Page d�Accueil � NDERF

EMI de Andrew P.

Témoignages d’EMI
Partagez votre EMI

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

(c’est au cours de l’été 1955, quelques jours avant de quitter lycée de Redford Union à Redford Township dans le Michigan, que j’ai vécu un événement inhabituel, effrayant et stupéfiant. Il est resté dans ma mémoire. Le souvenir de cet événement est non seulement très net, mais encore aujourd’hui il reste intact, exactement tel qu’il s’est produit. Chaque pensée, chaque mot, chaque image, chaque action et chaque sentiment est inchangé, il demeure inaltéré dans ma mémoire. J’ai passé des années à tenter d’oublier, mais je m’en suis toujours rappelé, comme s’il s’était  produit le jour même. Je n’ai jamais vécu un autre incident avec la netteté, l’exactitude ou l’impact émotionnel de ma noyade et de ma mort…) 

Mes camarades de classe et moi sommes tellement contents, la fin est en effet en vue. Dans quelques jours, nous allons quitter le lycée et commencer à vivre. J’ai décroché une bourse dans une université de technologie dans le nord du Michigan. Je suis rempli de joie et d’enthousiasme. Juin est exceptionnellement chaud cette année et notre classe décide de faire un pique-nique au bord d’un lac de la région. C’est la réunion fin d’année avant de passer en université, la plupart d’entre nous sont impatient d’y aller.

Ma mère ne veut pas que j’y aille, elle dit que l’eau est encore trop froide et elle m’interdit en particulier d’aller nager. Comme je fais partie des responsables de classe, je sais que je dois y aller, que je dois nager avec mes amis. Je cache donc mon maillot de bain dans mon sac de nourriture et je pars passer un bon moment.

Nous arrivons au lac et c’est vraiment une superbe journée pour pique-niquer à la plage. Le soleil brille, le ciel est d’une belle nuance de bleu, de jolis nuages cotonneux ponctuent le ciel, une légère brise souffle. Chacun met son maillot de bain et nous commençons à nous amuser avec des jeux de plage avant de déjeuner. Nous mangeons, puis certains de mes amis nagent jusqu’à un ponton flottant à environ cent mètres de la plage. Une fois arrivés, ils se mettent à me faire signe et à me crier de les rejoindre. Je descends dans l’eau jusqu’aux chevilles, je bondis immédiatement en arrière. Elle est vraiment froide ! Beaucoup trop froide pour moi ! J’aime nager dans l’eau chaude, presque à température du bain. Mais ils continuent à me faire signe et à crier, ils veulent vraiment que je nage jusqu’à eux… tout le monde regarde… il faut que j’y aille. L’eau est beaucoup trop froide pour que j’y entre doucement, je prends donc mon élan sur environ cinq mètres à partir de la plage et avec un cri à glacer le sang, je percute l’eau en un gigantesque plat. Brrr ! Cette eau est vraiment glacée ! Je ferais mieux de me mettre à nager aussi vite que possible afin de me réchauffer. C’est ce que je fais. Je commence à me réchauffer en prenant mon rythme de nage.

Puis, à peu près à mi-chemin du ponton, je commence à ressentir de douloureuses crampes au ventre et à l’aine. J’entends la voix de ma mère : «  Andy, ne va pas dans l’eau juste après avoir mangé, tu pourrais avoir des crampes. ». Toutefois, ces crampes ne sont pas terribles, par ailleurs j’ai déjà fait plus de la moitié du chemin… Je peux y arriver. Toutefois, la douleur s’accroît à chaque mouvement, il devient de plus en plus difficile pour moi de battre des jambes.

Je ne peux plus, la douleur est vraiment intense… Je ne parviens pas à garder le corps droit… les genoux remontent sous le ventre. J’ai peur ! Les bras remuent, mais je ne vais nulle part… Je me mets à monter et descendre. Oh m…, j’avale trop d’eau… j’en ai dans le nez, elle descend dans la trachée, dans les poumons… Je coule… Je suis sous l’eau ! Il faut que je remonte à la surface pour chercher de l’air. Pourquoi me faut-il si longtemps pour mettre la tête hors de l’eau ? Je nage autant qu’il m’est possible. Il faut que je crève la surface pour respirer, il faut que ce soit maintenant !

