je n’étais pas « dans un tunnel », c’est le tunnel qui était créé autour de moi par la vitesse incroyable à laquelle je me déplaçais. J’y repense quand je vois les traînées de condensation des avions à réaction dans le ciel. Le réacteur crée la traînée, c’est similaire. Il n’y avait aucune peur dans cette expérience, même si ce qui arrivait à ce moment là m’était inconnu. C’est alors que je me suis rendu compte que j’avais quitté mon corps, que j’étais morte. Mais cela m’était égal, j’étais en paix.

La vitesse a commencé à diminuer, j’ai eu le sentiment que j’arrivais quelque part. Là se trouvaient six esprits, je les voyais nettement, ils portaient les vêtements de leur époque sur terre. Cinq étaient des hommes, l’autre une femme. Je n’en avais connu aucun sur terre. Pourtant, j’ai immédiatement compris qu’ils m’aimaient tous profondément, inconditionnellement, intégralement. Je les considère maintenant comme un comité d’Accueil venu à ma rencontre à un endroit précis. Sur le moment je ne pensais pas à tout cela. J’étais sereine, heureuse, libre. Ils m’englobaient dans un amour inconditionnel. Tout est mis à nu là-bas. Mais il n’y a ni honte, ni culpabilité, ni tromperie, ce n’est pas possible là-bas. Il y a compréhension totale sans même avoir la pensée de devoir comprendre. Une compréhension totale dans une clarté parfaite est déjà présente. Je dois développer cet aspect parce qu’il existe une grande différence entre notre réalité physique et la réalité authentique après la mort du corps. Là-bas dans cet endroit, hors du corps physique, tout ce que l’on est, sent, pense, est exposé à tous (sentiment et compréhension dans une clarté parfaite). Ce qui comptait le plus n’était pas ce que j’avais fait pendant la vie physique mais qui j’étais, celle que j’étais à l’intérieur, mon âme importait davantage que tous les actes physiques que j’avais accomplis. En d’autres termes, seul importait qui j’étais vraiment en mon âme à ce moment là. Ce qui ne veut pas dire que toutes mes expériences de vie physique n’avaient pas significativement contribué à former la personne que j’étais, en fait elles y avaient effectivement contribué. Et l’influence des actions physiques sur l’âme ne peut être négligée. C’est difficile à expliquer. On pourrait croire qu’on peut nuire à autrui, ou avoir de mauvaises pensées à l’égard des autres, que ce n’est pas grave tant qu’on reste soi-même une belle personnalité. C’est faux. Cela change effectivement l’âme, on ne peut rien y faire. Toutefois, les actes physiques n’étaient pas aussi importants que la personne (moi) créée par ces expériences. C’est là-dessus qu’on met l’accent quand on considère autrui dans cette dimension-là.

Par contre, je ne pouvais pas voir ce que les esprits qui m’Accueillaient avaient fait dans leur vie physique. Je voyais (sentais et comprenais avec une clarté parfaite) qui ils étaient intérieurement, exactement comme eux pouvaient me voir clairement. Tout cela se passait par sentiments/pensées se produisant simultanément à une vitesse incroyable. Je voyais les lèvres bouger tandis qu’ils parlaient, mais je n’entendais pas comme on entend dans le monde physique. L’élément temps, tel que nous le connaissons dans la vie physique, n’existe pas. Par exemple, une des âmes qui m’ont Accueillie, à dit à une autre âme, lentement, en plaidant, en faisant des pauses : « Elle a tant subi, on devrait lui permettre de rester. ». Physiquement, au rythme qu’elle suivait, il aurait fallu quinze secondes pour le dire, cela n’a pourtant nécessité aucun délai là-bas, ce fut instantané. Même si je sais que cela paraît bizarre. Un individu qui communique ressent la notion de temps. Mais le temps n’existe pas en termes physiques. C’est le plus magnifique des langages, parfaitement clair, compréhensible, libérateur, parfait. Je n’ai décelé aucun timbre qui aurait permis d’identifier une voix particulière. Ce n’est pas ainsi. Le timbre existe. C’est simplement un timbre qui identifie une âme particulière, pas quelque chose qui soit audible physiquement.

