EMI d'Arthur B.

Page d�Accueil � NDERF
T�moignages d�EMI (300+)
Partagez votre exp�rience de mort imminente (EMI)

T�MOIGNAGE :

Je souffrais d�un cancer des testicules. On m�avait enlev� le testicule gauche. Le traitement incluait de la chimioth�rapie. Cela me rendait tr�s malade et faible. Je souffrais aussi, � cette �poque-l�, de crises d�apn�e pendant mon sommeil. J�avais v�cu de nombreux � incidents � o� ma respiration cessait compl�tement pendant le sommeil. Habituellement, j�entrais en convulsion ou j�avais des spasmes et, alors, je me r�veillais � cause du manque d�air. Je pense que c��tait d� � l�affaiblissement extr�me de mon corps sous l�effet de la chimioth�rapie.

Tandis que j��tais allong�, en train de dormir, j�ai eu tout � coup un flash c�t� cerveau logique : � La respiration a cess�. Si �a n�arr�te pas, c�est la mort. � C��tait aussi simple que �a. Je ressentais une � pression � dans mon corps, un peu comme un ballon rempli d�air. Aucune douleur, juste une pression. Sur le moment, j�ai paniqu� parce que je r�alisais que j�allais mourir. Puis, la panique a disparu et j�ai pens� : � C�est �a la mort? C�est si facile, si naturel. De quoi avais-je peur? � Je me trouvais un peu stupide d�avoir eu peur.

Puis, une � sensation � m�envahit. C��tait une �motion empreinte de chaleur qui me p�n�trait tout entier. C��tait vraiment paisible, unique. Je n�avais jamais �prouv� une telle sensation auparavant.

Ensuite, j�eus l�impression de flotter sur le dos dans un �tang. J�ai commenc� � caler doucement. L��tang paraissait s�assombrir et se vider. L�instant d�apr�s, il �tait devenu lumineux. Tr�s lumineux. Il y avait devant moi un objet qui avait l�air d�un soleil. Celui-ci brillait tr�s intens�ment, mais le regarder ne blessait pas ma vue. Soudain je me mis � comprendre des choses. Je compris pourquoi j�avais le cancer et combien il importait pour moi d�avoir ce cancer. En fait, c��tait si important, que je ne pouvais pas passer � c�t�. Mais je ne peux pas en expliquer l�importance � je comprenais, voil� tout.  Puis, l�objet se mit � me parler. On me parlait en anglais et c��tait la m�me chose que quand d�autres personnes me parlent. On me disait�

- Bonjour Arthur. Je suis ravi de te voir. 

� ce moment-l�, je dis quelques chose par rapport � un �v�nement pass� dont je n��tais pas tr�s fier.

L�objet me dit : 

- Tu n�as pas aim� �a, n�est-ce pas?

Je r�pondis :  

- Non, effectivement. 

Puis, l�objet me dit :  

- J�ai bien pens� que serait le cas. 

Puis, je vis une ligne imaginaire devant moi. Je savais que si je la franchissais, je ne pourrais pas revenir. J�h�sitais.

La lumi�re me dit alors :  

- Que fais-tu? 

Je lui r�pondis : 

- Je suis en train de mourir. 

La lumi�re ajouta :  

- Es-tu pr�t � mourir? 

Je r�pliquai :  

- Non, il y a certaines choses que je dois faire. 

La lumi�re me r�pondit :  

- Tr�s bien alors, retournes et faits ces choses. Lorsque tu auras termin�, reviens me voir. 

Et, je revins dans mon corps. Je me souviens d�avoir touch� mon bras gauche avec ma main droite. C��tait bizarre. C��tait comme la peau d�un mort, froide et sans vie. C��tait comme si l��nergie vitale n�avait pas compl�tement r�int�gr� le corps. Je me suis assis sur mon lit dans la p�nombre. J�ai regard� ma femme qui dormait � mes c�t�s. Je me questionnais sur ce qui venait juste de se produire. J�aurais cru que c��tait un r�ve s�il n�y avait eu cette lueur chaude et cette impression de paix qui m�ont suivi pendant plusieurs jours.

