Page d’accueil – NDERF

EMI d’Analisa D

Témoignages d’EMI
Partagez votre EMI

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE : 

Je dois probablement raconter un peu ma vie avant l’EMI, afin que vous puissiez comprendre tout l’impact de ce qui m’est arrivé.

J’ai 26 ans. J’ai eu mon EMI en avril 1988 alors que j’avais 22 ans. Elle a été provoquée par un syndrome post traumatique. Lorsque j’étais petite, j’ai été gravement agressée par mon père et mon grand-père, j’ai également été victime de la pornographie enfantine et de la prostitution de mineurs. J’ai été droguée, alcoolique et j’ai subi des désordres nutritionnels pendant de nombreuses années. A l’époque de ma « mort », j’essayais de mettre de l’ordre dans ma vie, à 19 ans j’avais arrêté la drogue et les problèmes d’alimentation, mais sans beaucoup de succès sur mon état, j’ai simplement troqué mes addictions contre une tabagie compulsive. Mon passé était toujours trop douloureux à affronter ; sans faire face au passé je ne pouvais pas vivre le présent sainement et avec réussite. Je pense que ce sont ces forces qui m’ont déchirée émotionnellement et physiquement.

L’un des problèmes qui accompagnaient mon syndrome post traumatique, c’était l’incapacité de m’endormir. J’étais insomniaque. J’avais très peur de dormir, car la nuit et le sommeil avaient longtemps été synonymes d’agression. J’ai commencé à dormir de moins en moins. Passant de 5 heures à 4, puis 3 , puis 2 , puis 1 heure, si j’avais de la chance, jusqu’à ce que finalement je ne dorme plus du tout. Je me suis simplement laissée dépérir. J’avais perdu le goût de vivre, je ne m’alimentais plus et je buvais insuffisamment. Après 7 nuits sans aucun sommeil, j’ai fini à l’hôpital, gravement malade. Les médecins ont déclaré à ma mère qu’ils ignoraient si j’allais résister ou non (elle ne me l’a dit que plusieurs années plus tard). Tout ce dont je me souviens, c’est que j’étais dans la chambre d’hôpital et que tout à coup, j’ai été environnée par cette lumière brillante d’un blanc - jaunâtre, presque dorée. Elle brillait encore plus dans le lointain, je voyais cette lumière comme superposée au paysage de l’autre côté de la fenêtre. Soudain, j’ai été attirée vers cette lumière sans que je sache comment, c’était le sentiment de paix et d’amour le plus indescriptible que j’aie jamais éprouvé. C’était de l’extase à l’état pur. Mon cœur était vivant, j’avais l’impression que des rivières aux infinis courants d’eaux fraîches le traversaient, c’était une sensation très revivifiante ! Je voulais que ce sentiment ne s’arrête jamais, j’étais tellement heureuse (pour la première fois de ma vie) !! J’étais tout simplement fascinée, restant dans cet état durant ce qui a semblé tout à la fois un long et un court moment. C’était comme si toute la connaissance était déversée en moi, que rien n’était retenu. J’étais tellement aimée et il était répondu à toutes mes questions.