La suite va être difficile à comprendre pour vous. Je vais donc vraiment m’efforcer de l’expliciter. Tout se passe simultanément, ou mieux, se chevauche. Imaginez un millier d’évènements et des gens qui parlent exactement au même moment. Et vous comprenez chaque détail de tout ce qui se passe. Je comprenais avec une clarté parfaite chacune des six âmes qui parlaient exactement en même temps, je connaissais également le plus profond de leur cœur, ainsi qu’une multitude d’autres évènements et d’informations que j’avais le privilège de recevoir, tout cela exactement au même moment. Il n’y a pas l’ombre d’un doute sur ce qui est dit grâce au mécanisme de cette forme de communication (les âmes sont à nu, de plus on le ressent et on sait que c’est la vérité). Et on ne remet rien en question, ce n’est pas utile. On sait instinctivement qu’il s’agit de la véritable forme de communication. Instantanément on sent qu’on a été libéré de toutes les limitations des liens physiques, qu’on est enfin chez soi, à sa place. Pourtant, je ne me souvenais absolument pas que cet endroit fût chez moi. C’était plutôt savoir instinctivement, intuitivement, que j’étais à ma place. Le doute n’existe pas là-bas, il est impossible. Tout ressort d’une connaissance parfaitement claire.

Ce qui est le plus mis en relief dans cette expérience, c’est l’AMOUR. On est si totalement englobé dans un amour qui n’existe pas dans notre monde physique. Quelle que soit la profondeur de l’amour que l’on porte à ses enfants, on ne peut l’y comparer. Cet amour est le plus pur, le plus authentique, le plus profond, le plus absolument inconditionnel qu’on puisse JAMAIS imaginer. Toutefois, je me rends compte que vous pourriez dire : « C’est bien ce que j’éprouve pour mes enfants. », c’est aussi ce que je dirais moi-même. Mais cela va bien au-delà de ce que ces mots peuvent décrire. Et je pense que c’est parce que la communication se fait sous forme de sentiments. C’est renversant. Quand on reçoit cet amour, il n’est pas appréhendé par la pensée, il est RESSENTI par l’âme. Et l’immense sentiment de ce parfait amour pénètre directement dans le cœur, comme une émotion que l’on vit. Pour l’exprimer ainsi, cela peut mettre l’âme à genoux dans un grand souffle de sensation. Toutefois, ce n’est pas écrasant dans le mauvais sens du terme, ça l’est totalement de la meilleure manière imaginable. Une fois qu’on y a goûté, on est changé pour toujours. C’est une béatitude complète. C’est ce qu’on a toujours voulu et tellement plus encore. J’étais en vénération d’être tant aimée. Je le suis encore et le resterai toujours.

Il existe une grande lumière vers laquelle j’étais poussée à aller, mais je n’ai pas pu le faire. De loin, j’aurais comparé cette lumière aux représentations du soleil avec les rayons qui en émanent. La lumière est moins grosse à son origine quand elle est loin, les rayons s’écartent à mesure qu’ils s’éloignent de la source. Plus la lumière est proche, plus son point d’origine grossit, jusqu’à ce qu’on soit tellement proche que ce point d’origine illumine tout le champ de vision. Cette lumière est la source de l’amour « renversant ». C’est probablement la raison pour laquelle l’instinct dit : « J’en voudrais davantage, je vais là-bas. ». Par contre, cela ne signifie pas que je ne ressentais pas un immense amour de la part des âmes individuelles que je rencontrais, au contraire. L’amour qu’elles me portaient était suffisant pour totalement saturer une vie entière d’être humain. Simplement, quand je me suis rendu compte qu’il y avait davantage d’amour, encore plus grand, que j’ai réalisé que cette source d’amour était encore plus proche de moi en termes de relation, je l’ai désirée encore plus. C’était comme si l’entité émettant cet amour incroyable envers moi, était celle qui me connaissait le mieux. Cet amour « dépassait » ce qu’une mère ou un père éprouvent pour leur enfant. Donc, en un sens, j’étais attiré vers mon plus proche parent, même si, sans l’ombre d’un doute, ce n’était pas le genre de parent que l’on connaît dans le monde physique. Pourtant, la sensation était plus réelle que n’importe quelle relation dans le physique. Maintenant, je considère cette lumière comme Dieu. Et je suis reconnaissante qu’elle ait révélé son amour pour moi lors de mon expérience de mort.

