NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI d'AZ

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE : 

Mon expérience s’est produite il y a environ vingt ans, alors que j’avais à peu près dix-sept ans. J’étais très malade, tous mes examens étaient bons, bien que mon père ait été médecin, personne ne savait ce qui m’arrivait. Quoi qu’il en soit, après une semaine, je suis allée à l’hôpital. En chemin mon père a dit à ma mère : « elle ne va pas revenir. » c’est une des phrases parmi celles que j’ai entendues plus tard à l’hôpital. J’avais le désir de rester seule et je n’ai été pleinement consciente de la situation qu’au bout de cinq jours. Je me suis réveillée et je suis allée aux toilettes, ce que, j’imagine, je n’étais pas censée faire. J’ai voulu retourner dans mon lit mais je ne le pouvais pas, j’ai lutté vigoureusement, j’ai essayé du côté droit, comme je n’y parvenais pas j’ai essayé du côté gauche. Je suis tombée par terre. J’étais si faible que je ne pouvais même pas bouger la main. J’ai appelé à l’aide une personne qui passait, celle-ci a appelé une infirmière, elles sont venues mais elles ne parvenaient pas à me déplacer. J’ai entendu qu’elles disaient qu’il fallait aller chercher de l’aide. Elles sont revenues avec deux hommes, ils m’ont portée et m’ont installée dans le lit. Le lendemain, je m’attendais à ce que ma mère sois là, car chaque matin, avant que je n’ouvre les yeux, elle était là. Je me souviens qu’en l’attendant, j’ai souhaité n’être avec personne, je lui ai dit de rentrer à la maison, que je voulais être seule, elle m’a imploré de simplement la laisser veiller sur moi, comment allais-je me débrouiller seule. J’ai répondu que je voulais rester seule. Après qu’elle soit partie, je n’ai rien fait jusqu’au moment où je suis sortie au dessus de mon corps. C’était une chose que je n’avais jamais vécue, je me sentais libre, pas de limite, pas de peur, je ne peux le décrire avec des mots, quelque chose à l’intérieur et je ne sais pas combien de temps cela a duré. Ensuite, je ne me souviens de rien. Je suis restée dans le coma pendant cinq jours. Durant ce temps, ma mère était avec moi jour et nuit. Le matin du cinquième jour, ma mère m’a dit plus tard que le temps s’était appesanti et qu’elle a senti que quelque chose se produisait, j’ai bougé la main et montré l’Imam Ali à ma gauche, ce dont je ne me souviens pas (même maintenant). Ensuite, j’ai vu un homme pur. Je ne pouvais même pas bouger, comme si je n’étais personne. Comme je l’ai dit je ne connais pas du tout la chronologie des évènements. Ma mère m’a dit qu’elle a aussi commencé à prier, je ne sais pas ce qui s’est passé ce matin là, ma mère m’a dit que je suis sortie du coma le soir même. Je me rappelle avoir été dans un endroit vert, je me tenais sur un gros rocher au dessus d’une tombe et j’étais tellement heureuse. En fait j’étais telle un enfant de huit ou neuf ans, quelqu’un est venu vers moi et m’a dit : « Je suis venu te chercher mais on m’a dit que ce n’est pas ton heure. » Je savais que je n’étais pas censée poser de questions, en dépit du fait que je ne voulais pas partir. Il m’a pris la main droite et à un carrefour, il m’a laissée. Ensuite mon lit a fait deux rotations de 360 degrés et s’est arrêté, puis j’ai commencé à ouvrir les yeux, je ne le pouvais pas parce qu’il y avait tant de lumière et je savais que je devais ouvrir les yeux très très lentement. Ce que j’ai réclamé en  premier, c’est ma mère. J’ai pris sa main, plus tard elle m’a dit que dès que je lui ai pris la main je lui ai raconté que j’étais revenue de l’autre monde, je ne me souviens pas non plus de cela. Je suis ici depuis treize ans et je dois dire que ma mère est décédée. Une autre chose s’est produite, le message venait de ma mère, mais pour le moment, cela me gêne d’en parler. 

En réponse à plusieurs questions que nous lui avons posées, elle a répondu :

Je vais faire de mon mieux pour vous donner des informations correctes. L’endroit dont je parle est un cimetière, toutefois, le sol était totalement vert, mais d’un vert différent de celui des cimetières ordinaires. Je me souviens également que je portais un vêtement noir et blanc. N°2 Je ne connaissais pas cet être, le seule chose que je savais c’est que c’était un homme (J’ai en fait beaucoup réfléchi à la question parce que je crois que seul DIEU connaît notre heure). Comment aurait-il pu me dire « Je suis venu te chercher mais on m’a dit que ce n’est pas ton heure. ». Quand il m’a pris la main, je ne sais comment, j’ai eu le sentiment que je n’étais pas censée poser de questions, mais j’ai levé la tête pour le regarder. Il était très grand comme s’il atteignait le ciel, nous avons tourné puis sommes allés tout droit, il me tenait toujours la main, jusqu’à ce que nous arrivions à une intersection. En fait il n’y avait qu’une route à gauche, il m’a laissée sur la route et je crois qu’il a continué tout droit, je pense que lorsque j’ai pris la route à gauche, mon lit a fait deux rotations à 360 degrés. Ensuite je sais que j’étais ainsi que je vous l’ai dit.