Finalement je sors la tête de l’eau ! Je tousse, j’étouffe et j’essaie de crier à l’aide, mais aucun son ne sort. Il faut que je respire tout de suite, mais j’aspire plus d’eau que d’air, mes poumons se remplissent d’eau… j’ai l’impression qu’ils vont éclater. Frénétiquement, à travers la surface de l’eau, je cherche le radeau du regard … il est là, mais toujours relativement loin… Je n’y arriverai jamais ! Hé ! Pourquoi est-ce que personne ne bouge ? Non, attends, quelques gars me font des signes… Ils ne se rendent pas compte que je me noie ! Voilà… j’ai fini par le dire, je me noie ! Je vais mourir !

Personne ne vient m’aider ! Je ne parviens pas à garder la tête hors de l’eau ! Je coule à nouveau… plus profondément cette fois ! M…, il faut que je reprenne mon souffle ! Il faut que je sorte la tête de cette foutue flotte ! Pourquoi est-ce que je ne peux pas bouger les bras ? Mon Dieu, j’ai l’impression que ce sont des tubes de plomb, c’est tellement dur de les remuer, je coule comme une pierre. La douleur atroce se situe dans la poitrine et les bras maintenant. Je n’aurais jamais cru qu’on pouvait souffrir autant. Il me faut de l’air ! Il me faut de l’air ! Il faut que je sorte la tête de l’eau !

Oh mon Dieu, je coule de plus en plus. Je ne peux plus bouger les bras, la douleur est insupportable, chaque muscle de mon corps hurle de douleur. Douleur ! Douleur ! Encore  plus de douleur! Je ne peux plus le supporter ! Je coule toujours, il fait de plus en plus noir… c’est l’obscurité maintenant, je ne vois rien ! Oh mon Dieu, je ne vois plus rien ! Suis-je aveugle ?

Les oreilles me font mal, c’est comme si on m’y enfonçait un pique à glace ! Le bourdonnement est assourdissant, j’ai l’impression que mon cerveau va exploser ! Je continue à tomber dans ce trou noir, il fait froid ici. Tout mon corps tremble de froid, d’une douleur glacée… Oh mon Dieu, mais où je vais m… ?

Je continue à couler dans ce trou noir et glacé, cela dure une éternité… Ah… Je sens quelque chose. C’est gluant et froid ! Ce doit être les algues du fond du lac. Je m’y emmêle, je lutte contre elles, mon Dieu quelle horrible sensation, c’est comme si j’étais tombé dans une fosse à serpents gelée ! je continue à m’enfoncer !

J’ai cessé de couler ! Je suis au fond. Je tends mes mains glacées vers le bas pour tenter de me repousser vers le haut, mais elles s’engluent dans la vase du fond du lac. Mes mains sont coincées, je ne peux pas les ressortir. Oh mon Dieu, aide-moi ! Je suis terrorisé ! je suis totalement paniqué ! Froid glacé, obscurité, panique intolérable ! Je suis fatigué, tellement, tellement fatigué ! Chaque muscle, chaque cellule de mon corps est empli d’une douleur atroce ! C’est insupportable, vraiment insupportable ! Mais il faut que je continue à lutter… il faut que je reste en vie… j’ai tellement peur de mourir ! Mon Dieu, aide-moi, s’il te plaît aide-moi maintenant ! Je ne veux pas mourir !

Je dois sortir de l’eau… il faut que je respire. Oh mon Dieu je dois respirer ! S’il te plaît mon Dieu, juste une bouffée d’air, c’est tout ce que je demande. Je ne supporte plus la douleur, la peur, le froid, le bourdonnement et l’obscurité… mais il ne faut pas que je meure ! « Essaie Andy, m…, essaie ! Tu ne dois pas abandonner ! Il ne faut pas que tu abandonnes maintenant ! ». Mais je suis si fatigué… je souffre tant… il fait tellement noir, tant de douleur froide comme la glace. Il faut que je me repose ! Juste une minute ! Je dois cesser de lutter une minute seulement.

Puis, comme par magie, je m’entends dire : « OK Andy, tu peux te reposer si tu promets de recommencer à lutter. Tu peux mourir maintenant. Le promets-tu ? ». Et je me suis répondu à moi-même : « Oui, je le promets. ». Je ne suis qu’un fragment de panique et d’effroi obscur, glacé et torturé. Je cesse de lutter. Je me laisse aller…

A la seconde, à l’instant même, le moment exact où je lâche prise… je suis catapulté dans un tunnel noir. En moi-même je hurle : « Mais m…, qu’est-ce qui se passe ? ». Le froid glacé a disparu. J’AI CHAUD ! La douleur s’est évanouie. JE ME SENS MERVEILLEUSEMENT BIEN ! Le bourdonnement dans les oreilles est parti ! J’ENTENDS LE SILENCE ! L’obscurité s’est retirée. JE VOIS UNE LUMIERE !