Bien, je vais vous donner les détails de l’expérience en termes humains, même si je pense que ces détails sont totalement insignifiants en comparaison des aspects réels et importants que je viens de vous communiquer.

En arrivant à l’endroit où les six âmes m’ont Accueillie, elles ont commencé à m’aimer par le biais de leurs pensées/sentiments. Je me sentais libre, merveilleusement bien. Simultanément, elles ont tenu entre elles une longue conversation pour savoir si on me permettait de rester (je ne sais où). Toutefois, j’étais heureuse de rester simplement là où j’étais. Autour d’elles régnait un univers teinté de bleu profond (mais pas un sentiment sombre), c’était agréable. Il n’y avait aucune terre, j’avais plutôt l’impression que les âmes étaient venues à ma rencontre dans un endroit de l’univers où il n’y a aucune terre. Ce n’était cependant pas antinaturel, bien au contraire, cela avait l’air davantage naturel que sur terre. Cela semblait juste. Je revois encore nettement les visages dans ma mémoire. Elles étaient d’avis que je sois autorisée à rester. J’étais tellement heureuse. En aucun cas je ne voulais repartir. Pas question ! Je n’avais aucun doute là-dessus. J’avais été libérée de la prison exigüe de mon corps physique. Ma pensée était mille fois plus affutée, libre et en mesure de fonctionner à pleine capacité, avant ma mort j’ignorais que cela fût possible. L’amour était incomparable. Jamais je n’allais repartir volontairement. Simultanément, je visualisais un millier d’images concernant l’univers et l’histoire en cours, je n’étais pas en mesure de toutes les saisir. On m’a par contre accordé une compréhension totale au sujet de la vie, en mettant l’accent sur l’importance de la vivre telle qu’elle est donnée et que nous ne faisons qu’un. Je ne participais pas à la conversation qui se poursuivait à mon sujet. Je n’étais qu’observatrice. Puis la lumière s’est rapprochée, chacun en a pris conscience, se concentrant sur elle. Il y a eu une pause tandis que l’attention de tous se focalisait sur l’arrivée de la lumière. Une femme est apparue, entièrement environnée de lumière (tout le champ visuel). Pourtant, les six autres âmes n’étaient pas entourées de lumière, seulement la femme. C’est difficile à décrire. C’était comme si le champ de vision n’avait été empli de lumière que si on regardait cette femme. Mais si on observait les autres âmes, toutes étaient entourées d’un agréable arrière-plan bleu. Comme les autres âmes, la femme m’aimait profondément, même si son visage arborait un air grave et autoritaire. Elle était habillée dans un style bien plus ancien, en noir, avec un capuchon. Ce vêtement la couvrait entièrement jusqu’au cou. C’était une femme âgée, au visage marqué par le temps. Elle me fixait droit dans les yeux. Les autres âmes l’imploraient de m’autoriser à rester. Elle n’a pas dit un mot (pensée/sentiment). Elle s’est contentée de continuer à me fixer, comme si elle se concentrait profondément pour analyser la situation. Il y a eu une pause après que les autres âmes aient plaidé ma cause tout leur soûl. Elle a continué à me fixer, puis a déclaré : « Elle repart. ». Mon cœur s’est effondré. J’ai finalement pris la parole en implorant : « Non, non s’il te plaît, non. ». Elle est restée ferme. Je lui ai communiqué ma pensée du fond du cœur : ne pas partir. Mes émotions pleuraient en profondeur. Il allait falloir me forcer. Je me suis alors rendu compte que je planais au dessus de mon corps. Puis, une infirmière m’a empilé de la glace sur la poitrine, me disant de me réveiller. J’étais nue, sans aucun drap. J’ai regardé mon corps avec dégoût, je ne ressentais rien à son égard. Avec douceur mais de plus en plus fort, l’infirmière m’a piqué le bras gauche en disant : « Réveillez-vous. ». Ensuite j’ai ressenti une douleur inouïe, réalisant que j’étais de retour dans mon corps. Mon cœur s’est effondré. Etre de retour m’a fait me sentir tellement abandonnée. L’infirmière s’est rendu compte que j’avais repris connaissance. Elle a répété plusieurs fois : « Ouvrez les yeux. ». Puis elle a commencé à me mettre de petites cuillérées d’éclats de glace dans la bouche, m’informant que ma fièvre était trop élevée, que je devais sans cesse manger de la glace. Elle a continué à me donner des cuillérées jusqu’à ce que je perde connaissance. 

