NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI d'Amy C.

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Depuis l’âge de 17 ans, je souffrais de douleurs chroniques que les médecins avaient diagnostiquées comme étant de la fibromyalgie. Je menais une existence torturée, le sommeil venait difficilement. A l’époque de l’expérience et même longtemps avant, je ne dormais que quinze minutes d’affilée, ensuite il me fallait bouger et m’étirer dans le lit, il m’était en effet trop pénible de rester longtemps immobile. J’étais donc constamment fatiguée. Mon médecin a pensé à un médicament, qui n’était pas spécifiquement utilisé pour faire dormir, mais qui pourrait avoir pour effet secondaire de m’engourdir. J’ai remarqué qu’à chaque fois que j’en prenais, même la plus petite dose, j’avais le nez qui enflait et la respiration s’affaiblissait trop. C’était angoissant et inconfortable, mais cela soulageait la douleur, la tentation d’en prendre était donc grande. J’ai informé le médecin que je pensais faire une réaction allergique à ce médicament, il s’est esclaffé en disant que mon corps avait seulement besoin de : « s’habituer au médicament. », que la dose que j’avalais était tellement faible qu’elle ne pouvait pas provoquer quoi que ce soit. Il m’a prescrit la prise de trois comprimés entiers. J’en avais absorbé un quart. Un soir, après une semaine de douleurs atroces et de manque de sommeil, j’ai envisagé de suivre la prescription de trois comprimés entiers, j’ai décidé de faire confiance au médecin en les avalant tous.

Je suis allée me coucher après les avoir pris tous, en quelques minutes j’ai commencé à me sentir engourdie. Puis l’intérieur des voies nasales a enflé et je ne pouvais plus du tout respirer. Je ne pouvais même plus ouvrir la bouche, je luttais pour chercher de l’air mais c’était impossible. Le corps entier me semblait momifié. Je ne pouvais appeler à l’aide, il n’a fallu que quelques minutes pour que la lutte cesse.

Il y a eu une forte aspiration provenant du haut de la tête (comme un aspirateur) et une impression de soulagement absolu. Je n’avais plus besoin de respirer, plus de sensation d’être droguée par le médicament. Je ne sentais plus mon propre corps. J’ai oublié une grande partie de ce qui a suivi, mais il semble que j’ai voyagé à très grande vitesse. C’était une zone vide pour moi. Ensuite je me souviens d’avoir franchi un genre de portail en compagnie de nombreuses autres personnes. J’ai eu le sentiment de me trouver dans une salle d’attente. Beaucoup d’autres personnes arrivaient et je les ai regardées entrer. J’ai observé l’arrivée d’un groupe d’environ trois adolescents, ils dégageaient une énergie très désagréable sur une bonne distance. Ils étaient grands, paraissaient stupides, voire un peu menaçants. Tandis que je les regardais, j’ai compris qu’ils étaient morts dans un accident de voiture lors duquel tous étaient ivres. Une femme est arrivée, elle paraissait avoir la cinquantaine. Elle était du genre moulin à paroles, n’arrêtant pas de parler. Je l’ai écoutée pendant une minute, elle m’a dit à quel point elle était fière de son « corps sexy », combien elle avait pris soin d’elle-même durant sa vie. A quel point elle avait été « belle ». Ensuite elle a voulu me montrer son corps. J’ai remarqué que sa couleur de peau était artificielle, comme si elle avait fréquenté les cabines de bronzage ou comme si elle était restée exposée au soleil beaucoup trop longtemps. Ses cheveux semblaient teints en blond, même sa poitrine paraissait avoir reçu des implants, il semble que je le savais sans avoir à le demander. J’ai compris qu’elle était morte d’un cancer de la peau. Elle paraissait vouloir beaucoup parler d’elle-même, je me suis ennuyée et je suis partie. Beaucoup d’autres personnes sont arrivées. Cette pièce ou zone ne m’a pas parue très éclairée. En dépit du fait que j’étais informée, je ne sais comment, que ces gens étaient morts, je ne l’avais pas accepté car tout paraissait tellement réel et naturel. Tout avait donc l’apparence de la vie, rien ne semblait choquant ou étrange. J’étais seulement très curieuse de savoir ce qui se passait.

Une jeune femme est venue vers moi. Elle avait des yeux magnifiques, presque verts, une ravissante chevelure rousse. Elle s’est mise à me parler d’elle-même. Elle m’a dit qu’elle était morte avec l’impression de se noyer, perdant progressivement connaissance sans possibilité de respirer. Pourtant, je n’étais pas sûre qu’elle se soit effectivement noyée. Alors que par télépathie elle me racontait sa mort, d’une certaine manière j’ai effectivement vécu ce qu’elle avait éprouvé. J’étais en mesure de faire physiquement le parallèle avec ses propres souvenirs. Elle a commencé à me donner des instructions : « Dis-leur ceci… Dis-leur cela… ». Elle me fournissait des informations personnelles à son sujet. Je ne savais absolument pas pour quelle raison, mais je l’ai écoutée poliment. Elle m’a enjoint de dire qu’elle aimait chanter. Elle a fait une courte improvisation de chant à l’intention de notre entourage immédiat, j’ai pensé qu’elle avait une belle voix. J’ai également été impressionnée par le fait qu’elle était très libre lorsqu’elle chantait, s’élevant et se déplaçant effectivement dans l’espace autour d’elle sans toucher le sol. C’était comme regarder une danse sous l’eau (sans eau). J’ignore pourquoi cela ne m’a pas choquée davantage, pourquoi je l’ai aussi bien accepté. J’ai également remarqué qu’à certains moments de sa chanson, ses magnifiques cheveux roux paraissaient POUSSER ! J’ai pensé qu’il était intéressant qu’elle puisse choisir d’avoir les cheveux plus longs à volonté. Cette jeune femme (peut-être 19 ou 20 ans) m’a également dit combien elle avait regretté de ne pas avoir « persévéré là-bas », combien « il aurait été mieux de rester » et de régler ses problèmes. Mais elle m’a également demandé : « Dis-leur à quel point je me sens libre maintenant. ».

Je m’arrête sur ce point, afin de clairement indiquer que chaque parole que je propose concernant les communications lors de mon EMI m’a été transmise sans véritable expression verbale. Il y a eu très peu de mots précis techniquement. Ce que je relaie c’est ce qui m’est « venu » par communication télépathique. Je n’ai absolument pas eu la sensation d’entendre quelque chose d’audible. Les gens ne faisaient que se regarder mutuellement, souvent en bougeant les lèvres, mais les messages passaient si rapidement, sans aucun effort verbal, intérieurement et non pas en dehors de soi. Donc, lorsque je cite ici des communications, je ne fais qu’offrir la version la plus proche de ce qui a généralement été instantanément « dit » par télépathie.

Je me souviens que nous nous sommes rassemblés dans une pièce ou zone bien plus grande et lumineuse, de très, très nombreuses personnes étaient présentes. Tout le monde était fortement occupé à discuter, à faire connaissance. L’ambiance était similaire à celle d’une cafeteria d’université. Les gens paraissaient même pressés de trouver d’autres personnes avec lesquelles ils avaient des affinités ou se sentaient à l’aise, de petits « groupes » commençaient même à se former.