C�est cet aspect si singulier qui me confirme que quelque chose d�extraordinaire s�est bel et bien pass�.

Des m�dicaments ou des substances ont-ils pu affecter l�exp�rience? Ind�cis
           
Pr�cisez: Je recevais de la chimioth�rapie pour traiter un cancer.

Ce type d�exp�rience �tait-il difficile � d�crire avec des mots? Oui.

Qu�est-ce qui rendait la communication si difficile? Je peux relater le processus, mais je ne trouve pas de mots pour d�crire le � ressenti �.

Au moment de l�exp�rience, y avait-il un �v�nement mena�ant votre vie? Ind�cis.

           D�crivez : J�ai souvent souffert d�attaques d�apn�e durant mon sommeil. Les effets de la chimioth�rapie avaient tellement affaibli mon corps que je n�ai pas eu de � spasme � cette fois-l� lorsque j�ai manqu� d�air.

Quel �tait votre �tat de conscience et de lucidit� au moment de l�exp�rience? C�est arriv� pendant le sommeil.

            D�une mani�re, l�exp�rience ressemblait-elle � un r�ve? D�une certaine mani�re il y avait des caract�ristiques du r�ve, mais les impressions �taient diff�rentes. Celles-ci �taient vraiment r�elles. Aucun r�ve avant ou apr�s n�a jamais �t� ressenti de cette fa�on.

Avez-vous v�cu une s�paration entre votre conscience �veill�e et votre corps physique? Oui.

            D�crivez : C��tait comme un corps avec des bras et des jambes et tout, mais cela ressemblait plus au contour d�un corps, fonc�, avec une ligne blanche tr�s claire d�limitant la personne.  

Quelles �motions avez-vous ressenties durant l�exp�rience? D�abord de la peur parce que je r�alisais que j��tais en train de mourir.

De la surprise parce que je r�alisais que c��tait � normal �.

Je me sentais un peu stupide d�avoir eu peur.

Enfin, la perception de quelque chose de tr�s puissant. Une �motion de paix et de bonheur. Une sensation qui me d�passait vraiment. Je ne peux pas trouver de mots pour d�crire cela.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels? Non.

�tes-vous pass� dans ou � travers un tunnel ou une enceinte? Ind�cis.

            D�crivez : J�avais l�impression de m�enfoncer dans l��tang. Je ne sais pas si cela peut compter pour une enceinte.

Avez-vous vu une lumi�re? Oui.

            D�crivez : Tr�s brillante. C�est comme regarder le soleil sans que cela affecte vos yeux.

Avez-vous rencontr� ou vu d�autres �tres? Oui.

D�crivez : Une sph�re de lumi�re qui ressemblait au soleil.  

Avez-vous pass� en revue les �v�nements de votre vie? Ind�cis.

           D�crivez : Je pense que je n�ai vu qu�un minuscule fragment d�un �v�nement pass� qui me rendait malheureux.

Avez-vous observ� ou entendu quoi que ce soit, concernant des gens ou des �v�nements, qui ait pu �tre v�rifi� par la suite? Non.

Avez-vous vu ou visit� des dimensions, endroits ou plans de grande beaut� ou particuliers? Non.

Avez-vous v�cu une alt�ration du temps et de l�espace? Oui.

            D�crivez : Le temps semblait passer tr�s vite. Les choses se pr�sentaient devant moi � vive allure.              

Avez-vous l�impression d�avoir eu acc�s � une connaissance particuli�re, reli�e � un ordre ou � un but universel? Oui.

            D�crivez : J�ai compris la cause de mon cancer. J�ai compris que ma vie n��tait pas ma propri�t�, qu�elle � appartenait � � plusieurs autres. J�ai compris que tout ce qui m��tait demand� c��tait de me � soucier � de ce qui arrive aux autres et de les aider quand je le pouvais. 

