NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI d’Arshan

DESCRIPTION DE L'EXPERIENCE :

Je ne me sentais pas bien et n’étais pas attentif à la conduite. Je suis arrivé à un carrefour et j’ai regardé des deux côtés sans grand soin. Je n’ai vu aucun véhicule, j’ai donc poursuivi ma route. Tout à coup j’ai entendu un puissant son d’avertisseur, suivi d’un fort bruit de collision. Je me suis alors retrouvé en train de flotter dans un espace obscur. J’étais hors de mon corps, planant en l’air tout en regardant autour de moi.

J’ai vu un corps allongé au milieu de la chaussée, près d’une voiture. Je le voyais à peu de distance. Il m’a fallu quelques instants pour me rendre compte que je regardais mon propre corps. Je n’éprouvais aucun sentiment à son égard ; je n’étais qu’un observateur indifférent. Je me suis dit que je devais être mort, mais je n’étais absolument pas triste. J’ignorais où j’étais censé aller ensuite. Mes pensées et mon esprit étaient les mêmes que dans la vie physique, mais je n’étais pas en mesure d’engendrer des pensées terrestres.

Après quelques instants, je ne me suis plus préoccupé de savoir où je devais aller, j’ai en effet profité de la paix et du silence, j’étais immergé dans ce moment. Je me contentais d’observer d’une faible hauteur, tandis que des gens se précipitaient de toutes les directions vers mon corps. Je n’entendais pas leurs voix nettement, pourtant je comprenais ce qu’ils disaient. En regardant ces personnes, je connaissais leurs pensées, ce qu’elles allaient dire.

Comme il y avait un hôpital dans la rue même où l’accident s’était produit, l’ambulance n’a pas mis longtemps pour arriver. Les urgentistes ont installé mon corps sur un brancard et m’ont transféré dans l’ambulance. Le conducteur a mis la sirène en marche et roulé rapidement vers l’hôpital. Dans l’ambulance, l’équipe m’a injecté un produit dans le corps, sans effet, il ne réagissait pas. Même si j’en étais séparé, j’avais en quelque sorte toujours l’impression de me trouver également dans mon corps. Je ne ressentais toutefois ni inconfort, ni douleur. Dans le même temps, j’avais la sensation de m’élever davantage à chaque seconde.

Je flottais comme sur une vague, me sentant tellement léger. Au début et à la fin de l’accident tout s’est déroulé très rapidement. Lorsque je suis sorti de mon corps, j’étais sous une autre forme, transparente et non-physique, analogue cependant à la forme humaine. Bien que voyant cette nouvelle forme, celle-ci ne suscitait en moi aucune réflexion. Je ressentais une agréable chaleur, je n’avais ni odorat, ni goût, ni un quelconque sens corporel physique. Je ne sentais pas les objets physiques, par contre ma vue était fortement étendue. J’avais l’impression de m’être converti en énergie.

Je volais et je suis entré dans un environnement gris. J’ai tenté d’atteindre une lumière grise et poussiéreuse qui se déplaçait devant moi. Son intensité augmentait à mesure que j’approchais. Elle ressemblait à une vapeur ou une fumée éclairée sous un lampadaire. Informe, elle était teintée de bleu, d’orange, de jaune et d’or. J’ignorais ce dont il s’agissait. Elle ne me blessait pas les yeux et n’était pas aveuglante. J’étais entraîné vers cette lumière par une grande force. Plus j’approchais, plus j’éprouvais de la joie et de la sérénité. Après un instant, j’ai remarqué des Etres similaires à moi, mais ils étaient plus brillamment colorés et se déplaçaient plus vite que moi. Ensuite je me suis retrouvé entouré de membres décédés de ma famille. J’étais tellement joyeux et enthousiaste de les voir. J’avais le sentiment qu’ils étaient là pour m’aider. Leur corps était transparent et lumineux. Je n’ai pas pensé à leur poser des questions du genre « Où suis-je, où vais-je aller, qu’est-ce qui va m’arriver, est-ce que je suis mort ? ». Ils ne m’ont pas parlé non-plus.

