NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Benny G

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Je n’ai pas flotté au dessus de mon corps, ni quoi que ce soit de ce genre. Je me suis instantanément retrouvé dans « l’au-delà » et, chacune des trois fois, je l’ai compris instantanément. Chaque fois que je suis mort, ce fut identique, comme si cela se reproduisait.

Le « savoir » ne s’est pas répété, il a plutôt progressé. Je n’avais pas peur. La première chose que j’ai vue, ce fut un visage. Pas celui de Jésus, ni de Dieu, ni d’une figure religieuse, c’était un visage « universel », c'est-à-dire qu’il ressemblait à tous les visages qui existent ou ont existé, masculins et féminins. Ses yeux étaient comme tous les yeux qui existent ou ont existé, masculins et féminins. Si un portraitiste de la police me demandait de le décrire, j’en serais incapable. Il était très proche, peut-être à 50 cm. J’étais tellement hypnotisé par ses yeux, que je ne me souviens plus s’il avait des cheveux ou même un corps, cela n’avait aucune importance.

Il me regardait très calmement en me demandant : « Qu’as-tu fait ? ». J’ai répondu : « Je ne comprends pas. ». Encore une fois, très calmement il m’a répondu : « Si, tu le sais. ». A cet instant, comme frappé à la tête par une batte de base-ball, j’ai commencé à voir des images de mon passé. Je n’ai pas eu le syndrome « voir toute ma vie défiler en un éclair», c’était des évènements précis de mon passé, certains paraissaient banals, d’autres sérieux. Banals comme par exemple  dans la situation suivante : quelques années plus tôt, un chat affamé était venu à ma porte en miaulant pour demander à manger, je l’avais fait partir. Des choses de ce genre. Très réalistes et tout à fait exactes (culpabilité ??? je l’ignore). Graves dans une situation que je ne vais pas décrire mais au cours de laquelle se sont produites de mauvaises choses, alors que j’étais plus jeune. J’ai compris que quand on va dans « l’au-delà », on n’est pas « jugé » mais qu’on se « juge » soi-même. On n’est pas tant jugé sur ce qu’on a fait dans sa vie que sur ce qu’on n’a pas fait. Ce concept était tout à fait écrasant, on ne peut en effet se tromper soi-même.

Par ailleurs, c’était comme si on m’avait ouvert la tête, qu’on avait déversé dans mon esprit toute la connaissance de l’univers, avec le volume et la pression d’une lance à incendie. Je comprenais tout. Tout. Ce n’était pas « divin » c’était plutôt comme un évènement de « conscience cosmique ». Je voyais le « Grand Esprit » (si vous préférez) dans tout. Tout est vivant ou constitué de cette conscience qui englobe tout. Dans la terre, les roches, la respiration d’une chèvre des montagnes, une bactérie E-coli, le vent vaporeux sur Mars, la peinture de mon bureau, le vent solaire des étoiles. Tout. Tout.

Je ne suis pas en train de dire que maintenant je « sais » tout et pas vous, ni que je suis meilleur que vous. Cela m’a ouvert un œil neuf. Maintenant que j’y réfléchis… nous ne sommes pas meilleurs que le plus petit des microbes, nous pensons seulement que nous le sommes, c’est notre ego qui nous nuit… mais je comprends tout. C’était comme être jeté dans un océan de compassion.

Je sais que c’était réel, qu’on me croie ou non, je m’en fiche. Je ne vais pas non plus aller le crier sur les toits, ni participer à l’émission d’Oprah Winfrey. En fait d’une certaine manière je suis désolé que toute l’humanité ne voie pas cela. Toutefois, je « sais » également pourquoi on ne lui montre pas au cours de cette vie. J’ignore comment l’expliquer, tout ceci est arrivé seulement quelque mois auparavant, je progresse difficilement dans tout ce que j’ai vu et ressenti. C’est tout à fait bouleversant, magnifique, merveilleux, parfois j’en pleure de joie… comme en ce moment ! C’est la raison pour laquelle j’ai du mal à écrire cette histoire.

Je n’en ai parlé qu’à deux personnes… au collègue qui m’a fait le massage cardiaque et ramené à la vie en salle de formation, à ma femme. Trois personnes en vous comptant.