Avez-vous atteint une sorte de fronti�re ou de limite mat�rielle? Ind�cis.

            D�crivez : Il semblait y avoir une ligne imaginaire devant moi. Si je la traversais, je ne pourrais plus revenir.

Avez-vous �t� conscient d��v�nements futurs? Non.

�tiez-vous impliqu� ou conscient d�une d�cision concernant votre retour � votre corps? Oui.

            D�crivez : J�avais le choix. J�aurais pu refuser mais nous savions tous les deux que je devais revenir. Nous le comprenions et j�ai accept�.

Avez-vous re�u des dons psychiques, paranormaux ou autres que vous n�aviez pas avant l�exp�rience? Non.

� la suite de l�exp�rience, votre attitude et vos croyances ont-elles chang�? Ind�cis.

            D�crivez : Je me suis mis � consid�rer la famille humaine avec beaucoup plus de tol�rance et de compassion.  

Comment cette exp�rience a-t-elle affect� vos relations? Votre vie quotidienne? J�essaie de mieux comprendre les autres. Je laisse tomber les d�tails insignifiants. Je suis plus calme. Je suis satisfait de mon style de vie simple. Je n�ai pas peur de la mort car on ne meurt pas, on change simplement un peu. Je suis concern� par le processus de la mort. J�ai de la difficult� avec la douleur, et la souffrance ne me r�jouit gu�re. 

Aviez-vous partag� cette exp�rience avec d�autres personnes? Oui.

            D�crivez leur r�action : Cela varie selon les individus. Certains sont sceptiques, certains sont fascin�s et d�autres, simplement ennuy�s. J�essaie de raconter l�histoire aux personnes qui ont perdu un ami ou un parent. J�esp�re les aider dans leur tristesse et leur faire savoir qu�en r�alit�, elles n�ont perdu personne. C�est tout simplement une rupture de communication temporaire. Un jour celle-ci sera r�tablie.

J�ai racont� mon histoire � mon p�re. Il est mort d�un cancer du foie plusieurs ann�es apr�s et il a dit � ma m�re : � Dis � Arthur que je vais chercher la lumi�re. � J�esp�re seulement que ce fragment de connaissance a pu faciliter son passage entre les deux mondes.  

D�crivez le meilleur et le pire aspect de cette exp�rience? Le meilleur fut l�impression de paix et de compr�hension.

Le pire fut le moment o� je r�alisai que tout �tait fini.   

Aimeriez-vous ajouter un autre commentaire relativement � cette exp�rience? Ce serait bien si tout le monde pouvait avoir quelque peu acc�s � cela durant leur vie. Cela nous permet de mieux comprendre notre chemin. Je souhaiterais faire passer ce simple message � tous : � Souciez-vous de vos fr�res humains. Aidez-les si vous le pouvez. � 

Votre vie a-t-elle chang� cons�quemment � cette exp�rience? Ind�cis.

            D�crivez : J�ai une vie tr�s tranquille et paisible. Bien s�r, j�ai des moments de fatigue et d�irritation comme tout le monde, sauf qu�� pr�sent je peux temp�rer ces attitudes de par une meilleure compr�hension de leur raison d��tre. Je suis la plupart du temps beaucoup plus calme.   

Apr�s cette exp�rience, y a-t-il eu d�autres �v�nements, une m�dication ou des substances qui ont reproduit une partie de l�exp�rience? Non.

Les questions demand�es et vos r�ponses permettent-elles de rendre compte de votre exp�rience avec exactitude, clart� et pr�cision? Oui.

            Pr�cisez : Celles-ci touchent les �v�nements majeurs dont je peux me souvenir. Le transfert d�information �tait � ressenti � plut�t qu�expliqu�. Cela faisait appel � des sens de communication diff�rents. En y pensant, c��tait vraiment � cool �.

Avez-vous des suggestions pour am�liorer notre questionnaire www.nderf.org? Il ne me vient rien � l�esprit. Par contre, je veux vous remercier de m�avoir donn� la chance de raconter mon histoire. Je me sens mieux.