Je regarde en arrière et je vois mon corps dans les algues, « Est-ce vraiment mon corps ? », « Comment puis-je voir dans le noir ? ». Je lève les yeux et je vois une Lumière ! Elle est intense, tellement intense. On dirait un millier de soleils explosant tous en même temps ! Je fixe la Lumière, pourtant elle ne me blesse pas les yeux ! Plus de douleur, je ne ressens plus de douleur ! Je ne suis plus terrorisé, plus paniqué, plus apeuré. Je ressens la chaleur et je me sens aimé. C’est de la folie ou quoi ?

Je suis précipité vers la Lumière et, pour une raison que j’ignore, je n’ai pas peur, j’aime la Lumière. Oh, quelle Lumière merveilleuse, belle, enchanteresse, chaude et aimante. Je m’approche de plus en plus, comme si j’étais attiré dans la Lumière par un doux aimant géant. De plus en plus près…

« Que se passe-t-il maintenant ? », « Où suis-je ? ». Je me trouve dans une sphère immense ! L’intérieur de cette sphère est pareil à un écran de cinéma énorme, infini. Tout se produit simultanément, partout autour de moi… à gauche, à droite, au dessus, au dessous… partout où se porte mon regard, je vois ma vie. Non seulement je la vois, mais j’entends, je ressens et je vis chaque événement de toutes mes vies… passées, présentes et à venir. Il n’y a pas de commencement ! Il n’y a pas de fin ! Je peux observer tous les moments de mes vies, simultanément, tout autour de moi. Etrange, il n’y a ni peur ni jugement ; ce sont seulement mes expériences de vie telles qu’elles se déroulent. Quelles émotions incroyables, je revis chaque pensée, parole et action dès que je me focalise sur l’une d’entre elles. Quelle expérience merveilleuse, fantastique, incroyable d’être dans le Présent Eternel !

Maintenant je suis de retour dans le tunnel, fonçant vers la Lumière ! Je peux effectivement ressentir l’intensité, la chaleur, l’amour… Oh mon Dieu, quelle sensation vraiment merveilleuse ! Je me rapproche de plus en plus de la Lumière. Elle est tellement brillante tellement chaude, tellement aimante. Je suis de plus en plus près…

Je suis dans la Lumière ! Oh mon Dieu, je suis vraiment dans la Lumière. Je suis dans la Lumière ! Je vois la Lumière et maintenant elle semble avoir forme humaine. Je ne l’ai jamais vue avant, mais, je ne sais comment, je la reconnais. La Lumière me parle, Elle dit : « Andy, n’aie pas peur. », puis Elle poursuit : « Andy, je t’aime. Andy, nous t’aimons. ». Oh mon Dieu, Elle me connaît ! La Lumière sait mon nom ! Je ne peux pas le croire ! La lumière me connaît vraiment ! La Lumière m’a appelé « Andy » !

Je suis dans la Lumière, Elle est en moi. Je me vois dans la Lumière infinie. Pourtant je suis toujours Andy. Je suis partout et je suis ici. Je me vois en tant que personne et je me vois dans la Lumière infinie, chaude et aimante. Je deviens la Lumière. Cette Lumière est une forme que je n’ai jamais vue, mais elle n’est pas nouvelle pour moi, je la connais, j’ignore comment. La Lumière possède une voix que je n’ai jamais entendue, mais elle ne m’est pas étrangère. La Lumière possède un sourire d’une beauté indescriptible, je le reconnais. La Lumière a un rire communicatif, nous rions ensemble. La Lumière connaît toutes les réponses de l’univers… je ne me pose aucune question, car je connais tout ce que sait la Lumière.

La Lumière connaît tout ce que j’ai jamais fait ou ce que je ferai, la Lumière m’aime parce que… je suis Andy. La Lumière m’aime à cause de ce que je suis ! Pas de peur ! Pas de jugement ! Pas de châtiment ! Seulement de la chaleur ! Seulement de l’amour ! Seulement de la joie ! Seulement du bonheur ! Seulement cette Lumière aimante, éternellement aimante ! Je suis chez moi ! J’éprouve l’incroyable chaleur, amour, joie et plénitude de la Lumière ! C’est tellement, tellement merveilleux d’être dans la Lumière. Je suis vraiment chez moi ! Je suis chez moi pour toujours !