Ce type d’expérience est-il difficile à décrire avec des mots ? Oui. Notre vocabulaire n’est conçu que pour la vie physique. J’ai toujours dû batailler pour expliquer mon expérience aux quelques personnes en qui j’avais confiance. Même si une très longue conversation est nécessaire, ainsi qu’une concentration soutenue sur les problèmes de compréhension de chaque personne, cela engendre pourtant un enthousiasme personnel profond de pourvoir en parler à quelqu’un de confiance, car en le faisant je partage le savoir le plus important, le plus merveilleux qu’on puisse acquérir.

Au moment de cette expérience, y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. J’étais mourante quand on m’a amenée d’urgence à l’hôpital. On m’a opérée trois jours plus tard alors que je ne réagissais pas aux antibiotiques. On savait que le risque de décès lors de l’opération était très important et cela s’est réalisé. Les chirurgiens (ils étaient trois) m’ont dit qu’ils ne pensaient pas pouvoir me réanimer. L’un d’eux m’a informé que cela avait duré cinq minutes. Un autre a déclaré à ma mère que l’EMI avait très probablement été provoquée par des hallucinations. Je savais que c’était inexact. Le dernier m’a dit que cela pouvait être réel car il avait entendu des histoires similaires de la bouche d’autres patients réanimés. Une fois suffisamment forte pour le faire, je ne pouvais pas parler d’autre chose, je voulais le dire à tout le monde.

A quel moment de l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ? Quand j’étais à l’endroit où les six âmes sont venues à ma rencontre (après être arrivée à destination).

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience à votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours ? Plus consciente et lucide que d’habitude.

Si votre niveau d’état de conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience était différent de votre état de conscience et de lucidité de tous les jours, veuillez préciser : Quand j’étais à l’endroit où les six âmes sont venues à ma rencontre (après être arrivée à destination).

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours (pour tous les aspects tels que clarté, champ de vision, couleurs, luminosité, degré profond de perception de la massivité/transparence des objets, etc.) ? Oui. Clarté parfaite. Les champs étaient différents. Un champ pouvait concerner une zone, un autre champ s’appliquer à une autre zone, le tout dans la même région. Les couleurs étaient toutes extrêmement agréables et belles. L’intensité de la lumière ne peut être décrite en termes humains. Je me suis échinée à trouver les mots adéquats pour la décrire la lumière. Elle est très brillante, mais pas agressive pour les yeux, elle est très agréable. Elle est aussi guérissante, aimante, compréhensive, incroyablement puissante et bonne. L’intensité n’était faible que lors de la phase de déplacement. Elle était plus forte que la terre au point d’arrivée. Certaines âmes apparaissent comme des entités nuageuses filantes. Elles prennent la forme d’une petite boule lorsqu’elles sont loin. Mais elles tourbillonnent sans cesse, laissant une sorte de trou au milieu quand la boule commence à se disperser, puis à tourner en un mouvement circulaire. La boule grossit à mesure qu’elle approche. Ensuite, quand elle commence à se disperser (avec le trou au milieu), son contour prend la forme d’une tête humaine, mais finalement un tourbillon se déclenche. Le processus se répète continuellement tandis que l’âme se rapproche. Il y a aussi des couleurs, le bleu apparaît en premier, au stade du tourbillon. On voit ensuite des sortes de « films » dans les zones bleues qui virent au vert. Certaines âmes apparaissent sous leur forme humaine antérieure, parfaitement nettes sous tous les aspects, vêtements compris. On comprend celles-là tout à fait nettement. Je n’ai vu aucun objet.