A un moment donné,  j’ai remarqué qu’un homme entrait dans la pièce. Il m’a fait une certaine impression, il me paraissait sûr et équilibré. J’ai tout simplement compris que je pouvais lui faire confiance et lui demander ce qui se passait. Il ne m’avait TOUJOURS pas traversé l’esprit que je pouvais être morte. Je ne suis pas certaine non plus que j’aurais accepté le fait que ces gens soient décédés. Je suis donc allée vers cet homme (encore une remarque : aller n’impliquait pas de marcher réellement…mais seulement d’avoir l’intention d’ALLER). Je l’ai approché en lui demandant : « Qui êtes-vous ? ». Il m’a regardée et je me suis rendu compte qu’il était une sorte de professeur ou de Guide pour ce groupe. Il m’a expliqué qu’il était mort dans un accident de camion. C’était camionneur, un Latino. Il m’a dit qu’il n’était pas un homme parfait, mais qu’il avait Maîtrisé l’Humilité. Je sais que cela paraît contradictoire, mais quand j’étais en sa compagnie, je ressentais vraiment qu’il n’y avait pas une once de vanité ou de fierté chez lui. Il a expliqué qu’il était venu aider à enseigner l’importance de l’humilité à ce groupe de personnes, elles avaient en effet été tellement absorbées par elles-mêmes au cours de leur vie, qu’elles n’avaient pu apprendre des leçons cruciales et qu’elles avaient stoppé leur propre vie. Il paraissait me dire que ces personnes s’étaient en quelque sorte « suicidées ».

Cela m’a rendue perplexe, je n’avais en effet remarqué personne dans la pièce qui se serait pendu, qui aurait intentionnellement absorbé une surdose, qui se serait tiré un coup de feu ou des choses de ce genre. J’étais un peu troublée que le terme « suicide » me vienne à propos de ces personnes. Mais j’ai fini par comprendre que l’indifférence superficielle pour la vie, les risques flagrants et égoïstes que l’on peut prendre, qu’il s’agisse de drogue, de conduite en état d’ivresse, ou de tout type d’action pouvant par nature mener à son propre décès, c’est considéré comme un « suicide », tout au moins là où je me trouvais. Quand un humain ôte sa propre vie par désespoir, à cause d’un déséquilibre émotionnel ou mental, de grandes douleurs, ou d’une dépression sévère, c’est très similaire au cas d’une personne âgée tellement fatiguée de « tenir le coup » qu’elle VEUT partir, arrêtant simplement de manger, de respirer, etc. Dans l’au-delà ce n’est pas puni (pour s’exprimer ainsi). C’est DIFFERENT, il s’agit simplement d’un humain qui veut sortir de ce cycle de vie.

Le guide a continué à me fournir des informations. Il m’a expliqué qu’après avoir interrompu leur propre vie, ces personnes allaient avoir une période de repos, il allait toutefois être difficile d’apprendre ce qu’elles devaient connaître. J’ai compris que même si on allait leur enseigner et leur instiller de bonnes informations là-bas, même si ces personnes convenaient « de bonne grâce » de ce qu’on leur enseignait, ou de ce qu’elles avaient besoin de connaître,  apprendre sans corps c’est comme apprendre à dominer une addiction à la drogue sans avoir l’opportunité d’en prendre ! Ou comme apprendre à aimer son propre ennemi sans en avoir. Il m’a expliqué qu’il devait enseigner à ce groupe de personnes à quel point il est crucial d’abandonner son ego. Comment perdre leur obsession d’elles-mêmes. Comment elles allaient totalement stagner dans leur progression si elles ne parvenaient pas à se défaire des chaînes que constitue cette obsession d’elles-mêmes. Il devait les instruire de l’importance de l’humilité. Il a toutefois secoué la tête avec un léger sourire signifiant que, sans leur corps, il ne pouvait faire que très peu de choses pour elles. Son espoir consistait à instiller plus que de la passion pour ce qu’il avait à enseigner, avec suffisamment de force pour semer une graine de Lumière qui pourrait les accompagner durant leur séjour.

Tandis que ce guide me transmettait ces informations, aussi bizarre que cela puisse paraître, j’ai un soudain eu sursaut d’horreur, j’ai demandé : « Qui sont ces gens ? ». Il m’a communiqué plus nettement par télépathie : « ILS SONT DECEDES. ILS SONT MORTS. » J’ai répliqué : « Si ces personnes sont mortes, moi je suis quoi alors ?! ». J’ignore pourquoi il m’a fallu autant de temps pour me rendre compte de ce fait. Il m’a expliqué avec douceur : « Elles sont mortes, toi tu es entre les deux. Tu es comme dans le coma, tu n’es pas comme elles. ».

A ces mots, je suis partie : « Il faut que je sorte d’ici alors ! ». Tandis que je me dirigeais vers l’angle de la pièce pour partir, au moins deux des garçons ivres et stupides ont soudain bondi vers moi en disant à peu près ceci : « Elle est vivante, touche-la !! » c’était très agressif. Ils m’ont effectivement agrippée, tentant de me rejeter en arrière, vers eux. Ils ont même tenté des actes sexuels. J’étais horrifiée.

Je crois donc maintenant que certains morts, si ce n’est tous, éprouvent toujours de nombreux désirs terrestres.

En réfléchissant à cette partie de mon expérience, j’ai été stupéfaite à quel point les gens peuvent être terrestres et même animaux dans l’au-delà. On pourrait s’attendre à ce qu’il y ait une illumination soudaine en franchissant les Portes de la Mort; chacun atteignant peut-être la bonté parfaite, choisissant la Lumière et un nouveau départ, devenant éventuellement angélique et pur. Pourtant, au lieu de cela chacun entrait exactement tel qu’il avait été auparavant. Je me suis également interrogée sur la religion tandis que j’étais là-bas, j’ai rapidement eu le sentiment que ce n’est pas important. La religion d’une personne, peu importe celle qu’elle avait adoptée ou non sur terre, consistait toujours en ce qu’elle avait inscrit dans son propre cœur. Il s’agissait de QUI la personne était, non de l’étiquette qu’elle portait, ni en qui ou en quoi elle croyait, ou ce qu’elle avait adoré. Notre propre fréquence, tonalité, équation mathématique et vibration révèle tout, il n’y a pas d’à peu près en la matière.  On EST simplement qui on est. J’ai appris que nous sommes ici pour apprendre à Aimer, Divinement. A devenir Maîtres de nous-mêmes. A en finir avec notre propre nature inférieure et à Elever en nous-mêmes notre propre Moi Supérieur. Nous travaillons tous à retourner vers l’Unicité.