Ensuite j’ai entendu une infirmière qui criait contre moi. Elle semblait tellement en colère, je la voyais comme si j’avais regardé vers le bas depuis un point proche d’un angle du plafond. Elle m’a empoignée et a tenté de m’administrer un traitement. Je ne lui répondais pas, j’étais mécontente qu’elle essaie de me ramener. Finalement je me suis retrouvée dans mon corps sans savoir comment, je ne me rappelle pas de toute la séquence des évènements qui ont suivi, mais c’est alors que les choses sont devenues très bizarres, j’ai plané près de la mort pendant le reste de la journée (la première expérience s’est produite en début d’après-midi). J’étais très triste d’être de retour. Simultanément, j’avais le pouvoir de « détecter » certaines choses. J’étais capable en regardant ma grand-mère de voir la douleur que son passé avait provoqué. Je pouvais sentir la culpabilité d’un avortement dans sa vie passée, sa manière d’ensevelir cette souffrance. Je pouvais « sentir » les pensées négatives environnant les personnes. Je pouvais littéralement déceler ce qu’elles pensaient. Je pouvais « sentir » mon père à travers le mur de la chambre et le « voir », ainsi que la grande négativité qui l’entourait, la sienne était la plus importante, bien qu’une autre femme ait également été présente et je me rappelle qu’elle était très très négative. Cela m’a réellement fascinée, c’était cependant un peu effrayant. Je voulais aimer tout le monde ! Le plus triste c’est que tous ne souhaitaient pas accepter cet amour. Les seules personnes pour lesquelles je ne décelais aucune émanation négative, c’étaient ma mère, qui avait depuis longtemps surmonté nombre de ses problèmes psychologiques, et un infirmier nommé Michael. De leur part je ne sentais que de l’amour et de la préoccupation pour mon bien-être. Je me souviens même d’avoir tenté de convaincre une personne que Dieu ne souhaite vraiment pas qu’elle fume, parce que cela Le blesse lorsque nous nous faisons du mal, car nous sommes tous tellement beaux et sacrés. Ma mère m’a décrit après mon EMI comme une enfant fleur des hippies (elle le dit encore à mon égard et aussi que je suis très sensible) !

Je suis restée dans cet état pendant quelques temps, mais ensuite, mon passé négatif a repris le dessus. Comme je n’avais pas vraiment fait face à mes antécédents douloureux, ils m’ont violemment atteint. Les vieilles culpabilités, douleurs et colères ensevelies sont revenues rôder, seulement cette fois-ci, j’ai senti qu’elles allaient me consumer. C’est bien ce qu’elles ont fait. J’ai commencé à penser à quel point j’étais indigne de ce que je venais de vivre, à ruminer toutes ces horribles pensées négatives sur moi-même, je suis retombée dans mon ancien état, une dépression qui tord les entrailles. C’est alors que j’ai eu ma seconde EMI. Celle-là fut la plus horrible chose que quiconque puisse imaginer.

J’étais allongée sur le lit quand j’ai soudain ressenti cette obscurité. Il n’y avait aucune lumière, il n’y avait rien. Ce n’était même pas comme si j’avais pu voir l’obscurité, elle existait tout simplement et je savais qu’elle était là. Tout à coup il y a eu ces êtres tout autour de moi. Je ne me souviens pas de leur nombre, mais j’ai senti qu’ils avaient été autour de moi depuis quelques temps et qu’ils attendaient ce moment. Ils ont commencé à m’entraîner et m’ont emmené dans cet endroit de désespoir absolu. Il n’y avait rien et cependant j’existais dans cet horrible vide. La nature de ce vide était l’ABSENCE DE DIEU. Je veux insister fortement sur ce point. C’était une torture absolue… rien, absolument rien ne peut décrire cette douleur. C’était mon pire cauchemar devenu réalité. Les êtres qui se trouvaient là m’ont dit que toute ma famille était condamnée à se retrouver dans le vide, que ce serait ma faute. Ne serait-ce qu’en parler est très, très dur. C’était de la terreur pure.

Je ne me souviens pas comment je suis revenue, mais après ce qui a semblé une éternité, je me suis retrouvée dans mon corps à l’hôpital. J’ai essayé de parler aux gens de ce que j’avais vécu, mais ils ont pensé que j’étais folle. J’ai raconté mon expérience à mon fiancé d’alors. Je ne pouvais pas m’arrêter d’en parler. Il m’a quitté 2 semaines plus tard. J’ai récupéré physiquement mais pas émotionnellement. J’ai subi les effets négatifs de la seconde expérience pendant 3 ans (au cours de l’année passée, les effets positifs de la première se sont dévoilés) ! J’ai abandonné toute foi en quoi que ce soit, mais dans le même temps où je professais extérieurement une absence de croyance, à l’intérieur, j’avais très peur d’être condamnée à ce vide affreux, et que de très nombreuses personnes y aillent également.

