NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Bob B

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE : 

C’était un samedi matin normal. Je suis un homme de 46 ans, sans passé pathologique. Je me suis réveillé et je me suis habillé pour sortir déjeuner. J’ai descendu les escaliers et alors que je tournais pour entrer dans le salon, je me suis senti bizarre. La sensation m’a  fait m’arrêter. Je n’ai pas entendu de voix, mais j’ai senti quelque chose en moi qui me donnait des instructions. Je me souviens avoir pensé : « .. Oh non. J’espère que je ne suis pas en train de mourir. Il me reste trop à faire. ». C’était comme si je répondais aux questions de quelqu’un. J’ai exprimé de la peur pour ma sœur aînée. Elle est handicapée et nécessite une aide à la fois financière et pour sa vie quotidienne. Je craignais pour son bien-être, combien elle pourrait être seule.

Mes pensées défilaient, mes sentiments affluaient et s’épanchaient, détaché, je me conformais à ces sentiments intérieurs. Mes tripes me disaient de m’asseoir, de rester tranquille, sinon j’aurais risqué d’alarmer ma sœur. Je savais qu’elle était assise à la table de la cuisine, quelques mètres plus loin. Ma tête a soudain paru immense, j’entendais mon cœur battre. Le rythme était décroissant ou décrescendo. Je ne voyais plus alors qu’une lueur orange chaleureuse, elle est passée au blanc brillant alors que je me sentais partir en flottant. J’ai vu mon corps écroulé sur le bord de la chaise en dessous de moi, tandis que je commençais à être enveloppé par une lumière semblable à un soleil d’été, brillant et chaud. J’étais réchauffé. J’y étais tellement heureux. L’expérience était simplement si merveilleuse. Je ne trouve pas les mots pour exprimer ma joie.

D’une certaine manière, je savais que si je cédais à cette sensation, que je restais plus longtemps, je ne serais plus en mesure de repartir, de retourner à la vie. Dès que cette pensée m’a traversé l’esprit, ma vision est revenue. L’expérience a pris fin et j’ai été de retour dans mon corps, contemplant le salon. J’étais tout à la fois stupéfait et effrayé. J’ai pensé « Eh bien ! J’espère que cela ne va pas se reproduire. ». J’avais peur de bouger.

Je me suis rendu compte que je ne pouvais pas respirer. J’étais en hyperventilation. J’ai enfoui mon visage dans ma chemise et j’ai essayé de reprendre une respiration normale, je me suis levé pour aller dans la cuisine prendre un verre d’eau, j’ai réalisé que je ne pouvais faire que quelque pas avant de perdre totalement mon souffle. J’ai pris une aspirine et, en 15 minutes environ, j’étais à nouveau normal, mais très fatigué. Je suis remonté à l’étage pour me reposer.

Le lendemain, un dimanche, la jambe droite a enflé et le lundi je suis allé voir le médecin. Il a appelé une ambulance, j’ai immédiatement été emmené à l’hôpital et admis aux urgences pour des caillots et toutes les embolies. Aux Urgences, le pneumologue m’a examiné, il m’a déclaré avec stupéfaction : « Je n’arrive pas à croire que vous ayez survécu ! Vous avez des caillots dans les poumons et pourtant vous êtes ici, semblant en parfaite santé. Vous savez, en général c’est une catastrophe. Ceux qui survivent luttent pour respirer, pourtant vous êtes allongé ici et vous respirez seulement l’air de cette pièce. ». Il a secoué la tête et il s’est mis à me parler du filtre que je nécessitais afin d’empêcher les caillots d’arriver aux poumons, ainsi que des autres choses auxquelles je devais m’attendre. Ses paroles semblaient irréelles. Les médecins m’ont surnommé : « le type qui trompe la mort ». Plusieurs d’entre eux sont passés me voir durant mon séjour.

Je suis maintenant en convalescence à la maison et en cours de dosage des anti-coagulants ; j’essaie de comprendre tout ce qui s’est passé. Il s’est avéré que je souffre d’un problème génétique. J’imagine que c’est la raison pour laquelle je ne me penche pas beaucoup sur ce qui m’est arrivé physiquement ce samedi là. La légèreté et l’hyperventilation me sont arrivées de nombreuses fois auparavant, mais pas au point de ce samedi là, par ailleurs je suis allé voir le médecin pour un enflement et une douleur des mollets. Il a dit que ce n’était que : « Des muscles du mollet tendus. » et il m’a envoyé suivre une physiothérapie. Avec toute cette souffrance dans le mollet à cause des caillots et toutes les misères que les médecins m’ont faites, je me demande si j’ai trompé la mort ou bien si c’est elle qui m’a trompé. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Non

L’expérience était-elle difficile à exprimer avec des mots ? Non

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui

Précisez : des caillots de sang s’étaient formés et ils ont atteint les poumons, les bras et la tête.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Très conscient et lucide.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non, c’était net et cela semblait très réel.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui

Décrivez votre apparence ou forme hors de votre corps : j’étais en train de contempler mon salon par en dessus. Mon corps était assis sur le bord d’une chaise, effondré en avant. Je ne voyais pas mon visage, juste le haut et l’arrière de la tête.