Un halo de lumière m’a envahi. Ma vie et tous ses évènements se sont mis à défiler dans mon esprit, c’était cependant très net, réel et vivant. C’était comme un diaporama, à ceci près que j’ai revécu tous les sentiments de ces évènements. Tout est apparu dans l’ordre chronologique. Le passage en revue n’a toutefois duré que quelques minutes. C’était agréable et intéressant pour moi. Lorsque le défilement de ma vie s’est arrêté, mon esprit s’est mis à analyser ma vie et mes actes. J’ai eu le sentiment que, globalement, j’avais été relativement bon envers autrui.

Après cela, j’ai ressenti de la liberté. Le halo lumineux m’a quitté et j’ai eu la sensation de devoir retourner à la vie physique. J’ai tenté d’éviter cela car je vivais des choses nouvelles et agréables. Mais j’ai automatiquement quitté cet environnement, passant à un autre, bleu-grisâtre. J’y ai été allongé sur le dos et progressivement, sans effort, je me suis retrouvé dans l’ambulance. Celle-ci a pénétré dans l’hôpital et on a transféré mon corps aux Soins Intensifs. Le corps flottant, lui,  pouvait facilement traverser les murs. J’avais l’impression qu’en approchant d’un mur, ce dernier disparaissait. Je ne sentais ni objet, ni limite physiques. Je savais que je me déplaçais mais sans ressentir de mouvement. J’ai pénétré dans la salle d’opération quelque part près du plafond. Les médecins et les infirmières entouraient mon corps, mais personne n’a remarqué ma présence au plafond. On me massait la poitrine. Une infirmière m’a introduit un tube dans la gorge et l’a utilisé pour me ventiler. Un médecin m’a injecté un produit dans le corps, mais celui-ci n’a pas réagi. J’ai entendu le médecin crier : « Code rose ! »

Instantanément, tandis que je flottais en l’air, j’ai traversé quelque chose de fixe et léger, ressenti sur le côté. Un énorme sentiment de solitude, de déprime et de peur m’a envahi. J’ai compris que la communication avec autrui était rompue, je ne pouvais plus parler aux autres. J’ai eu le sentiment que j’allais mourir définitivement si je ne retournais pas dans mon corps. J’étais triste pour ma famille et mes amis à cause de leurs sentiments après ma mort. Je pouvais imaginer et ressentir leurs émotions. J’avais également des tâches importantes à terminer, j’ai pensé que j’étais trop jeune pour mourir. Pourtant je voulais demeurer dans cet environnement non-physique et agréable. J’ai éprouvé la sensation de devoir choisir rapidement si j’allais rester dans mon corps ou en dehors. J’ai senti que je ne pouvais pas rester à l’extérieur trop longtemps, sinon j’allais mourir de façon permanente. J’ai donc décidé de revenir.

Pendant tout ce temps, l’équipe médicale s’efforçait de me sauver. On m’a administré plusieurs chocs électriques, mais je n’ai rien senti. J’ai toutefois eu l’impression de devenir plus lourd, d’être entraîné vers le bas en direction de mon corps. C’était comme si les efforts finissaient par payer. Quand on m’a à nouveau administré des chocs à plusieurs reprises, mon corps a eu des soubresauts. J’ai eu l’impression de pénétrer dans mon corps tel un objet solide, avec un sursaut. J’ai senti que j’étais dans mon corps et j’ai entendu une infirmière crier : « Oh ! Ça marche ! ».

En pénétrant dans mon corps, j’ai entendu un sifflement et j’ai eu la sensation de me trouver dans un espace ouvert et obscur, semblable à un entonnoir, je suis entré dans mon corps par la tête. Ensuite, j’ai éprouvé de nombreuses douleurs intenses. Je pense être resté inconscient entre 15 et 20 minutes. Pendant plusieurs jours, je n’étais pas dans un état normal. Après m’être rétabli, le médecin m’a déclaré : « Vous avez traversé un état critique. ». J’ai répondu que je le savais, je lui ai raconté la totalité de mon expérience, du début à la fin. Il était stupéfait, sans voix.

Depuis cette expérience, mon esprit et mon âme son plus importants pour moi que mon corps. Certaines personnes disent que j’ai un effet guérisseur sur elles. Je comprends mieux leurs émotions, ce qui se passe en elles. Cette expérience a changé ma vie et ma façon de penser. Je n’ai plus peur de la mort car j’en ai un jour fait l’expérience.

Gonbade Kavoos, Iran - Hiver 1996