Je ne crois plus cela. Je pense que la principale différence entre les 2 EMI consiste en mon état d’esprit du moment. Pendant la première, je savais dans mon cœur que j’étais aimée, j’étais prête pour une mort paisible et c’est ce qui s’est produit. Pendant la seconde, j’ai laissé mes peurs les plus profondes s’accomplir devant moi. Je croyais être hors de toute aide et de toute espérance. Je pense vraiment que si j’avais demandé de l’aide pendant la seconde expérience, elle serait venue. Au lieu de cela, j’ai pensé que même Dieu ne pouvait m’aider et je suis restée dans cet endroit horrible.

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Non

L’expérience était-elle difficile à exprimer avec des mots ? Oui

Qu’est-ce qui dans l’expérience la rend difficile à transmettre ? C’était tellement intense et magnifique, les mots sont totalement impuissants à la décrire. Parallèlement, la seconde était tellement horrible que je suis incapable d’en amorcer une description.

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui

Précisez : je subissais un syndrome post traumatique sévère (diagnostiqué après les faits). J’étais incapable de dormir à cause des agressions que j’avais subies au long des années (entraînant une intense peur du sommeil). J’avais passé sept nuits sans dormir, je ne mangeais plus depuis assez longtemps et je ne buvais plus. Mon corps était en état de choc.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? J’étais très lucide, plus lucide que lorsque j’étais en vie, c’était comme si tout le savoir m’était accessible au cours de l’expérience (la première)… pour la deuxième, j’étais bien trop lucide.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non, c’était plus réel que tout ce que j’avais vécu… en comparaison, ce monde semble être un rêve.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui

Décrivez votre apparence ou forme hors de votre corps : je ne me suis pas regardée, mais je me sentais si bien et tellement légère, libre et en train de flotter…

Quelles émotions avez-vous éprouvées pendant l’expérience ? La première fois, j’ai ressenti une joie et une beauté indicible. J’étais tellement extraordinairement heureuse, plus qu’extatique. Je me sentais libre. Je me sentais légère. Je ressentais un AMOUR infini.

La seconde fois j’ai éprouvé le vide et l’horreur. Je me sentais abandonnée et détestable… terrorisée.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Non

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Incertaine

Précisez : c’était comme si j’avais été emmenée sur un rayon de lumière vers la source de lumière…elle était plus brillante au loin… Je ne sait pas si j’appellerais nécessairement cela un tunnel ou un espace fermé… c’était plutôt similaire à un chemin de lumière.

Avez-vous vu une lumière ? Oui

Précisez : c’était un genre de lumière jaunâtre…  blanc – jaune doré

Avez-vous rencontrés ou vus d’autres êtres ? Oui

Précisez : lors de la seconde expérience, il y avait des êtres affreux… celui dont je me souviens le mieux visuellement, c’était un genre de chose démoniaque horrible à voir… je le sais parce que c’est quelque chose que j’ai créé à partir de mes propres peurs, et aussi de la peur des autres… noir, cela planait au dessus de moi et m’a attrapée (sans compter les autres êtres horribles dont je ne me souviens pas aussi bien).

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui

Précisez : que ma grand-mère avait subi autrefois un avortement.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui

Précisez : lors de la seconde j’étais en « enfer »… c’était affreux… c’était juste un vide, une vacuité… une absence de Dieu… une absence d’amour… il n’y avait pas de vision… uniquement des pensées à l’état pur, torturées et abominables.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui

Précisez : tout était infini… se produisant simultanément… rien n’était linéaire… il n’y avait ni fin ni commencement.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui

Précisez : oui !! Tout était compréhensible… tout était amour… et cet amour était fait de lumière… l’amour-lumière est le principe de fonctionnement fondamental de toute chose. Il était partout et en chaque chose. La raison de toute souffrance, c’est de ne pas avoir conscience de cet amour-lumière. J’ai compris de quoi parlait Jésus (et je pense que j’en suis arrivée là parce que j’étais catholique à l’époque). L’Esprit Saint dont parlent les Ecritures est pur amour-lumière. Cet esprit était en moi et il est en chacun de nous… et c’est cette puissance qui peut vaincre toute obscurité… tout était tellement simple et magnifique.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Non

Avez-vous eu connaissance d’évènements à venir ? Oui

Précisez : j’ai su que cet esprit de lumière… l’amour de Dieu avait déjà été présent ici sur la terre depuis toujours, que les hommes allaient s’éveiller à sa réalité. On ne m’a pas donné de vision spécifique d’évènements à venir… seulement le savoir que finalement l’amour de Dieu serait vu comme réalité et c’était tout ce qui comptait !!