Quelles émotions avez-vous éprouvées pendant l’expérience ? La chose la plus bizarre pour moi, c’est que je n’avais pas du tout peur au moment où cela m’arrivait. Ce n’est que lorsque cela s’est arrêté que je suis devenu nerveux… effrayé.

D’une manière générale, je ressentais de la stupéfaction, de la paix et le contentement le plus chaleureux que j’aie jamais ressenti durant ma vie. Mes bons sentiments étaient tous intensifiés, je n’en avais pas de mauvais.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? A part mes battements de cœur, non.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Oui

Précisez : cela a commencé par un éclat orangé et chaud qui est passé à la clarté d’un soleil de milieu de journée.

Avez-vous rencontrés ou vus d’autres êtres ? Incertain

Précisez : j’étais conscient d’une présence mais c’était plutôt une sensation qu’une vision.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Non

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Incertain

Précisez : seulement la dimension d’être baigné dans une magnifique lumière chaude et paisible.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui

Précisez : l’expérience a semblé durer longtemps, mais en réalité il ne s’est probablement écoulé qu’une seconde ou deux en temps réel.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Incertain

Précisez : cela paraît bizarre, même pour moi car je n’avais jamais réfléchi à ces choses mais il est devenu clair pour moi que rien n’est linéaire. Au lieu de cela, tout est circulaire. Ainsi, plutôt que de naître un jour et de se déplacer linéairement vers le jour ou l’on meurt, la naissance devient le point de départ d’un cercle qui se complète à la mort. Cette mort devient la naissance d’un nouveau départ. Bizarre hein ?

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Incertain

Précisez : j’ai atteint un point de contentement, là j’ai réalisé que si je continuais à aller vers la lumière je ne serais plus en mesure de retourner à la vie.

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui

Précisez : au début je m’inquiétais de la possibilité de mourir car ma sœur avait besoin de moi. A mesure que je me suis mieux senti dans la lumière je me suis rendu compte que je ne serais plus en mesure de repartir si je continuais plus longtemps.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Non

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui

Précisez : pas de changement religieux ni spirituel mais une sorte de confortement dans la permanence au delà de la vie mortelle.

Je suis réconforté de savoir que mes parents et les autres êtres chers décédés se trouvent bien.

L’expérience a-t-elle affecté vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? La vie m’a appris à vivre en appréciant fortement l’instant. Depuis de nombreuses années, je hume les roses et je vénère la beauté de notre monde. J’apprécie mes amis très intensément. Dans ce sens, une fois encore, mes croyances ont simplement été renforcées.

Avez vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Non

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Au début, j’ai eu peur. Je ne me fiais pas à ce qui m’arrivait. J’ai eu besoin de temps pour réfléchir, je suis pragmatique de nature. J’ai plus craint les ambulances ou les Urgences que la mort elle-même. Honnêtement, j’étais plus inquiet de la réaction de ma sœur, que du fait que je pourrais mourir. Ensuite, j’imagine que je suis entré dans le déni, car je n’ai eu aucune considération pour toute l’évènement. Même le lendemain, lorsque ma jambe a enflé, j’ai continué à penser que cela ne valait pas la peine de se déplacer aux Urgences. C’était un dimanche et j’ai attendu le lundi, que mon médecin revienne à son cabinet.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? Je ne peux vraiment pas répondre à cette question dès maintenant. Pour moi, jusqu’à présent, il ne s’agit que d’une expérience.

Je dirais que le pire pour moi a été d’être alité aux urgences, raccordé à des appareils, les médecins me disant à quel point j’étais malade, programmant l’opération, ils m’ont fait penser que je pouvais mourir d’un instant à l’autre. Mourir ne me préoccupait pas, ce qui m’ennuyait, c’était que ma vie se termine là, dans ce lit. Tout ce que je voulais, c’était signer une décharge, me rendre à la plage de Hampton où je pourrais m’asseoir sur le sable, expirer avec un café, une cigarette et le son des vagues déferlant sur le rivage.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? En toute honnêteté, la pensée suivante m’a traversé l’esprit plusieurs fois. D’une certaine manière, j’ai presque souhaité que ma vie se soit terminée ce jour là. Cela aurait été un bon jour pour partir. Je ne souffrais pas et j’ignorais que la mort pouvait venir. Je n’avais alors absolument pas peur de ce qui m’arrivait, au moment où cela se passait, la sensation d’être immergé dans la lumière était tellement agréable , je me sentais entièrement et complètement contenté dans cette lumière.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Incertain

Précisez : à l’heure actuelle, j’ai plus de respect pour les autres. Je veux juste que tout le monde soit heureux…c’est comme le sentiment de savoir à quel point le temps que nous passons ensemble est vraiment précieux.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui

Précisez : Il est difficile pour moi simplement de trouver les mots justes afin d’exprimer cette expérience. Je suis content que vous l’ayez détaillée avec ces questions. J’espère avoir bien communiqué.

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire de www.nderf.org : peut-être qu’un suivi à une date ultérieure serait utile, mon expérience n’a que quelques semaines. Je me demande quel sera mon sentiment à ce sujet à mesure que le temps passera.

Merci de fournir un endroit comme celui-ci, où les gens comme moi peuvent se décharger de ce poids.