Lorsque j’ai quitté ce premier endroit, j’ai commencé à me déplacer rapidement, j’ai senti que j’étais en sécurité et à l’aise, enveloppée dans l’Amour. Quelqu’un venait vers moi, j’avais le sentiment d’être totalement en paix avec cette personne. Tant de lumière émanait de son visage que je pouvais à peine distinguer le détail de ses traits. Je me souviens vaguement de cheveux noirs ondulés. Je crois que ce Guide était masculin. Toutefois, il donnait une impression très maternelle. C’était comme s’il avait été comme une mère pour moi. J’hésite à lui attribuer un sexe. Toutefois cela ne me préoccupe pas vraiment. Je vais cependant qualifier ce Guide de masculin afin de faciliter la rédaction. Si j’ai su son nom alors que j’étais en sa compagnie, ce savoir m’a ensuite été retiré au retour dans mon corps car je ne m’en souviens plus (je ne serais pas surprise de découvrir qu’une grande partie des souvenirs m’a été soustraite en ce qui concerne les informations personnelles de mon Guide, même mes faibles souvenirs se sont en effet avérés douloureux pour moi, me faisant souffrir d’être revenue. Je ne peux imaginer me souvenir davantage (cela me rendrait le séjour ici beaucoup plus difficile). Nous nous déplacions, vers le haut  je suppose. Ma propre vibration se modifiait. Il y a eu une grande variation de fréquence, comme si on changeait de station radio sur un grand afficheur. J’étais dans l’univers, on m’a montré un genre de spectacle. C’était comme si un professeur d’astronomie décrivait la beauté de l’univers tandis qu’on serait allongé la nuit sous les étoiles. Mais moi je me trouvais dans l’espace parmi elles. Depuis mon retour, cette partie semble avoir été rendue brumeuse pour moi, toutefois je me souviens vaguement que, durant cette scène, j’ai vu comme des mots et des chiffres holographiques défiler entre moi et les étoiles… j’ai eu l’impression qu’on téléchargeait des informations en moi. A ce moment-là, j’avais le sentiment de TOUT comprendre, de sentir la vérité totale sur les lois et sur l’ordre de l’univers. Une chose m’a frappée : la beauté des MATHEMATIQUES de l’univers. Je me souviens d’avoir compris qu’il existait un genre de MATHEMATIQUES suprêmes et parfaites qui se retrouvaient dans TOUT ce qui existe. Je me rappelle qu’on m’a dit quelque chose à propos d’Einstein ! J’étais tellement enthousiaste, c’était une expérience si agréable. On m’a également montré qu’il existe une sorte d’horlogerie dans les cieux, la manière dont les étoiles elles-mêmes détiennent en fait une sorte de carte ou de clé mathématique vers tout ce qui existe ! « Tu es inscrite dans les étoiles, » m’a-t-on dit ! « TOUT l’est ! ». Je me souviens combien cette partie de mon EMI s’est avérée PASSIONNANTE pour moi.

On m’a également dit que cette carte dans les étoiles, les clés cachées là, sont connues depuis longtemps, que dans la plupart des cas sur notre planète, ces choses ont été douloureusement corrompues et détournées à des fins mauvaises. Toute ma vie, j’avais ressenti confusion et consternation pour ce que je croyais être une « absence d’ordre ». Lorsque je souffrais de me juger « inutile », ou d’être triste, ou de tout ce qui ne me paraissait pas logique, j’étais frappée par une sensation de « Chaos ». J’étais stupéfaite que le Dieu auquel je croyais avec tant de ferveur, auquel on m’avait appris à faire confiance, ne puisse faire mieux que ce j’observais dans ma vie quotidienne. Cela me déchirait l’âme et je priais chaque jour, quelquefois pendant des heures, implorant une réponse qui pourrait me fournir un genre d’orientation.

On m’avait enseigné que nous n’avions qu’UNE vie (je n’avais jamais envisagé la réincarnation), que certains obtiennent le luxe le plus inimaginable et que d’autres sont « éprouvés » en raison de leur « esprit valeureux », qu’ils doivent affronter de terribles misères afin de « prouver leur force »… tandis que d’autres, comme de jeunes enfants partout dans le monde, naissent pour souffrir de la famine, de la maladie, de viols, de mutilation et même de nombreuse années de torture, simplement pour mourir puis « obtenir leur juste récompense ». Cela n’avait pas vraiment l’air d’une « épreuve » pour moi. Cela paraissait tout simplement démentiel. Je n’y trouvais aucune logique. Lorsque je sollicitais des réponses de la part de responsables religieux, on me répondait que « parfois Dieu laisse les gens mauvais torturer les personnes bonnes afin qu’Il puisse punir les méchants pour leurs actes… sinon, Il n’aurait pas de raison de les punir. ». Tout ce système me paraissait détraqué. Il m’était impossible de respecter intégralement ce concept.

Au cours de mon EMI cependant, j’ai fini par comprendre que la plupart d’entre nous a vécu beaucoup, BEAUCOUP plus longtemps que nous ne pourrions l’imaginer. Que nos vies, qui paraissent tellement longues, s’avèrent infinitésimales une fois replacées dans le tableau général… qui d’ailleurs ne peut même pas être encadré. On m’a montré comment chaque individu, au travers de son libre arbitre, choisit une voie qui le mène MATHEMATIQUEMENT vers les circonstances de sa vie suivante. Qu’absolument RIEN n’émerge par accident ou du chaos. Que chacun des aspects de notre vie est régi par les Lois NATURELLES dans lesquelles nous nous sommes placés NOUS-MEMES ! Qu’en un sens, nous créons notre propre monde. On m’a montré qu’on ne doit jamais non-plus déduire qu’une personne vit une vie de souffrance à cause d’actes « mauvais ». Beaucoup peuvent CHOISIR une vie de souffrance en raison de ce que cela éveille en eux, ou pour aider autrui, etc… En AUCUN CAS on ne peut affirmer qu’on va deviner pourquoi un Etre vit un genre de vie spécifique. Je ne peux décrire le soulagement, le baume rafraîchissant et apaisant  qu’a représenté ce savoir pour moi. Accéder enfin à cette Vérité que j’avais attendue toute ma vie… tout EST Bon ! Beauté et sens SONT présents partout. Personne n’est simplement en « chute-libre » comme cela me paraissait être le cas auparavant ! Dieu ne joue pas simplement comme Il lui plaît avec nous, selon des concepts d’épreuves aléatoires, comprenant des récompenses et des châtiments dépendant seulement de Son humeur du moment. Au cours de cette expérience, dans les vastes étendues des étoiles, des planètes, des lunes et de la Connaissance, j’ai connu la Vérité totale pour la première fois m’a-t-il semblé. Ce fut un ravissement pour moi. J’avais vécu dans la peur, la méfiance et l’angoisse pendant 30 années d’affilée.

Je souhaite ajouter que dans ma vie, j’avais toujours subi un blocage mental en ce qui concerne les mathématiques. A partir de l’âge de six ans, même l’approche des concepts mathématiques les plus simples m’était difficile. Je me bloquais dès qu’on me présentait quoi que ce soit impliquant des nombres. C’est pourquoi, alors qu’au cours de mon EMI on me montrait une immense variété d’admirables équations, de faits mathématiques, de splendeurs numériques visuelles, j’étais enchantée de ma propre capacité à tout comprendre. A mon retour, j’ai malheureusement été découragée de découvrir que je ne pouvais ni prolonger, ni ramener l’immense somme de compréhension et connaissances mathématiques que j’étais si impatiente de partager avec d’autres. J’étais et je suis restée amoureuse des chiffres, ce qui a représenté un grand bond en avant !

On m’a également amenée face à ce qui semblait être une image vivante de notre planète. Tandis que je la contemplais, j’ai vu un mot au-dessus d’elle. Je crois qu’il s’agissait de quelque chose du genre « Novate » ou « Novata » ou « Novato », un des trois. Ensuite la planète toute entière à paru s’ouvrir, comme une paupière s’éveillant lentement à l’aube. On aurait dit un œil qui s’ouvrait. Une douce et adorable voix féminine énonçait les jours de la semaine dans une autre langue, puis elle a dit : « Préparez-vous au Septième Jour. ». A ces mots j’ai eu l’étrange vision d’un piano.

Dans mon souvenir suivant, je me déplaçais rapidement au-dessus de la terre. Cela paraissait tout à fait surréaliste. J’avais pratiquement l’impression qu’on me projetait un film, celui-ci semblait toutefois vivant. C’était comme survoler le film panoramique d’une scène en direct sur terre. Je crois qu’il existe une attraction de ce genre à Disneyland.