C’est alors que la Lumière dit : « Andy, tu dois repartir ! ». Je lui réponds : « Non, je ne repars pas, je ne m’en vais pas… Jamais je ne repartirai ! ». La Lumière répète : « Andy, tu dois repartir. ». Je renouvelle ma première réponse : « Non, je ne repars pas…Jamais ! ».

La Lumière réitère alors pour la troisième fois : « Andy, tu dois repartir ! ». L’instant d’après,  précisément le moment suivant, sans aucune pause ni retard, même pas le plus petit délai, je suis de retour ! J’ouvre les yeux, les larmes coulent sur mes joues. La Lumière a disparu ! Oh mon Dieu, la Lumière a disparu ! Je suis de retour sur la plage. Je suis tellement triste. Je ne puis décrire cette mélancolie. La Lumière a disparu. Je suis de retour sur la plage. Quelle tristesse… Je suis vraiment très, très triste.

Je suis couché à plat ventre, sur le sable, un de mes amis expulse l’eau de mes poumons. Je fais sortir l’eau en toussant, mais la douleur réapparaît. Cette fois la douleur est différente. Cette fois la souffrance ne disparaît pas. C’est la douleur de ne plus être dans la Lumière.

Comment pourrais-je expliquer la Lumière à ma famille et à mes amis ? Ils vont penser que je suis fou. Je vais être enfermé dans une salle capitonnée ! Non ! Jamais de la vie je ne pourrai parler de la Lumière à quiconque ! Je dois vraiment être fou !

Tout le monde s’est rassemblé en un grand cercle autour de moi. Ils sont tous contents que je sois encore en vie. L’un de mes amis me dit : « Andy, tu ne sembles pas très content d’avoir été tiré du fond du lac, tu es toujours dans le cirage, ou quoi ? Comment c’était ? Tu as eu peur ? ». Je réponds par un mensonge. Je dis que je ne me souviens de rien. J’ajoute que tout cet épisode est un trou noir total. Il faut que je mente à mes amis, je dois mentir à ma famille et il faut que je me mente à moi-même. Je ne peux parler de la Lumière à personne. Jamais on ne comprendrait. Moi-même je ne comprends pas.

Après quelques minutes, je dis à mes amis que je dois retourner nager. Je leur dis que je ne veux pas avoir peur de l’eau le reste de ma vie. Je replonge donc dans l’eau froide et je m’éloigne un peu en nageant, puis je reviens. Tout le monde pense que je suis très courageux. La vérité c’est que je suis tellement triste. Peut-être n’était-ce qu’un rêve ou quelque chose de ce genre. Peut-être suis-je fou.

Bon, Je vais probablement tout oublier dans quelques jours.

Bon, Je vais probablement tout oublier dans quelques mois.

Bon, Je vais probablement tout oublier dans quelques années.

Bon, Je vais probablement tout oublier dans quelques décennies.

Cela fait quarante ans que je suis mort, j’ai oublié des milliers d’expériences. Des milliers d’autres se sont fanées et affaiblies au fil du temps. Beaucoup d’expériences traumatiques ont été embellies ou inhibées. Je n’ai vécu qu’une seule expérience de vie et de mort qui soit restée nette et inaltérée avec le temps, c’est celle-ci. Le moment où je suis entré dans la Lumière pour ne faire qu’un avec Elle est un instant qui n’a pas d’égal dans ma vie ! C’est une expérience véritable d’amour inexprimable. Il s’agit d’un amour qui ne peut être décrit par les mots de façon adéquate. Un amour qui ne peut qu’être vécu, la Lumière éternellement - aimante, je suis la Lumière et la Lumière est Dieu.

Ce type d’expérience est-il difficile à décrire avec des mots ? Non

Au moment de cette expérience, y avait-il une situation menaçant votre vie ? Non. Je me suis noyé en nageant pour atteindre une plate-forme flottante au cours du pique-nique de fin de dernière année de lycée.

A quel moment pendant l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ? Au moment où la Lumière m’a souri en me disant : « Andy, n’aie pas peur, Andy je t’aime, Andy nous t’aimons. ».

