NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Bess

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE : 

Mon expérience de mort imminente s’est produite après une opération du cœur. Au moment de l’opération, j’étais déjà gravement malade, en fait j’étais à l’agonie à cause d’une insuffisance cardiaque congestive provoquée par des troubles cardiaques congénitaux associés au syndrome de Holt-Oram. Je n’avais jamais eu de problème majeur de cœur, à peu près jusqu’à l’année précédant mon opération. On m’a informée depuis, que les médecins qui s’occupaient de mon cas n’étaient pas excessivement confiant dans ma capacité à résister à l’opération car, au moment même où l’on m’anesthésiait, je suis devenue bleue et ma respiration était irrégulière. Toutefois, l’opération elle-même s’est bien déroulée et j’ai été transférée à l’unité de soins intensifs de cardiologie, tout semblait bien se passer jusqu’à ce que je sois extubée, afin de me permettre de respirer seule. Peu après, j’ai commencé à avoir des problèmes respiratoires et on a dû m’intuber à nouveau.

Pour faire court, ceci s’est répété trois fois au total sur une période de six semaines. On a dû me poser dans l’aine un tube avec un ballon à son extrémité, il remontait jusqu’au cœur et se contractait à chaque battement. Pendant ce temps là, j’avais de brefs moments de conscience quand, périodiquement, les médecins retiraient l’assistance afin de voir si j’étais en mesure de respirer seule. Toutefois, je pense que j’étais inconsciente la plupart du temps. Mon état est resté critique pendant toute cette période, les médecins ont annoncé à ma famille que j’avais environ 25% de chances de survie, que si je m’en sortais, il y avait de grandes chances que j’ai subi de graves dommages au cerveau.

A un moment donné, bien que je sache que je n’étais pas consciente, j’ai moi aussi pensé que j’allais mourir. Je me rappelle m’entendre dire : « Je vais mourir. » Je n’étais pas du tout bouleversée par cette pensée. Il y a eu ensuite un bref moment d’obscurité et, tout de suite après, j’ai pu me voir allongée dans ce qui, je crois, était une chambre. Cette chambre était emplie de lumière et bien qu’il se soit agi d’une lumière brillante, elle n’était pas éblouissante comme le soleil, c’était plutôt comme une lumière blanc-doré agréable passant à travers ce qui paraissait être un mur de verre. Je me sentais très aimée à ce moment là, tout à fait en paix et détendue. Même si je ne voyais personne d’autre, je savais que je n’étais pas seule. Après un court instant, j’ai entendu une douce voix masculine me dire : « Tu vas aller bien, tu ne vas pas mourir. ». Il me faut expliquer que lorsque je dis « entendre » une voix, je ne l’ai pas en fait « entendue » avec mes oreilles, c’était dans mon esprit, plutôt comme une pensée. Je me rappelle très bien avoir pensé que je devais être morte et au paradis. C’est tout ce dont je me souviens de l’expérience, si ce n’est, qu’en aucune manière, ce n’était dérangeant ou effrayant. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Oui

Précisez : morphine et peut-être autre chose.

L’expérience était-elle difficile à exprimer avec des mots ? Oui

Qu’est-ce qui dans l’expérience la rend difficile à transmettre ? C’est difficile à expliquer parce que c’est un peu comme un rêve.

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? J’étais inconsciente.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Tout à fait, c’était un peu irréel.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui

Décrivez votre apparence ou forme hors de votre corps : je me souviens m’être regardée moi-même en contrebas, je paraissais très paisible.

Quelles émotions avez-vous éprouvées pendant l’expérience ? Au début, mal assurée et inquiète, mais pour la plus grande partie un sentiment d’être en sécurité, aimée et détendue.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Incertaine

Précisez : j’ai bien subi un moment obscur mais je ne sais pas si j’ai traversé un tunnel etc.

Avez-vous vu une lumière ? Oui

Précisez : c’était une lumière brillante, elle n’était pas éblouissante comme celle du soleil, c’était plutôt une lumière blanc-dorée agréable.

Avez-vous rencontrés ou vus d’autres êtres ? Oui

Précisez : je n’ai pas vraiment vu quelqu’un, mais je savais que je n’étais pas seule.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui

Précisez : j’ai beaucoup plus d’intuition et j’ai des perceptions extra sensorielles, j’ai vu des anges et je leur ai parlé en plusieurs occasions.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui

Précisez : effectivement, bien que je ne sois pas une personne très religieuse, je me sens beaucoup plus proche de la spiritualité maintenant.

L’expérience a-t-elle affecté vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Je suis beaucoup plus compréhensive et sensible aux besoins des autres, plus compatissante et attentionnée. Je suis beaucoup moins anxieuse que je ne l’étais précédemment, j’ai tendance à prendre les choses au jour le jour. Je remarque plus les petites choses de la vie, j’ai un véritable amour de la nature et du monde qui m’entoure.

Avez vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui

Précisez : je n’en ai discuté qu’avec mon mari, il a été très compréhensif et intéressé, il ne m’a pas mise en doute. Avec son soutien permanent j’ai pu mettre mon expérience par écrit afin de la raconter à d’autres personnes.

Je suis mal à l’aise de raconter mon expérience à qui que ce soit d’autre que ma famille, car je pense qu’on pourrait la trouver bizarre et peut-être ne pas me croire.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? J’exultais, j’étais très contente de ma vie. J’avais quasiment une âme d’enfant par rapport à la vie, comme si je voyais vraiment les choses pour la première fois.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? Avoir eu peur de mourir au début serait le pire. Tout le reste était merveilleux !

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire de www.nderf.org : c’est bien ainsi. Merci de m’avoir fourni une opportunité de raconter à d’autres qui ont vécu cette expérience.