J’ai oublié nombre des choses que j’ai vues, mais j’ai conservé l’idée principale de ce qu’on m’a dit pendant que je me déplaçais au-dessus de la planète, ou plutôt tandis qu’on me projetait un film DE la planète…, il y avait notamment des champs partout. Si je zoomais, me rapprochant d’un champ de blé par exemple, on me disait : « Il a été empoisonné. La nourriture a été modifiée et empoisonnée. Elle n’est plus pure. Les gens consomment de la nourriture impure. C’est la mort. ». Je ressentais de la tristesse, je me demandais pourquoi… ou comment c’était possible. Comment un champ de blé ou de maïs pouvait-il être « empoisonné »… et POURQUOI ?! On m’a dit que l’homme devait retourner à la terre, sinon la mort allait s’en suivre partout. Pendant cette scène on m’a dit et répété de « retourner à la terre ». On m’a enjoint de rechercher à mon retour de la nourriture pure, non frelatée, de ne consommer que ce qui est « propre », mais j’ai en quelque sorte inhibé cela car je n’avais aucunement l’intention de revenir.

A un certain moment, mon Guide se tenait à mes côtés (il m’est très difficile de placer quoi que ce soit dans un ordre chronologique, car le temps semblait très différent là-bas. C’était quasiment comme si de nombreuses choses se produisaient simultanément et pourtant séparément.  Honnêtement, il y a ainsi des parties de l’expérience que je ne peux situer dans l’ordre.). Mon guide est donc affectueusement resté auprès de moi tandis que je subissais une sorte de passage en revue de ma vie. Je ne me suis absolument pas sentie châtiée, même si j’avais parfois été très cruelle et que j’avais blessé de nombreuses personnes. J’avais perdu mon sang-froid de manière horrible, j’avais de grandes difficultés à pardonner. Je n’ai pourtant ressenti qu’Amour et compréhension pendant tout cet examen. J’avais le sentiment qu’on me fournissait l’opportunité, le Don de pouvoir prendre du recul, de me comprendre et de m’aimer moi-même plus complètement. Je pouvais sentir exactement ce qu’avaient ressenti ceux qui m’avaient approché au cours de ma vie. J’ai compris que tout ce que je faisais, disais et même pensais avait touché d’une manière ou d’une autres les gens qui m’entouraient. J’ai même pu pénétrer l’esprit et le centre émotionnel de nombre de ceux qui m’avaient environné, j’ai compris leur propre cheminement de pensée, comment leur vision personnelle, leurs expériences de vie les avaient amenés à leur position. J’ai senti leur propre lutte, leurs propres peurs… leur propre besoin désespéré d’amour et d’approbation. Et plus que tout, j’ai senti à quel point chacun est comme un enfant. Pour chaque personne que j’ai vue, moi comprise, j’ai pu Voir et Ressentir avec un Œil et un Esprit Supérieur. Le sentiment que j’éprouvais envers chacun n’était pas autre chose que ce qu’une mère aimante ressent pour ses propres enfants en bas-âge.

C’était en fait comique par moments. Je sentais comment les « Anciens », ainsi que je les appelle (il s’agit de ceux qui aident dans l’au-delà, qui se sont Maîtrisés de nombreuses ou de toutes les manières et qui aident au travail sur soi), comment ces Anciens nous considèrent et trouvent tellement amusante la façon dont nous faisons les choses. Cela pourrait sembler très déplaisant alors que nous sommes en plein conflit ou drame dans  notre vie. Les Anciens perçoivent ces évènements tout à fait comme une mère considère un enfant de deux ans hurlant et pleurant, qui frappe un autre enfant à la tête à l’aide d’une peluche. Cette mère ne souhaite pas que son enfant « s’effondre », devienne hystérique et pleure. Elle compatit avec lui, mais dans le même temps elle trouve amusant la façon dont il prend au sérieux ce qui normalement ne serait qu’une banale péripétie. Elle continue à tenir à son enfant comme à la prunelle de ses yeux, espérant qu’il va profiter de la journée, vivre et apprendre.

Ce fut un moment très éclairant pour moi, au cours de ma vie j’avais en effet entretenu la sombre idée que chacune de mes plus petites actions (loin d’être parfaites), étaient observées « par Dieu » et jugées avec colère ou grande tristesse. J’éprouvais une culpabilité permanente pour mes erreurs et je ressassais la menace de cette « surveillance » par un œil sévère ou tout du moins très strict. Je voulais plaire et je pensais échouer très souvent. Cela constituait un mode de vie insupportable. Ainsi il a été merveilleux (et c’est peu dire) d’avoir l’opportunité de Voir autrui depuis une Fréquence bien Supérieure. Connaître la somme d’Amour que j’éprouvais en regardant ou en percevant autrui dans des situations individuelles, me faisait souhaiter vivre davantage dans la joie plutôt que dans la culpabilité et l’inquiétude. Personne n’était en colère contre moi.

J’ai pu explorer l’esprit ou le schéma énergétique de l’une de mes pires ennemies, une personne à qui je n’aurais pu imaginer pardonner à cause de ce que j’avais vu. Pourtant, en revenant après mon EMI, je n’éprouvais rien d’autre qu’un immense flot d’Amour pour cette femme, j’ai donc sauté sur l’occasion pour  lui écrire une lettre l’informant combien je l’aimais, lui demandant pardon pour le poids énergétique dont je l’avais peut-être chargée à cause de mes pensées sombres et de ma colère. Elle aurait aussi bien pu être ma première-née, à ce moment-là je l’adorais à ce point. Je pouvais en effet ressentir l’Amour Divin pour elle, ce qui constitue l’Essence de ce que Dieu éprouve à son égard, à mon tour je ne pouvais faire autrement que l’Aimer de cette façon. Ce fut une sensation étonnamment merveilleuse d’abandonner le fardeau de ma propre colère et de mes jugements (dont, pour la plupart, je n’avais même pas eu conscience au cours de la majeure partie de ma vie).

En examinant tout cela,  je souhaite noter que je sentais qu’une part Supérieure de moi-même éprouvait de la compassion pour ce MOI tellement ignorant et juvénile. Cette part semblait comprendre dans le moindre détail ce à quoi j’étais confrontée, elle ne voulait que ma joie. J’ai le sentiment qu’envers mon propre MOI (si cela a un sens) je voulais que mon moi inférieur s’Eveille, qu’il soit empli d’Amour et de Joie. Je voulais que mon moi inférieur et puéril soit plus plaisant, Conscient, qu’il trouve la Paix.

Je serai éternellement reconnaissante pour avoir revu ma vie et pour ce que j’en ai retiré.