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience et votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours ? Plus conscient et lucide que d’habitude.

Si votre niveau d’état de conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience était différent de votre état de conscience et de lucidité de tous les jours, veuillez préciser : il n’est pas possible de comparer ma conscience lorsque j’étais dans la Lumière et celle que je possède ici sur la planète Terre. C’est comme demander à quelqu’un de comparer la différence entre la lumière d’un millier de soleils explosant simultanément et la lumière d’une allumette. Oui, les deux sont de la lumière, mis à part cela il n’y a pas de lien. Je peux seulement dire que j’étais dans un état d’amour de savoir total. L’amour d’un milliard de retours au foyer concentrés en un instant, la connaissance de chaque facette de l’univers entier, ne faire qu’un avec Dieu. Je possédais tous mes sens terrestres, mais multipliés par un million.

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours (pour tous les aspects tels que clarté, champ de vision, couleurs, luminosité, degré profond de perception de la massivité/transparence des objets, etc.) ? Oui. En effet, depuis la naissance, je ne vois que de l’œil gauche, sur terre je n’ai jamais réellement vu de façon stéréoscopique. Mais dans la Lumière, ma vision était parfaite pour les deux yeux, par ailleurs je ne ressentais ni douleur ni gêne à regarder cette Lumière plus puissante que des milliers de soleils. Cela m’a vraiment stupéfié !

Votre ouïe différait-elle de manière quelconque de votre audition normale (pour tous les aspects tels que clarté, capacité à identifier la source sonore, hauteur, force, etc.) ? Oui. Mon expérience auditive est passée du bourdonnement pénible durant la plongée, juste avant que je ne quitte mon corps, au son merveilleux du silence, un silence plein de grâce, d’amour pur. Lorsque je me trouvais dans la Sphère de l’Eternel Présent, j’ai entendu chaque événement de mes vies plus clairement que lorsqu’ils se sont effectivement produits sur Terre et ailleurs.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ? La chaleur (la chaleur car j’étais glacé à mort, englué dans la vase au fond du lac) et l’amour inconditionnel à un degré dont je n’aurais même pas pu rêver ici sur Terre. La sensation d’être de retour chez moi après une longue absence, être de retour à ma place… quel sentiment vraiment splendide.

Etes-vous passé(e) dans ou à travers un tunnel ou un espace fermé ? Oui. Dès que j’ai « lâché prise », j’ai quitté mon corps et commencé à m’élever dans un tunnel obscur, je pouvais voir mon corps englué en bas dans la vase, puis j’ai vu la lumière brillante au bout du tunnel. Je me déplaçais rapidement dans le tunnel, je sentais en effet le vent sur le visage et le corps.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. J’ai immédiatement vu la Lumière, elle était tellement brillante que je me suis tout de suite demandé pourquoi elle ne me brûlait pas la rétine. J’étais en permanence dans la Lumière, même quand je suis allé dans la Sphère de l’Eternel Présent, plus je me rapprochais de la Lumière, plus elle était forte, jusqu’à ce que je voie la forme et le visage de cette Lumière qui m’aimait inconditionnellement.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. J’ai vu la Lumière et communiqué avec elle à travers tous mes sens. Nous avons parlé, ri, nous nous aimions l’un l’autre comme des amis séparés depuis très, très longtemps. La Lumière était également environnée d’innombrables milliards d’autres lumières qui me connaissaient et que je connaissais. Pas des gens de ma vie actuelle (au moment de la noyade) mais des personnes (âmes) d’innombrables vies et de l’existence dans l’absolu.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Oui. Je me trouvais dans une sphère environné (à 360 degrés) de toutes mes vies. Toutes se déroulaient simultanément comme se fondant les unes dans les autres. Pas en séquence chronologique mais se produisant tout autour de moi (à droite, à gauche, au dessus et au dessous… tout simplement partout dans cette sphère. Oui, j’ai appris que j’ai vécu de nombreuses vies en de nombreux endroits, qu’il n’y a pas de « mort » - il n’y a pas de « jugement » - il n’y a pas de « châtiment » - il n’y a pas de « peur ». Il n’y a que des évènements et des expériences « qui fonctionnent pour moi » ou « qui ne fonctionnent pas pour moi »… des choses que je veux renouveler car elles procurent de la joie à moi et aux autres, des choses que je ne veux pas reproduire car elles ne donnent pas de joie.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose  concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Non

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui. Se trouver dans la Lumière en compagnie de milliards d’autres Lumières tout autour, c’est l’endroit le plus admirable et remarquable de tout l’univers.

