NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI d'Annick

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

J’étais en travail pour l’accouchement de ma fille cadette. On m’avait anesthésiée localement, en effet,  je subissais une opération, pas un accouchement normal. On m’avait administré une dose plus forte que nécessaire car l’anesthésique n’avait pas immédiatement fait effet. Ma pression artérielle a chuté et j’ai commencé à me sentir très mal. Une demi-heure plus tard, ma fille est née. Mais les chirurgiens ont continué, je devais être stérilisée car je ne pouvais pas avoir de troisième enfant. Il s’agissait déjà de mon second enfant avec une opération, les médecins ne voulaient pas prendre le risque pour un troisième. J’étais toujours consciente. Tandis qu’on réalisait la stérilisation, on a découvert que j’avais une tumeur cancéreuse et il a fallu l’enlever. L’anesthésie ne fonctionnait pas comme elle aurait dû, mon corps a réagi à la douleur. Mon cœur s’est arrêté deux fois. On m’a récupérée en injectant de l’adrénaline directement dans le cœur. Je suis alors revenue sans avoir rien senti de bizarre. Deux heures plus tard, (ils avaient beaucoup de difficultés avec le cancer), j’ai eu des vertiges. Mon cœur s’est arrêté pour la troisième fois. J’ai commencé à ressentir de petits « tremblements » à l’intérieur, avant que je ne réalise je me suis vue étendue sur la table d’opération. Après quelques secondes, j’ai vu les médecins paniquer. L’un d’eux a crié que j’avais perdu trop de sang. Soudain, je n’ai plus rien vu d’autre que de la lumière. Ce n’était pas une lumière intense, plutôt douce et réconfortante. J’ignore comment l’expliquer, comme je l’ai dit, c’est trop grand pour les mots : de la paix est venue sur moi. Du repos, de la paix sous sa forme la plus grande. C’est plus grand que lorsqu’on est amoureux, plus grand que lorsqu’on tient son enfant dans les bras pour la première fois, plus magnifique que quiconque puisse l’imaginer. Seulement de la paix, du repos et du bonheur. Rien d’autre. Puis j’ai vu une femme, magnifique avec une longue robe bleue, ravissante. A cet instant, je me suis rendu compte que j’étais morte, ou tout du moins hors de mon corps. La seule chose qui me soit venue à l’esprit : « Bien, j’ai vu ma fille. Elle est superbe, elle est belle, elle est en bonne santé. Je suis partie maintenant. Tout ira bien pour elle. ». Cela paraît égocentrique, mais alors, je ne culpabilisais pas à cet égard. C’est curieux, j’étais heureuse de l’avoir vue, c’était tout ce qui comptait à ce moment là.

Je ne cessais de regarder la lumière, la femme. J’étais extrêmement heureuse. Elle n’avait pas vraiment de visage. Elle était blonde et portait une robe bleue. Elle souriait. La douce lumière blanche s’est changée en un paysage. De l’herbe du vert le plus vert, avec des roses rouges, aussi loin que portait le regard. Je savais que la femme était près de moi. Je ne la voyais pas vraiment, mais je savais qu’elle était là. C’était tellement magnifique. J’ai pleuré de bonheur.

D’une seconde à l’autre, j’ai eu la sensation que quelqu’un ou quelque chose m’entraînait. Le paysage s’est évanoui, j’étais de retour sur la table d’opération. Cela paraît bizarre, mais j’ai eu l’impression de naître. L’air a pénétré dans mes poumons, avec beaucoup de douleur, j’ai hurlé comme une folle. Après quelques secondes, j’ai réalisé que j’étais de retour, ma seule réaction a été d’implorer qu’on me laisse repartir, retourner d’où je venais. J’ai injurié les médecins en criant, j’étais absolument furieuse (croyez-moi, habituellement je suis quelqu’un de très calme). Je les ai frappés, j’ai vociféré contre eux, rien ne comptait, je voulais repartir. Bien sûr, cela n’a eu aucun effet. Plus tard, on m’a dit que j’avais été déclarée morte quelques minutes auparavant. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui. Il est difficile d’expliquer à d’autres personnes à quel point c’était magnifique. Avant cet événement, j’ignorais ce que signifient « paix », « repos » et « chance ». C’était et c’est toujours trop beau pour les mots. Par ailleurs, de nombreuses personnes pensent qu’on est fou si on leur raconte une histoire de ce genre.

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Non

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? J’étais très consciente, je me suis rendu compte que j’étais partie.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non. Je suis sûre à 100 % que ce n’était pas un rêve. Je me suis vue gisant là. Je savais ce qui se passait.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. J’ai senti des tremblements, comme si j’avais deux corps au lieu d’un.

Quelles émotions avez-vous éprouvées pendant l’expérience ? Seulement du bonheur, de la paix et du repos.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Oui. J’ai entendu des « cliquetis », comme de petites clochettes. Après cela j’ai entendu le bruit d’une douce brise.

DESCRIPTION DES LIEUX : avez-vous reconnu des lieux familiers ou des lieux relevant d’enseignements religieux connus ou bien avez-vous visité des lieux peuplés de créatures incroyables ou surprenantes ? Indécise. Pas d’environnement religieux, seulement un paysage, de l’herbe, très verte, avec des roses rouges et la femme que j’ai décrite précédemment.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. Je suis sortie de mon corps, la pièce s’est transformée en une douce lumière. Pas intense comme je l’ai entendu mentionner par de nombreuses autres personnes.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Une grande femme blonde, vêtue d’une longue robe bleue. Elle n’avait pas vraiment de visage, mais je savais qu’elle souriait. Nous n’avons pas parlé, mais elle était la paix elle-même.