Je n’ai pas vu « Dieu » comme «un vieil homme vêtu d’une grande robe blanche, assis sur un trône », bien qu’avant l’expérience  il s’agissait peut-être l’image la plus saillante dans mon esprit. Durant l’EMI, « Dieu » était l’Esprit, ou peut-être devrais-je dire « l’Ordre » dans toute chose. « Dieu » paraissait être la Fréquence, la Vibration Supérieure Suprême, cela me donnait davantage  l’impression d’une ESSENCE que d’un vieil homme. C’était partout et dans tout.  « Dieu » ne me semblait plus masculin, je ne percevais pas de sexe, s’il en existait un. Depuis l’au-delà, cette idée paraissait tout simplement stupide. Dieu était simplement tout ce qui est beau, pacifique et Uni, tout ce qui est Bon. Et tout me paraissait EFFECTIVEMENT tellement bon là-bas.  En fait je suis revenue avec le Savoir qu’en dépit de ce qui me SEMBLAIT « bon » ou « mauvais » avant… tout se regroupait pour n’être que « Bon ». En effet j’avais confiance et je Savais que tout était à sa place… Même lorsque des gens prenaient des décisions en désaccord avec moi, j’avais toujours le sentiment que dans la perspective générale, TOUT était « Bon ». J’avais également le Savoir que l’essence ou l’étincelle du Très Haut (c’est ainsi que j’appelle « Dieu ») est présente en TOUT. Dans chaque minéral, végétal, animal, humain et au-delà… Je Savais tout simplement que le Très Haut attendait en toute chose de s’étendre, de créer, de croître et de ressentir. J’ai perdu complètement le désir de tout analyser dans la vie, alors que  je l’avais fait auparavant au travers d’exemples religieux, tentant de qualifier la moindre chose de « bonne » ou de « mauvaise », je n’étais plus préoccupée. Nous sommes simplement des consciences faisant l’expérience de la vie, apprenant comment aimer, créer et nous développer  au plus Haut de ce que nous pouvons être. Je savais choisir ce qui me paraissait bien pour moi, faire davantage confiance. Et lorsque quelque chose semblait injuste ou déséquilibré, je savais faire mon possible pour œuvrer vers l’harmonie, mais ne pas m’inquiéter de ce que je ne maîtrisais pas. Je sais que finalement, même sans que nous prenions les commandes, l’univers est tellement empli d’Ordre qu’il trouve toujours une manière de tout équilibrer. L’univers ne peut en effet exister sans Equilibre parfait. Et il continuera d’exister.

Jusqu’à mon EMI, je n’avais jamais réalisé le monstre de malheur englobant-tout que mon mode de pensée « Dualiste » constituait dans ma vie. J’aurais été totalement troublée, incapable de convenir de ce constat ou même d’en trouver la logique. Je n’avais jamais été consciente de la façon dont mon esprit tentait toujours de coller des étiquettes ou de juger d’une façon ou d’une autre tout ce qui croisait mon chemin. Même si d’une certaine manière je pensais du « bien » (par exemple « elle est très gentille » ou « il est ceci ou cela… » ou « Ce jardin est très joli » etc.), c’était moi qui jugeait qu’une chose était meilleure qu’une autre. Pensée-duelle.

Depuis que je suis revenue de l’EMI, je m’aperçois que cette tendance apparaît occasionnellement dans mon corps et mon esprit terrestres, mais plus aussi souvent. Et lorsque je le fais, j’en suis bien davantage consciente. Cela ne m’attire plus, je n’en éprouve aucunement le besoin.

Je me suis déplacée autour de la planète, j’ai ressenti différents continents, pays, ethnies, même certains petits états, villes et peuples ! Chacun possédait son propre type de schéma individuel d’énergie et de vibration. J’ai appris comment chacun de nous est constitué de DIFFERENTES couches d’influence énergétique. C’était fascinant pour moi ! Chaque ethnie, pays ou même état, chaque famille constitue en quelque sorte un organisme. Relié à tout, mais avec une influence profondément individuelle et dans un but très important. Chacun est sacré et crucial.

Tandis que j’étais avec mon Guide, on m’a montré de nombreuses planètes et des lunes aussi. J’ai vu une planète ou une lune qui semblait partiellement submergée par l’EAU ! Il n’existe pas de mot pour décrire combien ces spectacles étaient magnifiques. Les couleurs étaient tellement vibrantes et riches. J’aimais particulièrement le bleu ou les bleus que j’ai vus.

Finalement, la planète terre est apparue devant moi, ou peut-être avons-nous été amenés devant elle ! Elle était splendide ! Une bille flottante, nageant tout simplement dans la couleur. J’étais en extase révérencieuse.

Tandis que je contemplais la planète, mon Guide m’a demandé de retourner d’où j’étais venue. Repartir ! Il a dit qu’il allait attendre là. A ces mots, je me suis retournée vers lui, éprouvant un sentiment que je ne peux décrire en simples mots. Lorsque j’ai reçu son intention que je reparte, j’ai eu la sensation que ma propre mère parfaite allait se détourner et me laisser, telle un bambin en plein pays étranger, m’abandonner. C’était tellement inattendu. Il me semblait que quelque chose m’arrachait les entrailles, me déchirait en deux. J’ai effectivement ressenti un haut-le-cœur, je suis tombée en avant, m’effondrant. La douleur émotionnelle était si profonde que je pouvais à peine crier. C’était comme si ce hurlement  implosait en moi, j’ai eu l’impression de me fracturer comme des éclats de verre s’éparpillant partout sur le sol. J’ai senti que je geignais involontairement. Ce gémissement s’évacuait tout simplement de moi, comme un nuage tellement lourd de pluie qu’il ne peut plus retenir l’humidité plus longtemps et laisse échapper une violente trombe d’eau. J’ai gémi depuis un endroit que je n’avais jamais ressenti avant. J’avais littéralement l’impression que chaque organe et cellule existante en esprit explosait sous la torture. Chaque part de moi hurlait. Par télépathie, tout ce que j’ai pu exprimer, ce fut : « NOOON !!!!! ».

Il m’est impossible d’évoquer cette partie de mon EMI sans pleurer, la douleur me dardant la poitrine.

Le quitter représentait la pire possibilité imaginable. Cela semblait être la seule mort véritable. La division, la séparation d’avec mon Préféré. La dévastation ressentie était insupportable. Lorsque je me le remémore, j’ai toujours l’impression d’avoir le cœur écorché.

Il s’est rapproché de moi et j’ai été réconfortée, il m’a calmement encouragée à être forte. Il m’a dit de regarder sur la gauche. En le faisant, j’ai vu un bus scolaire arriver au loin. On a accompagné un jeune enfant pour le faire sortir et me l’amener. J’ai reconnu ma propre fille qui n’avait que quatre ans à l’époque. Dans son sommeil, on lui avait demandé de venir à mon aide en esprit. Elle a marché vers moi, m’a légèrement tirée par la manche en me demandant d’une voix douce et encourageante : « Mais maman, qui va s’occuper de nous ? ».

L’Amour dans l’au-delà, tout du moins dans mon expérience, est tellement plus grand, tellement plus empli qu’ici. Et l’on est davantage honnête avec son propre Amour. On ne peut rejeter ceux qui sont dans le besoin. En tout cas pas dans mon expérience. Je n’aurais absolument pas pu ignorer la demande de ma fille. Sans hésitation, j’ai répondu : « Oh mon cœur, ce sera moi bien-sûr ! ». Ma fille a ensuite été raccompagnée dans le bus.

Mon Guide a souri d’un air entendu, il m’a rappelé qu’il ne me forçait pas à repartir. Je l’ai regardé d’abord, la planète terre ensuite. J’avais tellement peur, je ne voulais toujours pas partir, me séparer de lui. La douleur de la séparation  me consumait toujours les entrailles. J’ai pleuré en lui disant que je n’étais pas certaine de pouvoir le faire.

Il m’a dit : « Regarde à droite. ». Je l’ai fait et j’ai vu une silhouette holographique. Il s’agissait de ma propre mère. C’était une vision d’elle dans l’avenir, elle paraissait fatiguée, avoir besoin d’aide. Je n’entrerai pas dans les détails ici, je souhaite en effet respecter sa vie privée, mais je me sentais attirée par cet hologramme à venir, souhaitant le toucher, l’aider d’une manière ou d’une autre, même si cela ne se produisait pas à ce moment-là. Il me paraissait vivant, j’ai remarqué qu’en me penchant vers lui j’avais l’impression d’être un Jardinier désirant tailler un feuillage.