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Tandis que je me trouvais dans la Lumière, je n’avais pas la notion du « temps » tel que nous le connaissons ici sur terre. En d’autres termes, pas de notion de la nature séquentielle du temps, passé, présent, avenir. Le temps tout entier (passé, présent, avenir) était vécu à tout moment du « temps » au cours duquel je me trouvais dans la Lumière.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. Je possédais un savoir total sur l’univers tout entier, par conséquent je connaissais la Lumière (Dieu en termes terrestres), car je n’ai plus fait qu’Un avec Elle – pourtant, dans le même temps je conservais mon « Andy-tude » et mon individualité. Je n’ai posé aucune question car je connaissais toutes les réponses. Je n’ignorais rien lorsque j’étais immergé dans la Lumière.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui. J’étais contenu dans la Lumière, absorbé dans la Lumière… il y avait des milliards d’autres Lumières environnant la Lumière Maîtresse, je ne suis pas allé plus loin que la Lumière qui m’a absorbé initialement. On m’a dit de retourner sur Terre avant de rejoindre les milliards d’autres Lumières, celles-ci faisant également partie de la Lumière Maîtresse.

Avez-vous eu connaissance d’évènements à venir ? Oui. J’ai vu l’univers entier et tous les évènements, mais je n’ai conservé aucun souvenir d’évènements à venir concernant ma vie ici sur terre. J’ai su que je provenais d’une autre planète qui se situe à un niveau de conscience plus élevé que celui que nous avons ici sur terre.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Je détecte les personnes que j’ai connues dans une autre vie au moment où je les rencontre ou les vois. Cela m’arrive de plus en plus fréquemment à mesure que je vieillis.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Mais je n’en ai jamais parlé à quiconque pendant plus de 20 ans. Je craignais d’être fou. Je n’en ai pas parlé jusqu’à ce que je lise mon premier livre au sujet des EMI, celui de Moody, au milieu des années 70.

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ? Non

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu (quelques jours ou semaines) : l’expérience n’était certainement pas réelle. Je ne connaissais rien de comparable, comme j’étais profondément catholique et que je n’avais reconnu en la Lumière aucune entité du dogme catholique (ni Jésus, ni Marie, ni Joseph, ni Moïse, personne de ce genre là), j’ai pensé que j’étais fou. Il n’existait personne à qui j’aurais pu en parler !

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur spéciale pour vous ? Le fait que j’aie été absorbé dans la Lumière pour ne faire qu’Un avec Elle, tout en conservant ma conscience « d’Andy » ! Quelle expérience forte. Réaliser qu’on ne fait qu’Un avec la Lumière / Dieu, en fait une partie individuelle de Dieu… par conséquent je suis Dieu, tout comme nous Le sommes Tous ici sur la planète terre.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience : l’expérience était tout à fait réelle. Je sais que cela m’est arrivé et que c’est réel. Après 50 années, les évènements de ma noyade, de ma mort, du retour, sont aussi nets aujourd’hui, qu’ils l’étaient tandis que je gisais sur la plage, alors qu’on faisait sortir l’eau de mes poumons. Je peux toujours ressentir la chaleur, l’amour inconditionnel et l’absorption totale de et par la Lumière. Je sais que c’est vrai dans chaque fibre…au niveau cellulaire de mon corps terrestre !

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Oui. Toute ma vie a changé… Je ne redoute pas la mort, j’attend de retourner bientôt vers la Lumière !

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Oui. Toutes, je ne suis plus « religieux », je suis un « être spirituel » qui croit que nous ne faisons tous qu’un avec la Lumière, avec Dieu.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Oui. La méditation ramène souvent nombre de sentiments, d’émotions que j’ai éprouvés dans la Lumière.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? J’ignore pourquoi je suis revenu, par contre je sais bien que je suis reconnaissant de me souvenir d’avoir été dans la Lumière.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui. Les principales parties de ma noyade, de ma mort et du retour ont été tout à fait bien couvertes.

Y a-t-il d’autres questions que nous pourrions poser afin de vous aider à exprimer votre expérience ? Je vis à Williamsburg et je souhaiterais disposer d’un groupe EMI local. Il en existe un à Virginia Beach, mais c’est trop loin pour y aller régulièrement.