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui

Précisez : la lumière m’a communiqué télépathiquement qu’elle voulait que je la voie afin que je comprenne et que j’en parle à d’autres personnes sur terre… donc, de cette manière j’ai su que j’allais repartir, comme si tout cela faisait partie d’un plan.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui

Précisez : malgré toutes mes tentatives, je n’ai pas pu échapper aux effets ultérieurs de ces expériences. Pendant les 3 dernières années, j’ai vu un « fantôme » et j’ai fait d’autres rencontres bizarres avec des puissances surnaturelles. Des choses me touchaient alors qu’il n’y avait rien ni personne qui aurait pu le faire. J’ai reçu un appel téléphonique de ma tante décédée tandis que je me trouvais dans un moment de détresse. J’ai fait des rêves prophétiques. Je passe de très mauvais moments avec les orages car j’attire les éclairs comme un aimant. L’année passée, les éclairs ont frappés de nombreuses fois littéralement à quelques centimètres de moi, généralement à une distance d’environ 60 cm, mais le dernier était vraiment à quelques centimètres. Mon médecin à même dit en plaisantant que j’avais peut-être dans la tête une plaque de métal dont j’ignore la présence. Je ressens les émotions des animaux et des plantes. Quelquefois je peux déceler des esprits auprès des gens ; leurs proches essayant de les guider et de faire passer des messages par eux. Mon corps a changé également. Je ne peux plus manger n’importe quel type de nourriture, sinon j’ai des aigreurs d’estomac. Les plats cuisinés m’embarrassent et me font me sentir mal. J’achète des produits bio. J’ai besoin de faire de l’exercice sans quoi je tombe dans la dépression. Je ne peux absorber dans mon corps quoi que ce soit qui lui nuise de quelque manière.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui

Précisez : au moment de ma « mort », j’étais catholique, mais depuis lors j’ai étendu ma vision à une perspective plus universelle, faite d’amour, non dictée par un dogme ou une religion, car je suis fermement convaincue sur ce point, Dieu est pure énergie, pur amour, et rien d’autre, mais Elle/Il se manifeste sous la forme la plus aimante et la plus réconfortante pour vous, quelle qu’elle soit. J’ai toujours de bons et de mauvais jours, certains où je me sens déséquilibrée et isolée, mais étant donné que je me soigne pour mon passé, cela devient de moins en moins fréquent avec chaque journée qui passe. Je ne suis absolument pas parfaite, mais j’essais de vivre ma vie en me fondant sur les élans de mon cœur et en partageant de l’amour avec tous ceux que je rencontre. Je réfléchis à toutes les choses que mes EMI m’ont enseignées, la plus importante est de partager avec d’autres l’amour qui m’a été accordé, leur faire savoir qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils sont tout à fait particuliers et merveilleux. Je suis constamment stupéfiée de voir combien les gens nient cette réalité, cela peut être très frustrant par moments. Si chacun s’éveillait à cette beauté, je vois à quel point cet endroit deviendrait un monde merveilleux. Il n’y aurait plus de guerres ni de haine. Il n’y aurait que l’amour. J’ai perdu des amis à cause de cela. Ils me considèrent comme naïve et puérile et me l’ont dit (nombre d’entre eux sont des militants pacifistes et des droits civiques). Cela me blesse, mais je sais que sans le lien avec la source divine que j’ai sentie lorsque je suis « morte », je suis perdue.