L’hologramme a disparu et mon Guide m’a dit : « Tu vois, il est temps. Tu veux partir. »

Je savais qu’il le fallait, pourtant j’avais peur en imaginant mon départ et notre séparation. Je me suis exclamée : « S’il-te-plaît ! Je ne peux pas partir sans toi ! »

Il y a eu une pause, puis il a répondu : « Très bien. »

Tout à coup j’ai senti que nous étions ensemble, nous ne faisions qu’un. J’étais sécurisée, calme. Tandis qu’il me poussait du coude, je l’ai entendu dire : « Pointe le doigt en avant. Touche la planète. »

Cela peut paraître bizarre, mais j’ai tendu le bras et, sous forme Spirituelle, j’ai vu mon propre doigt se tendre, pénétrer dans le champ énergétique de la planète. J’ai senti une décharge d’électricité courir, remonter à partir du bout de mon doigt. Lorsqu’elle a atteint la première articulation, j’ai éprouvé une incroyable sensation de traction, comme catapultée en avant sur une montagne russe.

Ensuite je me suis retrouvée chez moi, dans l’obscurité de ma chambre. J’ai toutefois senti que j’étais déconnectée de mon corps. Mon mari avait dû venir se coucher car il était là maintenant, profondément endormi. Je pouvais nous voir, lui et moi. J’ai avancé vers mon corps, essayant de m’y reconnecter. J’ai tenté de le réveiller. Je n’y parvenais pas. J’ai commencé à paniquer. Je n’éprouvais absolument aucune sensation en provenance de mon corps. J’ai appelé mon mari afin de le pousser à se réveiller, mais je n’avais pas de voix. J’ai continué à tenter de faire bouger mon corps depuis l’intérieur, sans perception de respiration ou de vie. Je me suis mise à appeler à l’aide. J’ai hurlé. Puis j’ai ressenti la présence de mon Guide. J’ai senti qu’il me disait : « Tu dois te projeter plusieurs fois dans la région de la gorge. Cela va déclencher un dégagement d’énergie et il va l’entendre. Tu dois l’inciter à te toucher afin de te reconnecter. ». Je ne parvenais pas à comprendre pourquoi cela devrait fonctionner, mais j’ai commencé à me projeter encore et encore sur la région de ma gorge, puis j’ai entendu un bruit sortir de la bouche qui s’est ouverte. C’était comme enfoncer une porte, qui s’ouvrirait doucement. Il y a eu un genre de croassement provoqué simplement par la sortie de l’air.

Mon mari l’a entendu et il s’est réveillé en appelant : « Amy ? Qu’est-ce que c’est ? Qu’est ce qui se passe ? ». Je ne pouvais pas répondre. J’ai tenté de hurler ou de l’appeler en criant, mais je ne le pouvais pas. Il s’est penché sur moi et je l’ai vu me secouer. J’ai senti une quantité d’électricité passer à travers moi en provenance de ses mains. J’étais toutefois incapable de me reconnecter ou de bouger. Il s’est levé et il a allumé une lampe. J’avais toujours les yeux clos, mais j’ai vu son regard.

Il est soudain devenu très pâle, demeurant bouche-bée. Des gouttes de transpiration se sont instantanément formées le long de sa chevelure. Il transpirait à grosses gouttes. Je n’avais jamais vu une telle expression de peur sur son visage. Il m’a agrippée, attirant violemment mon corps contre lui en le soulevant, essayant de me faire tenir debout et criant sans cesse : « AMY !! AMY, AMY !!! ». Il a essayé de prendre mon pouls. Ma tête est retombée en arrière, il m’a ouvert les paupières. Il m’appelait quasiment en hurlant. Tandis qu’il continuait à secouer mon corps (qu’il a plus tard décrit comme très lourd et ce fut un choc… j’étais en effet toute petite/menue à l’époque). J’ai senti de plus en plus d’électricité envahir tout mon corps. Ensuite j’ai ressenti un genre de « POP », j’étais de retour. J’ai inspiré longuement et profondément, restant suspendue inerte, inspirant et expirant, incapable de parler.

Après quelques minutes, mon mari m’a demandé : « Qu’est-ce que je dois faire ? Est-ce que je dois appeler une ambulance ? ». J’ai fermement répliqué : « Non. Je vais bien. N’appelle personne. J’ai juste besoin de rester assise un moment. ». Il m’a aidée à me rendre dans l’autre pièce où je me suis assise sur le canapé, j’ai essayé de lui raconter ce qui venait de se passer. J’ignorais par où commencer. Il m’a fallu des mois pour lui dire tout  ce dont je me souvenais. Je ne peux toujours pas tout écrire ici, il faudrait en effet des mois ne serait-ce que pour rédiger les bases de tout ce que j’ai fini par comprendre. J’ai aussi continué à avoir des Visions, des rêves incroyables et d’autres expériences impliquant des enseignements personnels ainsi que d’autres évènements très sacrés.

Mais je me suis sentie tout à fait bien une fois totalement de retour dans mon corps. J’ai refusé tout examen médical. J’étais confiante  et en paix.

Depuis ce temps, tout a changé pour moi. Ma santé est revenue. Je me renforce au fur et à mesure des années. A ma propre surprise, j’ai découvert le lendemain de cet évènement que je me sentais bien, mis à part le fait que je ne pouvais absolument plus manger de viande. Je n’en avais pas le désir non-plus. Depuis lors je suis végétarienne. Je mange beaucoup de nourriture bio crue. Je n’absorbe rien contenant des ingrédients chimiques, je maintiens ma nourriture très pure. Mes enfants et mon mari mangent également ainsi la plupart du temps maintenant, Nous sommes tous en pleine forme.

Je ne pouvais plus persister dans la religion qu’on m’avait inculquée. Il ne m’a pas été facile de l’abandonner, mais je ne pouvais rester tout en maintenant ma Vérité et mon intégrité personnelle. Pourtant je suis reconnaissante d’avoir été éduquée  dans cette religion, je suis convaincue qu’elle a servi son dessein à mon égard. Je suis également sereine vis-à-vis des choix et besoins religieux d’autrui.

J’ai découvert que j’avais beaucoup moins de désirs. Au cours de la première semaine suivant mon EMI, j’ai fait le ménage chez moi. Je voulais me débarrasser de nombreux objets, beaucoup de décorations, des CD musicaux que je ne trouvais plus en harmonie avec les vibrations que je souhaitais, etc. Je n’ai plus autant envie qu’auparavant de faire du shopping.

Pendant plusieurs semaines après mon retour, je voyais de la lumière dans et autour de tout. Je voyais également le royaume qui environne le nôtre. Je voyais et sentais la vibration de tout ce qui m’entourait. Tous mes sens étaient bien plus fins. J’ai trouvé la majeure partie de tout cela intéressante, éclairante, une autre partie est un peu effrayante et perturbante. Après quelque temps, j’ai donc souhaité que cette Vision complémentaire revienne au fondamental, pour m’exprimer ainsi. Les choses sont effectivement redevenues pratiquement normales.

J’ai continué à avoir la capacité d’atteindre mon Guide (dans une certaine mesure). J’ai immédiatement commencé à méditer, à me relier à mon Guide.