Je le sais… je n’ai pas peur de mourir. Nous ne devrions pas pleurer les morts non plus. Qu’ils nous manquent, qu’on s’en souvienne, mais pas les pleurer. Ma femme ne le comprend pas, mais ce n’est pas grave. Je ne m’attends pas à ce que quiconque comprenne ce que je tente de dire. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’influencer ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui. C’était tellement merveilleux, éclairant, fantastique que personne ne pourrait le croire. Et cela n’a pas été provoqué par le »manque d’oxygène » au cerveau. C’était aussi réel que de prendre un coup de sabot de mule dans la tête.

Au moment de l’expérience une situation mettait-elle votre vie en danger ?

Oui. Comme indiqué plus haut, j’ai subi une défaillance cardiaque qualifiée de « mort subite par fibrillation ventriculaire », sur deux jours, je suis mort cliniquement en trois occasions. La première fois on m’a déclaré mort à l’arrivée à l’hôpital. On m’a montré les papiers.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Voir numéro 4.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non. C’était aussi vrai que les impôts.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. Voir numéro 4.

Quelles émotions avez-vous éprouvées pendant l’expérience ? Toutes les émotions possibles. Mes sentiments ??? C’était merveilleux. Voir numéro 4.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Je n’en suis pas sûr, mais j’ai entendu un genre de violoncelle très profond… comme s’il était très loin. Je suis incertain… j’étais focalisé sur d’autre pensées.

DESCRIPTION DES LIEUX : avez-vous reconnu des lieux familiers ou des lieux relevant d’enseignements religieux connus ou bien avez-vous visité des lieux peuplés de créatures incroyables ou surprenantes ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Indécis. Maintenant que vous le dites, j’étais tellement concentré sur ce que je voyais et ressentais, que je ne me souviens pas s’il y avait de la lumière ou de l’obscurité. C’est curieux que je ne m’en rappelle pas, mais j’imagine que cela ne m’importait pas.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Voir numéro 4. C’est le seul autre « être » dont je me souvienne.

Avez-vous fait des expériences pendant que vous étiez hors du corps ou dans un autre état de conscience modifié ? Indécis. Non mais j’avais la sensation de pouvoir aller n’importe où, simplement en y pensant. Mais à ce moment là, je me sentais bien à l’endroit où je me trouvais.

Pendant votre expérience avez-vous observé ou entendu quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements, qui ait pu être vérifié par la suite ? Non

Avez-vous remarqué la manière dont vos 5 sens fonctionnaient, si oui, en quoi étaient-ils différents ? Oui. Bonheur, émerveillement, humilité, fascination, enthousiasme, voir numéro 4.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Environ 1 minute s’est écoulée « ici », cela pourrait correspondre à des heures, des semaines, des mois « là-bas ». Le temps n’importait pas.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. Je « comprends » maintenant. Voir numéro 4.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Non

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Non

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Je suis totalement en paix maintenant. Pas seulement avec moi-même, mais aussi avec le monde.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Indécis. Comme je l’ai écrit plus haut, je « comprends » maintenant. Je pense que la vie est trop précieuse pour qu’on l’enlève, à moins que ce ne soit absolument nécessaire.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Je ne pense pas que cela ait influencé les éléments que vous mentionnez. Je suis heureux d’avoir vu ce que j’ai vu.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Indécis. Je suis à l’aise, je n’ai pas peur de la mort, tout est exactement à sa place. Je dois travailler ma compassion.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Trois en vous comptant. J’ignore si elles ont été/sont influencées, ce n’était pas mon intention en racontant ce qui m’est arrivé. L’émerveillement était tellement écrasant qu’il fallait que j’en parle à quelqu’un, j’avais l’impression que sinon j’allais exploser. Parallèlement, je sentais que si je n’en parlais à personne, ce serait tout aussi bien. Difficile à expliquer.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Voir numéro 4

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La « meilleure » ? Voir numéro 4. La « pire » ? Il n’y a pas eu de « pire ».

Souhaiteriez-vous ajouter autre chose au sujet de l’expérience ? Je ne l’oublierai jamais et si cela arrive quand même… alors honte à moi.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire : Posez la question : « Souhaiteriez-vous le revivre ? ». Demandez également : « Regrettez-vous d’être « revenu » ? ».