Avez-vous tenté des expériences pendant que vous étiez hors du corps ou dans un autre état modifié ? Oui. Après cette expérience, j’ai tenté les Sorties Hors du Corps. J’ai essayé de rendre visite à quelques uns de mes amis. Généralement je m’endormais en essayant, mais à chaque tentative, les personnes ont dit avoir rêvé de moi. Une de mes grandes amies m’a téléphoné en disant : « Et toi foutue Annick, arrête de me rendre visite dans mes rêves. ». Parfois je m’en souviens, parfois non.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui. J’ignore si c’est important mais étant enfant j’ai prédit, pour 3 de mes grands-parents sur 4, qu’ils allaient mourir très bientôt. Je l’ai rêvé quatre nuits de suite. J’avais raison.

Avez-vous remarqué la manière dont vos 5 sens fonctionnaient, si oui, en quoi étaient-ils différents ? Indécise. Je voyais et j’entendais mieux.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. J’ai eu l’impression d’être restée là-bas pendant des heures, mais on m’a dit que je ne suis partie que sept ou huit minutes.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Indécise. J’ai su que quelque chose n’allait pas avec mon mari. Une sensation très négative, au moment où je l’ai vu avec ma fille juste née dans les bras. Je ne sais ni comment ni pourquoi, mais il me fallait être prudente.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Non

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Non. J’ai seulement su que j’étais de retour en ouvrant les yeux sur la table d’opération.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Ma connaissance des personnes s’est accrue. Je ressens les auras, quelquefois je les vois. Je pose les yeux sur une personne et je sais comment elle est, si elle est malade. De plus en plus, je sais même ce qui va se produire dans un proche avenir. Des choses simples : des réponses que je connais à l’avance, simplement des petites choses qui arrivent.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Tout d’abord : je n’ai plus peur de mourir. C’était le cas avant. Mais si mourir est ainsi, pas de problème !

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Ma vie quotidienne a beaucoup changé. Je fais plus confiance à la « voix intérieure ». Je respecte davantage mon entourage et avant tout, moi-même. J’ai quitté mon mari. Au moment où je suis revenue ce jour-là, j’ai su que quelque chose n’allait pas chez lui. La femme m’a-t-elle dit quelque chose que j’ai oublié ? Ai-je reçu ce sentiment depuis là-bas ? Je l’ignore, mais je l’ai surveillé et j’ai su que quelque chose n’allait pas du tout. Il était là avec notre fille dans les bras et j’ai su que je devais le quitter. Je me suis donc mise à faire des recherches. En bref, il était très impliqué dans le trafic de drogue, il larguait les enfants dans une école maternelle sans que je le sache, il avait des emprunts dans toutes la ville, également sans que je le sache. J’ai découvert qu’il menait une double vie depuis des années. Il était suffisamment rusé pour me le cacher. Ne me demandez pas comment, mais à l’instant où je l’ai vu dans cette chambre avec mon enfant, j’ai su.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. Ma vie personnelle a changé, ainsi que je viens de le dire. J’ai changé également. J’essaie d’avoir l’esprit libre ; je ne me justifie pas et je n’abandonne pas la responsabilité de ce que je fais, certainement pas non plus de ce que je pense, aussi longtemps que je peux me regarder en face, moi et les autres. Tout le monde a droit au respect, mais si on le perd, on le perd pour toujours. Je dis ce que je veux, je fais ce que je veux, j’ai laissé derrière moi la prison du mariage (dans mon cas bien sûr).

Avant l’expérience j’avais peur tout le temps : de mon mari, de mes parents, de mon patron. Je n’étais pas sûre de moi. Tout cela a changé. Pas d’un instant à l’autre, mais ce jour là j’ai commencé à me rendre compte qu’il me fallait vivre au lieu d’avoir peur, profiter de la vie.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. J’ai parlé à quelqu’un qui fait des Sorties Hors du Corps (SHC) depuis son enfance. Il a tenté de se suicider car il dit qu’on peut faire le mal pendant ces évènements. Quoi qu’il en soit, il m’a crue. Il m’a dit que je devais faire attention aux SHC, toujours penser à des choses positives, etc..

D’autres personnes m’ont prise pour une folle. Ainsi, après l’avoir raconté à 2 ou 3 autres personnes, je n’en ai plus parlé. J’ai essayé quelques sites de « chat », mais beaucoup de faux circulent. Je n’aime pas jouer avec ces expériences.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Au début j’étais très perturbée. Je ne comprenais pas. Je n’avais jamais entendu parler de ces choses dans mon environnement. Mes parents étaient catholiques. Sortir du corps après la mort n’était pas dans l’ordre des choses. Je me suis formée en lisant et en cherchant. Je me suis rendu compte que je n’étais pas folle. Pendant des années, j’ai espéré repartir. C’était si beau, tellement calme : si je n’avais pas eu à m’occuper de mes deux filles, j’aurais tenté de me suicider, rien que pour obtenir cette paix à nouveau. Maintenant, j’ai réalisé que je PEUX repartir, avec les SHC, ce n’est pas la même chose, mais j’ai mon propre monde là-bas, j’essaie d’aller de plus en plus loin.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La meilleure partie : le moment où j’ai vu le champ de roses. C’est si simple, mais tellement superbe. La pire, c’est bien sûr le moment où je suis revenue.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Oui. J’ai longtemps tenté les SHC, j’ai appris en lisant sur le sujet. Ces derniers mois j’ai commencé à réussir. J’ai mon propre monde là-bas (ou est-ce bien seulement le mien ?), le même paysage, avec des licornes et des sirènes, des planètes et des étoiles. Et ce ne sont pas des rêves. Je quitte mon corps.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui. Pour autant que cela puisse être décrit.