Jésus, qui avait toujours été un exemple pour moi, a continué de l’être, mais j’étais moins préoccupée par l’aspect technique de Son histoire, par la véracité ou non de certains détails, j’ai adopté le cœur de son enseignement qui est destiné à constituer Son Don : « Faites pour autrui ce que vous voudriez qu’on fasse pour vous. ». Il m’était égal de savoir s’il a existé ou si c’est un mythe. Je savais que cela n’a pas d’importance. J’ai également appris d’autres choses sur la Voie chrétienne originelle qui a été tellement corrompue, j’en ai beaucoup retiré.

J’ai accordé ma révérence et mon respect à tous ceux qui étaient ou qui sont un exemple de cet enseignement fondamental, la Règle d’Or. J’ai trouvé le Bien (Dieu) en de NOMBREUX endroits et dans les enseignements de nombreuses religions et modes de pensée. Même dans l’athéisme, si un homme croyait en ces principes, je reconnaissais « Dieu » en lui.

Dans les jours qui ont suivi mon retour de l’EMI, j’ai croisé la route d’une femme que de nombreuses personnes consolaient. Quand tout le monde s’est dispersé, je lui ai demandé ce qui se passait. Elle m’a dit qu’elle avait appris très récemment que sa fille venait de mourir. On l’avait découverte en Californie du sud et la mère ignorait pourquoi et comment elle était morte. J’ai demandé à voir une photo de cette fille, ayant la forte intuition de l’avoir rencontrée dans l’au-delà.

Le lendemain, la mère m’a rendu visite chez moi. Elle avait une photo de sa fille en noir et blanc, mais je l’ai immédiatement reconnue. J’ai demandé : « Est-ce que ses cheveux avaient une belle couleur rousse, et ses yeux étaient d’un vert très inhabituel ? ». Elle a répondu : « Oui, c’est exact. ». Je lui ai parlé de mon EMI, comment cette jolie fille était venue me parler et m’avait demandé de fournir des informations à sa famille. Je lui ai raconté tout ce que sa fille m’avait dit et dont je me souvenais, tout était parfaitement cohérent pour la mère. Elle m’a appris que peu avant le décès, elle avait entendu dire par des tiers (elles étaient brouillées toutes les deux) que sa fille s’était mise au chant et qu’elle avait aimé cela passionnément. J’ai pu fournir à cette femme des informations privées qui l’ont beaucoup réconfortée. Je lui ai dit les regrets de sa fille pour ne pas avoir appris davantage quand elle était ici. Environ une semaine plus tard, le coroner a révélé comment elle était morte, cela m’a confirmé ce que la jeune femme m’avait dit dans l’au-delà à propos de sa mort, ce qu’elle avait éprouvé.

De très, très nombreuses choses merveilleuses sont arrivées depuis mon EMI. Trop pour les raconter ici, mais c’est la meilleure chose qui aurait pu m’arriver.

Je lutte toujours contre mes propres problèmes terrestres et personnels.  Je me sens simplement davantage Eveillée, Consciente, avec certaines capacités et facultés de compréhension qui se sont accrues.

Au cours de méditations après mon retour, j’ai appris que j’avais été entraînée à l’entrée spécifique de ceux qui se sont autodétruits à cause de mes problèmes de santé, en effet j’avais pendant de très nombreuses années suivi de puissants traitements qui me tuaient à petit feu. Je m’étais de plus considérée moi-même comme une victime impuissante pendant si longtemps. Plongée dans ma douleur et mes chagrins, j’étais devenue totalement absorbée par moi-même, je stagnais dans toute ma progression personnelle. De ceux qui avaient pénétré dans cette zone, j’ai donc appris qu’il me fallait lâcher prise sur moi-même, abandonner ma « légende » personnelle de victime. J’ai cessé tous les traitements que les médecins m’avaient prescrits pour mes problèmes de santé, je me suis débarrassée de cette « légende » de la personne que je croyais être. J’ai travaillé pour atteindre l’humilité, je me suis ouverte à l’apprentissage et à la croissance. J’ai endossé la complète responsabilité de ma propre souffrance et je n’ai plus accusé rien, ni personne. J’ai tenté de ramener ce que je me souviens être le Parfait Amour éprouvé dans l’au-delà et j’ai essayé de ne faire qu’Un avec lui. 

Ce type d’expérience est-il difficile à décrire avec des mots ? Oui. L’aspect émotionnel de l’expérience était tellement intense, je ne trouve pas les mots adéquats.

Au moment de l’expérience une situation mettait-elle votre vie en danger ? Indécise. J’étais seulement en très mauvaise santé à l’époque, avec des douleurs chroniques et des insomnies. Mon médecin essayait de m’aider en me prescrivant tous les traitements qui pouvaient  m’engourdir afin de surmonter la douleur, essayant même des produits autres que des antidouleur mais qui avaient des effets secondaires.

A quel moment de l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ? Lorsque j’étais dans l’espace parmi les étoiles avec mon Guide, qu’on m’a montré ou téléchargé en moi toutes sortes de Connaissances et de Vérités, je me sentais tellement absorbée, concentrée… si parfaitement présente dans ce moment que j’ai oublié tout de ma vie sur terre. J’ai oublié mon mari et mes enfants à ce moment-là.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience à votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours ? Plus consciente et lucide que d’habitude.

Si votre niveau d’état de conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience était différent de votre état de conscience et de lucidité de tous les jours, veuillez préciser : Lorsque j’étais dans l’espace parmi les étoiles avec mon Guide, qu’on m’a montré ou téléchargé en moi toutes sortes de Connaissances et de Vérités, je me sentais tellement absorbée, concentrée… si parfaitement présente dans ce moment que j’ai oublié tout de ma vie sur terre. J’ai oublié mon mari et mes enfants à ce moment-là.

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de la vue de tous les jours (pour tous les aspects tels que clarté, champ de vision, couleurs, luminosité, degré profond de perception de la massivité/transparence des objets, etc.) ? Oui. Tout était bien plus net et vibrant. On pouvait tout voir à de nombreux niveaux différents, pas seulement en surface.

Votre ouïe différait-elle de manière quelconque de l’audition normale (pour tous les aspects tels que clarté, capacité à identifier la source sonore, hauteur, force, etc.) ? Oui. J’entendais par télépathie. Ce n’est donc pas comparable. Tout était parfait car  je n’avais pas à m’efforcer d’entendre quoi que ce soit.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ? Je ressentais exaltation et béatitude absolues, une paix totale, par moments de la tristesse, du désespoir et même de la peur. Mais chaque émotion était reliée à ce que je voyais, apprenais ou choisissais d’éprouver.

Etes-vous passé(e) dans un espace clos ou avez-vous traversé un tunnel ? Oui. Mais ce fut tellement rapide, je crois que je ne me rappelle pas très bien de cette partie. Je me souviens davantage de la sensation que de ce que j’ai vu. C’était juste une forte succion, comme celle d’un aspirateur, c’était très rapide d’après le souvenir que j’en ai.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. Je suis allée dans différentes zones, avec différents degrés de lumière. Le visage du Guide qui m’accompagnait rayonnait tant de Lumière.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Ceux qui traversaient la porte également. De nombreuses personnes décédées.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Oui. Compassion totale. Mon Guide est resté proche, en soutien. Je n’ai pas ressenti de jugement. Je n’étais là que pour arriver à me comprendre moi-même, ainsi que mon entourage. C’était merveilleux et aussi un soulagement.

Pendant votre expérience, avez-vous observé ou entendu quelque chose  concernant des personnes ou des évènements et qui ait pu être vérifié par la suite ? Oui. J’ai vu une jeune femme décédée, j’ai plus tard rencontré sa mère et j’ai pu vérifier que c’était bien sa fille que j’avais vue et qui m’avait fourni des informations personnelles.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou remarquables ? Oui. Un endroit inférieur plutôt astral et un endroit supérieur plus Lumineux, magnifique.