L’expérience a-t-elle affecté vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Je sais que je dois travailler sur une chose : accepter les gens tels qu’ils sont, car j’ai l’étrange pouvoir d’accéder directement au cœur de tout problème émotionnel non résolu, je tente de les faire travailler sur eux-mêmes qu’ils soient prêts ou non. Mais si je sens que je peux aider ne serait-ce qu’une personne à réaliser à quel point elle est vraiment merveilleuse et aimée, alors ma vie aura valu la peine. Je suis intensément reconnaissante à Dieu de m’avoir laissée apercevoir l’au-delà et de savoir que nous sommes tous ici en mission, chacun d’entre nous.

Ma vie quotidienne a également changé. J’essaie de profiter des petites choses de la vie, j’écoute les animaux, les plantes et les minéraux, j’essaie également de faire chaque jour des choses agréables pour les autres et pour moi-même. Je vis plus dans le présent ! Ma pratique religieuse évolue, actuellement je participe aux cérémonies des Indiens d’Amérique, mais je ne me cantonne pas à un seul chemin car maintenant je vois la vérité dans toutes les croyances ! Autrefois, mon catholicisme était trop strict. D’autre part, j’étais auparavant constamment hésitante sur ce que je voulais faire de ma vie, mais j’ai compris que ma voie et ma mission dans cette vie c’est de devenir enseignante, d’aider les petits enfants à comprendre non seulement leurs talents, mais encore à quel point ils sont aimés, estimés et particuliers (j’ai été agressée dans une telle mesure quand j’étais plus jeune, que j’ai vraiment le sentiment que c’est arrivé pour m’orienter sur cette voie).

Avez vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui

Précisez : cela a provoqué une large gamme de réactions…Mes premières expériences m’ont vraiment marquée pendant quelques temps, je viens juste de recommencer à raconter mon expérience à d’autres personnes.

Les premières personnes à qui j’en ai parlé étaient mon ex-fiancé et les infirmières. Mon fiancé m’a quittée au bout de 2 semaines, les infirmières ont dit que je souffrais de psychose… on m’a envoyée dans l’aile psychiatrique, le premier médecin m’a initialement diagnostiquée en tant que schizo-affective, me prescrivant de puissants traitements psychotropes. Il a plus tard infirmé ce diagnostic, j’ai changé de médecin et le diagnostic actuel est : syndrome post traumatique accompagné d’une dépression ayant causé cet incident à l’âge de 22 ans.

J’ai raconté cette expérience à certains de mes amis. L’un a déclaré que j’étais une rêveuse naïve (c’est un athée convaincu). Une autre amie m’écoute poliment lorsque j’en parle mais je ne pense pas qu’elle comprenne tout. Ma mère me croit et cela a renforcé sa foi déjà forte en l’amour et en une vie après la mort. D’autres personnes réagissent comme un professeur dont je suis très proche, il m’a beaucoup soutenue car il a lui-même vécu 2 EMI. Ma nouvelle thérapeute me croit et ne pense pas que je sois folle, elle estime que je suis là dans un but précis… En fait, en relation avec les EMI, je vais à une soirée de lecture de poésies, je pourrais donc peut-être vous communiquer d’autres réactions si vous souhaitez les connaître.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Toutes !!! Joie, bonheur et gratitude extrêmes, ainsi que les profondeurs de la tristesse de la colère. J’ai parcouru toute la gamme des émotions !

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La joie et le savoir infinis étaient la meilleure…

La pire, c’était la seconde expérience toute entière, le sentiment que j’allais rester en « enfer » pour l’éternité et sans aucun espoir, vous ne pourriez croire à quel point c’était affreux !!!

 Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Oui

Précisez : lorsque j’ai commencé à travailler sur mon passé d’agressions et à le résoudre, la sensation que j’avais dans mon cœur lorsque je suis morte la première fois est revenue (bien qu’elle ne soit pas présente en permanence, lorsqu’elle est là cependant, tout est intensifié, je perçois des chose qui ne sont pas ordinairement perceptibles. C’est comme si l’amour de Dieu s’écoulait à travers moi, j’ai le pouvoir de donner tant d’amour aux autres, c’est merveilleux !

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire de www.nderf.org : Je pense que c’est plutôt complet !