Votre ouïe différait-elle de manière quelconque de votre audition normale (pour tous les aspects tels que clarté, capacité à identifier la source sonore, hauteur, force, etc.) ? Oui. Déjà décrit. Bien qu’on entende, il n’y a pas d’audition au sens humain du terme. On ressent avec les sentiments, la pensée, la perception. La netteté, la compréhension, la source sont parfaites. On ressent si la personne parle lentement, etc. Pourtant le temps n’existe pas. On perçoit la hauteur, la force, mais on n’entend pas comme un humain. C’est une communication parfaite.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ? Béatitude, amour, bonheur, extase, paix, réconfort complets. Imaginez tous les états positifs et multipliez-les par mille.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non. J’ai créé ce tunnel par la vitesse incroyable à laquelle je me déplaçais. Je voyais des stries en forme de tunnel autour de moi, traînant derrière moi. Je créais ces stries et le tunnel par ma vitesse. C’est comme générer des mouvements de particules tandis qu’on les traverse rapidement. C’est difficile à expliquer. Je parie qu’on peut l’expliquer scientifiquement, mais je n’ai pas la moindre idée sur la manière de le faire. Quand quelque chose se déplace rapidement, les particules sont peut-être forcées de se déplacer sur les côtés.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. Aucun doute. Par ailleurs, la femme que j’ai vue, totalement englobée dans la partie la plus intense de la lumière, possédait l’autorité pour décider de mon destin.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non. J’ai beaucoup appris. Nous ne faisons tous qu’un. Nous devrions savourer la vie, totalement. On ne meurt pas. On est libéré après la survenue de la mort physique. Je n’ai pas peur de la mort, mais je possède une compréhension exhaustive de la nécessité de vivre la vie. J’ai davantage de respect pour la vie. Je suis capable d’un amour incroyablement profond, compréhensif, total. Il ne faut pas blesser les autres, ils font partie du même Unique que soi. Il ne faut pas juger, mais chercher à comprendre et aider autrui. J’ai des facultés de voyance, tout le monde les possède, mais elles doivent être utilisées avec précaution, orientation et soin. Je peux atteindre un état de béatitude partielle, après la mort cela s’améliore. Je peux même atteindre le bonheur par le biais de pratiques spirituelles. LA VIE REPRESENTE BIEN DAVANTAGE QUE CE QU’ON EN VOIT.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose  concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui. Déjà expliqué.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou remarquables ? Oui. La dimension dans laquelle je me trouvais n’appartenait sans aucun doute pas au monde. J’ai appris qu’il existe au moins deux autres dimensions (celle dans laquelle je me trouvais et celle d’où venait la femme dans la lumière). Le temps n’existe pas dans ces dimensions. La communication est plus pure et meilleure en dehors de la terre. C’est l’amour qui y règne.