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Le temps était différent. J’ai eu des difficultés à remettre les choses dans l’ordre afin d’expliquer chronologiquement ce qui m’était arrivé. J’avais la sensation que cela durait très longtemps, on m’a fourni tellement d’informations et de connaissances, je ne crois pourtant pas être restée longtemps hors de mon corps, sinon je ne sais pas comment j’aurais survécu. Cela n’a peut-être duré que quelques minutes. Qui sait !

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. J’ai fini par faire confiance en toute circonstance. Je me suis rendu compte qu’il existe un Ordre Parfait en tout, que Dieu est l’essence ou le souffle de vie en toute chose et partout. La compréhension de mes besoins religieux s’est beaucoup simplifiée… « Apprendre à Aimer. », « Ne pas causer de souffrance. ». C’est très basique et très beau.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui. J’étais tout à fait consciente qu’il n’était pas possible de simplement décoller pour aller n’importe où. J’ai ressenti des limites vibratoires et fréquentielles. Si votre propre vibration correspond à une certaine note ou à un certain canal (pour l’exprimer ainsi), essayer d’aller dans d’autres endroits équivaudrait à percuter un mur. Les plus élevés pouvaient tout traverser.

Avez-vous eu connaissance d’évènements à venir ? Indécise. En un certain sens, oui. Mais j’en garde une grande partie pour moi. Je sais également que certains évènements fondamentaux pourraient s’étendre ou s’accélérer en raison de nos choix en tant qu’humanité. Ces choses se sont avérées pour moi, mais je n’ai pas la notion du temps vis-à-vis de ces évènements. Tout ce que j’ai perçu comme « à venir », avait l’air PRESENT, pourtant les évènements se déroulent chronologiquement ici, en ordre et en temps. Cela me trouble donc, je choisis souvent d’ignorer ce que je décèle.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Pendant quelque temps j’ai eu une très bonne vue, je voyais même au niveau cellulaire. Je voyais vibrer les objets inanimés, les chaises ou les rideaux par exemple. Après quelque temps cela s’est toutefois  révélé trop distrayant, j’étais en effet tellement intéressée que je ne parvenais plus à me concentrer sur mes tâches quotidiennes. J’ai demandé à ce que cela me soit enlevé. Je peux également me retirer dans une concentration de type méditatif et recevoir les réponses à mes propres questions. Des visions et des rêves ont été tout à fait prémonitoires pour moi et ils ont changé ma vie. J’ai été en mesure d’aider d’autres personnes avec ce que j’ai Vu les concernant, mais je maintiens confidentielles ces informations.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Tout d’abord, je ne l’ai racontée qu’à mon mari. En fait je suis revenue dans une grande confusion. Au début, j’étais abasourdie, déstabilisée, j’essayais de décrire des choses et je n’étais pas encore capable de le faire, je passais pour une imbécile. Il m’a au moins fallu un ou deux ans avant de pouvoir expliquer avec logique, de manière intelligible.

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ? Non

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu (quelques jours ou semaines) : L’expérience était tout à fait réelle. Je savais sans l’ombre d’un doute que c’était réel, mais de retour dans mon corps, dans l’environnement dans lequel j’avais été immergée auparavant, je me suis mise à paniquer, à me demander ce qu’allait être la prochaine étape. J’avais peur et je voulais repartir. Le monde me paraissait tout  à fait effrayant. Je désirais ardemment la paix éprouvée dans l’au-delà. Il m’a fallu du temps pour me souvenir de tout ce que j’avais appris, pour me rappeler de toujours faire confiance, pour être sereine avec ma situation du moment dans l’existence. Ce fut une transition difficile.

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur particulière pour vous ? La plus significative fut d’être auprès de mon Guide. Et aussi quand il m’a dit qu’il était temps que je reparte. Je n’ai jamais éprouvé d’émotion aussi forte. Mon amour pour ce que je ressentais là-bas, pour la paix éprouvée en compagnie de mon Guide, est tellement puissant que je serai heureuse de repartir. Avant, j’avais extrêmement peur de la mort, je ne voyais en effet que très peu de beauté dans la description qu’on me faisait de « Dieu », de son « Plan » éternel. C’était trop limité sur de nombreux aspects, ce qui me laissait découragée. Je ne désirais pas ce dont on me parlait. Grâce à mon expérience, particulièrement avec mon Guide, et en raison de l’immense somme de beauté que j’ai contemplée dans notre univers, je suis maintenant sereine et je sais que quitter ce corps sera merveilleux.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience : L’expérience était tout à fait réelle. Elle est toujours aussi nette, avec le temps elle a même pris de plus en plus de sens pour moi. Au début, une grande partie était choquante et si différente de la réalité que j’avais assimilée en grandissant. Maintenant, comme j’ai passé beaucoup de temps en méditation ainsi qu’à me reconnecter, je la considère entièrement logique et parfaite. Elle ne me paraît plus du tout étrange. Je mettrais en doute l’existence de cette vie-ci avant de douter de l’autre. Rien n’était plus sensé, ni plus parfait que ce que j’ai vécu là-bas.

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Oui. Mes parents mormons sont plus calmes vis-à-vis de moi, je ne semble plus les intéresser autant. Personne ne me demande ce que j’ai vécu, ni ne veux le savoir. Probablement parce qu’ils voient que j’ai changé, peut-être croient-ils que je veux tenter de les faire changer. Je l’ignore. Je suis très peu désireuse d’essayer de trouver des amis ou des relations auprès de personnes superficielles, ne serait-ce que légèrement. Je ne déteste pas les gens superficiels, je n’ai tout simplement pas la patience pour cela. Je veux davantage d’honnêteté, d’intégrité. Je n’ai pas d’intérêt pour ce qui préoccupe les autres femmes, mais ce n’est pas un problème. Cela me tourmente parfois que ma famille, mes propres grands-parents s’inquiètent pour mon « salut », qu’ils soient attristés par mon changement de croyance. J’ai rencontré d’autres personnes qui sont davantage comme moi. J’ignore comment me qualifier, mais je reconnais ces personnes quand je les rencontre et cela me rend heureuse. Quelques membres de ma famille sont restés très gentils avec moi, mais ils souhaitent très peu entendre quoi que ce soit de mon expérience. Ma mère ne s’est mise que récemment à me poser des questions. Le reste de la famille, soit n’est pas intéressée, soit ne me croit pas, soit pense que j’ai dû avoir des troubles mentaux qui pourraient en être la cause.

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Oui. J’adopte le Bon où qu’il se trouve, je ne souhaite aucunement m’engager, ni prêter allégeance à quelque club ou religion que ce soit. J’ai également le sentiment que mes opinions politiques ont changé. Je ne suis plus conservatrice patriote ainsi qu’on me l’avait inculqué. Je ne suis pas non plus démocrate libérale maintenant. Je me considère comme indépendante. Je pense par moi-même. C’est très libérateur.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances en ont-ils reproduit une partie ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui. Je pense avoir répondu de mon mieux. Je n’avais jamais couché mon expérience sur le papier auparavant, sauf de brefs extraits en réponse aux demandes d’autres personnes et en de rares occasions. Mais jamais en totalité. Il y aurait beaucoup d’autres choses à raconter, ceci est très basique. Je suis désolée que même ces fondements aient exigé tant de place pour les écrire.