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Déjà expliqué, mais j’ajouterais que là-bas, on peut voir l’histoire dans le passé, le présent et l’avenir. C’est simultané.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. Déjà expliqué. J’ajouterais que cet ordre est parfait. Je crois que l’ordre de l’univers peut être mesuré scientifiquement et qu’il le sera. Je pense qu’on pourra prouver l’existence de l’âme quand l’étude des énergies qui lui sont liées aura été développée et menée en profondeur, avec des outils et du temps, cette étude étant faite en parallèle aux recherches de la physique. Je n’ai pas eu de réponse quant à mon dessein. Je crois que nous évoluons tous en des êtres spirituels élevés servant un but (celui de la lumière). Je me demande ce qu’il peut être.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui. Cette limite n’était pas physique mais elle existait. Je n’ai pas été autorisée à aller au-delà. Si j’avais pu franchir la limite, ou simplement rester là où je me trouvais, j’en aurais été très reconnaissante.

Avez-vous eu connaissance d’évènements à venir ? Oui. J’ai beaucoup plus d’intuition, j’ai acquis des facultés spirituelles que je n’avais pas auparavant. Toutefois, bien que ma conscience se soit souvent avérée de façon significative, il y a également eu des inexactitudes non négligeables. Il m’a fallu toute ma vie pour me rendre compte que je devais me maintenir dans un état hautement spirituel, centré sur l’amour, pour éviter ces inexactitudes. Etant donné les contraintes de temps pesant sur ma vie, ce n’est pas toujours facile à faire. C’est véritablement une vertu d’ordre élevé.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Développement de la voyance et de la spiritualité (elles coexistent).

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. J’en ai parlé immédiatement, dès que j’ai été en mesure de le faire. La réaction varie selon les personnes. Mon père (qui m’a avoué plus tard avoir vécu une EMI étant enfant, il n’avait pas dépassé le plafond de sa chambre) croyait encore que la vie disparaissait avec le corps physique. Ma mère était convaincue que j’avais eu des hallucinations dues à la maladie et à l’anesthésie. Mon mari, qui m’aimait profondément, s’est rapproché de la dévotion au cours de l’année que nous avons passée ensemble. Une amie a trouvé cela rassurant après la mort de son frère. Je fais très attention à qui j’en parle, j’ai appris cela peu après mon expérience alors que je le criais naïvement sur tous les toits.

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ? Non. Absolument pas. C’est vers l’âge de 25 ans que j’ai découvert un livre à la librairie : « La vie après la vie ». Ce fut très réconfortant pour moi de découvrir qu’il existait d’autres personnes dans mon cas.

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu (quelques jours ou semaines) : L’expérience était tout à fait réelle. Je n’ai jamais douté de son authenticité. Mes parents ont tenté de me faire douter, mais c’était impossible. Cette expérience a été la plus réelle, la plus nette de toute ma vie.

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur particulière pour vous ? L’AMOUR, l’AMOUR, l’AMOUR et nous ne vivons pas la vraie vie. Nous ne sommes pas censés vivre sans spiritualité, elle fait partie de ce que nous sommes.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience : L’expérience était tout à fait réelle, déjà expliqué.

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Oui. C’est difficile de vivre dans un monde rude, avec des personnes à l’esprit fermé. Je sais que la vie représente bien davantage. Pourtant, j’ai passé la majeure partie de mon existence entourée de personnes qui ne pourraient jamais comprendre ni croire quoi que ce soit hors de l’existence physique. Je suis parfois impatiente avec ces personnes et je dois lutter pour me maîtriser. Je n’exprime pas les idées liées à mon EMI. Je m’efforce de trouver d’autres méthodes pour ouvrir les esprits sans évoquer les sujets paranormaux ou religieux. Je suis attirée par les gens ouverts, et généreux, c’est avec eux que j’ai fondé les relations les plus étroites et les plus profondes.

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Oui. Je suis devenue croyante, j’ai vécu une relation étroite et spirituelle avec Dieu et, beaucoup plus tard, avec Jésus.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances en ont-ils reproduit une partie ? Non

Souhaiteriez-vous ajouter autre chose au sujet de l’expérience ? J’espère que cette étude mènera à d’autres avancées et connaissances concernant des réalités spirituelles. C’est dans cette attente que j’y ai participé.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui